• http://vevo.ly/mv2N

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu'il se confie en toi.(Esaie 26-3)

    Si tu aimes le Seigneur et que tu le lui prouves chaque chaque jour et que tu restes ferme dans tes sentiments, il est certain que tu seras en paix avec toi-même, car il te donnera SA PAIX.

    La paix fait du bien au corps et à l'âme et tous les jours tu dois garder cette paix simple que le Seigneur donne. Nous n'avons pas à nous inquiéter du lendemain car chaque jour, Dieu qui est fidèle en toutes choses est avec nous et il sera avec chacun de ses enfants jusqu'à la fin du monde.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    http://www.saped-association.fr/


    Gisèle est originaire de Côte d’ivoire et se présente ici avec ses deux filles, Esther et Grâce, toutes deux scolarisés dans des villages limitrophes près d’Abidjan.

    Veuve depuis plus d’un an, elle élève seule ses deux filles, sans vraiment de revenus. Dernièrement elle préparait une sorte de nourriture avec les produits du pays, mais depuis peu elle n’a plus les moyens pour acheter la matière première qui lui permettait de préparer ses plats à livrer.

    Elle nous a contacté, mon épouse Nicole et moi-même,au début de l’année 2017 pour correspondre avec une famille, car elle se sentait seule, étant chrétienne comme nous-mêmes.

    Par rapport à tout ce qui ce passe dans certains pays d’afrique, nous avons été prudents au début avant d’accorder notre confiance.

    Au fil des jours nous avons appris à connaître Gisèle et ses deux charmantes filles, qui, malgré la pauvreté qui sévit étudient très bien à l’école faisant la joie de leur maman.

     

    TEMOIGNAGE DE Gisèle

     

    Ma vie et celle de mes enfants viennent de s’ecrouler. Depuis ce jour, nous vivons chez ma soeur dans un quartier précaire et dans un studio. Inutile de vous dire la vie que nous menons est très difficile surtout que je n ai plus  d’ emploi. Mais grâce au SEIGNEUR JESUS, j'ai fait la rencontre virtuelle de papa et maman Ludosky, qui m’apportent chaque jour leurs soutiens moraux et fortifient ma foi à travers des passages bibliques ; et depuis que je les connais, nous ne nous sentons plus seules, mes filles et moi. Nous rendons grâce à DIEU, JESUS et le SAINT   ESPRIT. JE vous aime fils et filles de notre Seigneur JESUS. Soyez bénis. BISOU

     

    Mon  témoignage : J’ai rencontré celui qui deviendra mon époux quelques années plus tard, en 1997 ; je venais d’avoir mon brevet de technicien supérieur de commerce. Venu du Canada pour un séminaire en COTE D IVOIRE, il fait ma rencontre et décide de s'y installer et créer une entreprise de mine (il était docteur en mine et énergie, diplômé de l'école des ingénieurs de Côte d’Ivoire, et de l école polytechnique de  Montréal, au canada. Nous nous installons dans le quartier le plus huppé de Côte d’Ivoire (C.I) (cocody).Nous vivons paisiblement dans la prospérité jusqu'à ce que la guerre de notre pays le contraint à aller en Afrique du Sud ou il y a assez d opportunités dans le domaine des mines. Il obtient un contrat avec un groupe australien. Donc nous attendions la fin de l’ année scolaire pour le rejoindre mes filles et moi  en  AFRIQUE du Sud. Contre toute attente, le 20 avril 2015, je reçois un coup de fil à travers lequel on m annonce la mort de mon époux. 

     

    http://www.saped-association.fr/
     

    Nous sommes les dirigeants de l'Association S.A.P.E.D (Soutien et aide aux personnes en Difficulté) et quand nous avons reçu le témoignage de Gisèle après quelques jours de correspondance par le biais de Messenger, réseau social gratuit, nous avons saisi sa souffrance et ses difficultés sur le plan pécuniaire.Nous avons décidé d'aider cette famille en difficulté : une jeune femme veuve avec deux enfants scolarisées (deux filles 17 et 10 ans) et sans travail. Comme notre association n'est pas riche, nous avons consenti de les aider par nos propres moyens, mais il leur faut au moins 300.euros par mois pour subvenir à leurs besoins.

    Par le biais de notre site, nous avons décidé de FAIRE UN APPEL DE DON pour soutenir Gisèle et sa famille;

    vous pouvez donner ce que vous voulez, la somme collectée sera déposée sur le compte du CREDIT AGRICOLE de notre site dont le lien figure en plusieurs endroits sur cette page.

    Vous pouvez organiser vos dons :

    -par carte bleue

    - par Paypal

    - par chèque  à l'ordre de SAPED.ASSOCIATION

    Il suffit de vous rendre sur notre site en cliquant sur ce lien : http://www.saped-association.fr

    et de cliquer sur : DON, puis faire un don.....

    Chaque donateur recevra un reçu ou une facture dès l'encaissement de l'argent.

    Nous nous engageons à tenir informés tous les donateurs au fur et à mesure de l'évolution de la cagnote.

     

     

     

     

     
     

     

     
     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

     

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

     

     

     

     

     

     

    http://www.saped-association.fr/
     

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     


     

    http://www.saped-association.fr/

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

    http://www.saped-association.fr/

     

     

    http://www.saped-association.fr/
     

     

     


     


     

     

     

     


     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    C'est une nourriture quotidienne et une façon simple pour se recueillir dans la bible car chaque texte est accompagné de versets qui nous rapproche de la parole de Dieu.

    http://paroledujour.com/

    bonne lecture ou bonne écoute

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • PRIONS POUR LA NATION

     

    PRIONS POUR LA NATION

     

    Eternel merci de nous permettre d’exister,

    Toi qui a créé le ciel et la terre, Toi qui connait toutes choses ;

    Toi qui ou a beaucoup donné, qui nous donne toujours et qui nous donnera encore, sois au milieu de nous, peuple français,

    Bénis toute parole qui sort de notre bouche et qui prions pour toute la création.

    Nous sommes au seuil des élections Présidentielles de 2017 et nous croyons que tu as déjà choisi celui ou celle qui présidera aux destinées de la France.

    Nous prions pour que ces élections se passent bien,

    que tes Angles se déploient sur notre pays pour protéger les hommes et les femmes de ce grand territoire qu’est la France.

    « Éternel, Maître du monde, Ta providence embrasse les cieux et la terre ;

    La force et la puissance T’appartiennent ;

    par Toi seul, tout s'élève et s'affermit. De Ta demeure sainte, ô Seigneur, bénis et protège la République française et le peuple français. Amen.

    Regarde avec bienveillance depuis Ta demeure sainte, notre pays, la République française et bénis le peuple français. Amen .

    Que la France vive heureuse et prospère.

    Qu'elle soit forte et grande par l'union et la concorde. Amen.

    Que les rayons de Ta lumière éclairent ceux qui président aux destinées de l’État et font régner l’ordre et la justice. Amen .

    Que la France jouisse d’une paix durable et conserve son rang glorieux au milieu des nations. Amen. Accueille favorablement nos vœux et que les paroles de nos lèvres et les sentiments de notre cœur trouvent grâce devant Toi, ô Seigneur, notre créateur et notre libérateur. Amen. »

     

    Nous te rendons Grâce Père Céleste

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ne nous jugeons donc plus les uns les autres 

    http://www.laroutedupelerin.c4.fr

    « Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? » Jean 8:10 

    Sommes-nous comme les pharisiens et les scribes qui condamnaient sans empathie ceux qu'ils accusaient ? Sommes-nous rapides à accabler et à montrer du doigt ? Savons-nous tenir notre langue en bride pour éviter la critique et les querelles ? Toutes ces questions restent d'actualité, car bien que nous soyons chrétiens, nous demeurons dans un corps humain où la chair est en opposition à l'esprit. Qui n'a pas déjà usé de vaines paroles pour blâmer sans compassion ? Qui sommes-nous pour accuser et pour condamner ?

    L'apôtre Paul disait dans Romains 14:10 « Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu ? ». Rappelez-vous ce que le Seigneur Jésus a fait lorsque les scribes et les pharisiens lui amenèrent la femme prise en flagrant délit d'adultère. Je vous encourage à relire le passage de Jean 8:3-12. Que leur répond Jésus ? « Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit : que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle » Jean 8:7. Que se passa-t-il alors ? Tous partirent. Lisons, Jean 8:10-11 « Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? Personne ne t'a-t-il condamnée ? Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus ». Jésus ne l'a pas accusé, au contraire, il a eu compassion d'elle. Que lui a-t-il dit ? « Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus ». Jésus n'est pas venu dans le monde pour nous condamner, mais pour nous sauver (Jean 3:17 ; Jean 12:47-48), alors pourquoi ferions-nous quelque chose qui attristerait l'Esprit et qui irait à l'encontre de ce que le Seigneur attend de nous ? Que nous dit Paul dans Romains 14:13 « Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute ».

    Quelle attitude avoir, me direz-vous ? C'est simple, il suffit de porter en nous les fruits de l'arbre auquel nous sommes greffés, Jésus-Christ. Comment est-ce possible ? Lisons dans Jean 15:5 « Je suis le cep (dit Jésus), vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire ». Ainsi, pour être en capacité à aimer (Jean 15:17), à pardonner (Luc 7:47), à consoler (2 Corinthiens 2:7), à écouter (Jacques 1:19), à reprendre (Luc 17:3), et à exhorter (1 Timothée 5:3 ; 2 Timothée 4:2), nous devons être enracinés en notre Seigneur bien-aimé, mais aussi être remplis du Saint-Esprit. Si nous ne revêtons pas les armes spirituelles et si nous ne produisons pas du bon fruit, nous serons dans l'incapacité à refléter celui qui vit en nous, Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur. Portons bien haut la bannière que Dieu déploie sur nous : l'amour (Cantique des cantiques 2:4).

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La part que le Seigneur nous a faite

    "Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l'appel qu'il a reçu de Dieu. C'est ainsi que je l'ordonne dans toutes les Églises" 1 Corinthiens 7:17

    À travers ce passage des Corinthiens, Paul nous encourage à avancer en conservant en nous "la part que le Seigneur nous a faite", c'est-à-dire en restant tels que nous étions lors de notre appel. Non pas en demeurant dans le péché, mais en gardant les préceptes qu'il a gravés dans nos coeurs. Nous ne devons pas chercher à ressembler aux autres ou à vouloir devenir différents. Le Seigneur nous a choisis avec nos particularités et il veut nous utiliser tels que nous sommes, dans notre milieu social, dans notre travail, dans notre famille ou autour de nous. Dieu nous donne à tous un ou plusieurs dons, il nous appelle à une charge dans l'Église ou dans un ministère bien spécifique, et il attend de nous une totale obéissance, avec humilité, une soumission respectueuse et confiante. Que nous dit Paul dans 1 Corinthiens 3:9 ? "Car nous sommes des ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu". J'aimerais que nous poursuivions notre lecture dans Éphésiens 2:21 "En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur". Ces deux passages me semblent très importants. Lorsque Dieu nous a appelés, en son Fils bien-aimé Jésus-Christ, il nous a attribué une tâche, une place bien précise. Nous sommes des ouvriers. Notez bien le terme employé par Paul "ouvriers avec Dieu". Non seulement, nous sommes ouvriers pour Dieu, mais aussi avec lui. Il ne nous laisse pas seuls, mais il est AVEC nous, il nous soutient par son Esprit-Saint et nous dirige avec amour en Jésus-Christ. Nous faisons partie de l'édifice de Dieu. Ensemble, nous constituons le corps de Christ ("Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part" 1 Corinthiens 12:27). Pour que ce corps soit bien coordonné, il faut que chaque membre reste à sa place, car nous sommes tous solidaires les uns des autres, tous complémentaires, tous uniques et importants. Nous sommes tous sous l'autorité de Jésus-Christ qui est la tête, le Chef de l'Église, et par qui nous sommes sanctifiés.

    Il y a également un terme important qu'il ne faut pas ignorer; il nous est dit de "marcher". C'est-à-dire d'avancer, de ne pas rester sur place. Nous devons nous mettre en mouvement pour pouvoir servir le Seigneur. Quel est le rôle des ouvriers ? Ils se mettent en action, ils participent au labeur, ils répondent à l'appel de celui qui les emploie. Nous pouvons lire ce passage d'Éphésiens 4:1 "Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée". Marcher de manière digne de la vocation, c'est s'investir avec foi, obéissance, persévérance et confiance, je le répète. Paul nous enseigne de quelle manière le Seigneur souhaite nous voir marcher. Lisons dans Colossiens 1:9-12 "...Nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toutes sagesse et intelligence spirituelles, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu. Vous serez fortifiés à tout point de vue par sa puissance glorieuse pour être toujours et avec joie persévérants et patients, et vous exprimerez votre reconnaissance au Père qui nous a rendus capables de prendre part à l'héritage des saints dans la lumière".

    Ainsi, marchons selon la part et l'appel qui nous ont été donnés par Dieu en Jésus-Christ, soyons remplis du Saint-Esprit, méditons la parole divine, gravons-la en nous, en toutes sagesse et intelligence spirituelles, dans la vérité (3 Jean 1:3), mais aussi portons du fruit de l'Esprit. Il nous est demandé d'avancer avec foi, dans la joie, la patience, avec persévérance et reconnaissance, comme le Seigneur a lui-même marché (1 Jean 2:6), car l'héritage qui nous est échu est puissant, merveilleux, incorruptible, en Jésus-Christ notre seul Seigneur et Sauveur (1 Pierre 1:4 . Colossiens 3:24 ; Éphésiens 1:18). 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • PRIONS

    POUR OBTENIR LA BENEDICTION

    DE DIEU

    POUR 2017

    Seigneur Jésus, je te remercie pour tous tes bienfaits envers moi en cette année 2016 qui s'achève.

    Tu as été bon envers moi, tu m'as protégé de la main du diable qui aurait bien voulu me détruire, tu m'as délivré des pièges qui m'avaient été tendues et ses complots et conspirations contre ma vie ont échoué, je n'ai pas été détruit, je n'ai pas péri, mais je suis vivant et sur mes deux pieds, merci mon Dieu pour cela.

     

    Merci pour la paix et la sécurité que tu m'as assurées et que je te demande de m'accorder encore en la nouvelle année 2017 car je me confie en toi pour ma protection personnelle et pour ma sécurité en la nouvelle année.

    Seigneur mon Dieu ne laisse rien de mal m'arriver mais protège-moi, garde-moi contre toute méchanceté du diable et des hommes méchants; qu'il ne m'arrive pas de tragédie, que la maladie ne s'approche pas de moi mais préserve-moi de la maladie, des virus et des bactéries qui sont des agents de contamination; par la foi j'applique ton sang versé à la croix sur moi-même, sur tout mon être, sur ma vie toute entière; je te reconnais toute autorité sur ma vie Seigneur Jésus et je me soumets à toi Seigneur Jésus, je veux ta volonté et ton bon plan pour ma vie Seigneur Jésus.

    Je veux et me décide à marcher dans ta volonté, dans la voie royale, dans ton plan; je veux une vie propre et pure et sainte; je veux une vie qui t'honore et te glorifie; je veux une vie sanctifié, exempte de toute souillure et de toute impureté de la chair et de l'esprit; je veux le genre de vie que tu avais planifié depuis longtemps pour moi et à laquelle tu m'as prédestiné, une vie honorable et glorieuse en Christ, une vie dans laquelle j'irai de victoire en victoire sur le péché, sur satan le diable, sur les tentations qui viendront m'éprouver.

     

    Seigneur Jésus, je te remercie pour la nourriture que tu as pourvue pour moi en l'année 2016, la nourriture naturelle et la nourriture spirituelle : tu as pourvu à mes besoins, tu as nourri mon corps avec de bonnes choses, et tu as nourri aussi mon âme et mon esprit avec ta parole, les enseignements bibliques, la prédication de ta parole, tes bons conseils et tes paroles d'encouragement et de consolation, tu m'as parlé, tu m'as corrigé de mes erreurs comme un bon père le fait avec son enfant, tu m'as redressé lorsque j'étais croche afin que je sois droit et que j'hérite l'honneur et la gloire et l'immortalité, tu m'as donné de l'intelligence et de la sagesse et du savoir-faire, tu m'as aidé à discerner entre le bien et le mal, afin que je choisisse le bien et la bénédiction.

     

     Merci mon Dieu pour Cette année 2017, enseigne-moi, instruis-moi, fais-moi comprendre surtout ta parole et toutes les choses importantes, que j'apprenne, que je grandisse et acquiers de plus en plus de maturité spirituelle, que je sois fortifié puissamment par ton Saint-Esprit dans mon esprit et mon âme à moi, que je prenne de bonnes décisions et que personne ne puisse me tromper ou m'égarer ou me séduire ou me prendre dans des pièges. Pourvois aussi à mes besoins naturels, que je ne manque de rien, que je sois béni avec du travail et une bonne rémunération, que mon salaire s'accroît et ne décroisse pas, que je prospère et que je ne diminue pas; et protège ce que tu m'as donné afin que personne ne me l'enlève.

     

    Merci Seigneur.

     

     

     

    Seigneur mon Dieu, ma vie est entre tes bonnes mains. J'ai besoin de l'onction de ton Esprit sur moi, alors je te prie de me oindre fraîchement avec l'onction de ton Esprit que j'ai besoin et que tu as réservée pour moi pour cette année 2017, afin que ton Esprit me conduise dans toute la vérité et dans l'accomplissement de ton plan pour ma vie, que j'aie la force qui me viendra de ton Esprit et l'aide constante de ton Esprit, que ta vie coule en moi, que ton amour et ta joie et ta paix coulent constamment en moi chaque jour sans manquer, que le caractère de Jésus se forme en moi de plus en plus chaque jour pour lui ressembler et agir comme Jésus et parler comme Jésus, que ma foi augmente et se fortifie et sois en action. Que le doute ne puisse m'envahir, ni l'incrédulité se saisir de moi, car je refuse de douter de toi, je refuse de te déshonorer ou de t'être infidèle par incrédulité.

     

    Aide-moi à t’honorer Dieu et à t'adorer en esprit et en vérité, comme tu le veux.

     

    Aide-moi à prier chaque jour et à demeurer dans la communion avec toi, dans la relation intime et personnelle avec Dieu, dans la communication avec mon Seigneur.

     

    Que je demeure à l'écoute de Dieu, sensible en mon esprit à ton Esprit, que je prenne le temps de lire la Bible chaque jour ou de l'écouter en Bible audio, que je prenne le temps de parler à Dieu et de chercher à entendre de Dieu, que Dieu me parle et imprime sa parole en moi, que je me développe spirituellement et ne régresse pas, que je ne me refroidisse pas mais qu'au contraire je sois toujours plus passionné de Dieu et pour Dieu.

     

    Au nom de Jésus, voilà ma prière en ce début d'année 2017. Seigneur, écoute-moi et exauce-moi je t'en prie. Je crois que tu m'as écouté et reçu en ce que je demande, je crois que tu me l'accordes et je te remercie, je te suis reconnaissant, je m'en réjouis.

     

    Merci Seigneur, je le reçois par la foi et je marcherai dans cette bénédiction de jour en jour, au nom de Jésus-Christ. Amen.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bonne année 2017

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ne nous jugeons donc plus les uns les autres

    « Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute. » Romains 14:13

    Bien que nous soyons chrétiens, nous demeurons dans un corps humain et nos pensées ne sont pas toujours remplies des sentiments du Seigneur Jésus-Christ. Malheureusement, il nous arrive encore, parfois, de porter un jugement contre un frère en Christ, un parent, un voisin ou un collègue. Or, que nous dit la Bible à ce sujet ? « Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaissons tous devant le tribunal de Dieu » Romains 14:10.

    Nous sommes tous différents, nous avons des talents variés, et nous vivons tous des situations qui sont parfois compliquées. Qui que nous soyons, et quelle que soit notre condition, nous sommes tous appelés à comparaître devant le tribunal de Dieu qui est seul juge de toute chose. La parole de Dieu nous exhorte « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés, car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. » Matthieu 7:1 2. Or, lorsque nous sommes régénérés et ancrés dans la parole de Dieu, nous ne vivons plus comme lorsque nous faisions partie du monde. Nous marchons en étant remplis du Saint-Esprit et nous avons un regard spirituel. Paul poursuit dans Éphésiens 4:17 « Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme des païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées ». En portant un jugement contre une personne, nous pouvons la blesser, lui porter préjudice, et parfois même, la détourner de la parole divine. Certains sont affaiblis et fragilisés par les épreuves, par un mal-être…, et notre jugement peut les déstabiliser. D'ailleurs, Paul nous met en garde de ne pas devenir une pierre d'achoppement pour les faibles (1 Corinthiens 8:9). L'apôtre Jacques insiste également « Ne parlez point mal les uns des autres, frères » Jacques 4:11. Jésus lui-même nous enseigne ceci « Ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; absolvez, et vous serez absous » Luc 6:37. Le pardon, la charité, sont des caractéristiques que le Seigneur désire graver en nous. En effet, si nous portons en nous la semence divine, nous considérons autrui avec un regard spirituel, car nous marchons selon l'Esprit (Galates 5:16). Nous sommes donc encouragés à rechercher la paix de Dieu (Philippiens 4:7) et à revêtir les attributs du Seigneur, afin que nos paroles, nos actes, et nos pensées, puissent être en adéquation avec celui dont nous sommes les ambassadeurs (Jésus-Christ). Pour ce faire, nous sommes exhortés à nous éloigner de ceux qui causent des divisions, des scandales, ou qui ont la langue venimeuse (Romains 16:17). N'oublions pas que l'amour et la compassion sont à l'opposé de la jalousie et de l'égoïsme. L'amour ne fait pas de mal au prochain (Romains 13:10), l'amour est l'accomplissement de la loi en Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur. Je vous laisse ces deux derniers versets qui vous pousseront à tenir vos lèvres en bride et à donner des paroles pleines d'amour à ceux qui vous côtoient. Le premier verset se trouve dans 2 Thessaloniciens 3:5 « Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l'amour de Dieu et vers la patience de Christ ! ». Le dernier passage est le suivant « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres » Jean 13:35.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

     Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

     

    Dieu mon créateur je viens à toi maintenant dans le nom de Jésus-Christ le

    Sauveur du monde, le fils de Dieu qui s'est sacrifié pour moi en subissant le

     Châtiment que je méritais. Je crois que Jésus est le Christ et le fils du Dieu

     Vivant, je crois que Jésus est Dieu manifesté en chair, je crois que Jésus est

     L’Agneau de Dieu qui prend sur lui-même les péchés du monde. Je crois que

     Jésus est mort sur la croix il y a 2000 ans et il est ressuscité trois jours plus

     tard. Je crois en Jésus, je l'accepte comme mon Seigneur et Sauveur de mon

     âme. Je confesse que j'ai péché et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux ; je

    reconnais que je suis un pécheur et j'ai besoin de pardon. Je te supplie de

    me pardonner tous mes péchés, mes fautes, mes offenses, toutes les choses

    mauvaises que j'ai fait dans ma vie, toutes les choses insensées que j'ai dites

     ou que j'ai faites, toutes mes mauvaises pensées, tout le mal que j'ai fait.

     

    Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

    Pardonne-moi maintenant à cause du sang versé de Jésus à la croix,

    pardonne-moi à cause de Jésus qui a subi les châtiments que je méritais,

    pardonne-moi dans ta bonté et selon ta grande miséricorde. Efface-les de

     tes livres et ne t'en souviens plus. Lave-moi par le sang précieux de Jésus,

     lave mon cœur, lave mon âme, lave mon esprit, lave ma conscience, lave

     moi de toutes impuretés et souillures du péché, et donne-moi un cœur puret un esprit bien disposé.

     

    Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

    Écris-mon nom, oh Dieu, dans ton Livre de vie. Donne-moi la vie éternelle

     qui est un don de ta part envers moi ; je reçois la vie éternelle comme un

     don de ta part, c'est ta grâce, ta faveur envers moi, tu me le donnes par pure

     grâce à cause de Jésus et de ce qu'il a fait pour moi, il a donné sa vie afin

     que je vive et ne périsse par en enfer. Oh Dieu je reçois aujourd'hui même

     l'adoption que tu m'offres, alors prends-moi et reçois-moi comme un fils,

     fais de moi ton enfant par adoption comme tu l'as promis dans les Saintes

     Écritures, dans la Bible.

    Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

     

    Oh Dieu, fais venir ton Saint-Esprit en moi, l'Esprit

     de Résurrection et de Vie, l'Esprit d'adoption qui est le sceau de mon

     adoption, je le reçois comme étant l'Esprit de Jésus venant habiter en moi

     pour m'instruire et me rendre capable de t'honorer et de te servir comme tu

     le veux. Je demande au nom de Jésus mon Seigneur et Sauveur.

     

    Je crois et je reçois ce que je viens de demander par la foi, dans le nom de

     Jésus. Je confesse que Jésus est mon Seigneur maintenant, Jésus est monSauveur, Jésus est mon Dieu. Dieu est mon père à partir d'aujourd'hui et

     pour toujours. Je te servirai mon Dieu. Je marcherai avec toi, mon Dieu. Je

     m'attache à toi. Instruis-moi. Conduis-moi. Montre-moi ma place dans ton

     Église, dirige-moi vers l'assemblée d'église où tu veux que je sois pour y être

     nourri spirituellement et pour grandir dans la connaissance de toi mon

     

    Dieu. Amen.

    Je veux naître de nouveau (Jean 3, 3-8)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    O DIEU, MON AME A SOIF DE TOI

     

    « Les malheureux et les indigents cherchent de l'eau, et il n'y en a point ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, l’Éternel, je les exaucerai ; moi, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas »

     

    Esaïe 41:17

     

     

     

    Avez-vous déjà connu la soif ? Savez-vous que votre corps est constitué d'environ 70% d'eau ? Lorsque vous avez soif, vous avez la bouche pâteuse, la langue sèche, la gorge irritée, le transport de l'oxygène vers les cellules ne fonctionne plus très bien, la température du corps baisse…, vous êtes pris de vertiges, de fatigue intense, etc. Qu'en est-il spirituellement ?

     

    La soif spirituelle existe, mais beaucoup l'ignorent. Quels sont les symptômes de cet état ? Une fatigue indescriptible, un découragement total, une désorientation ou une dépression face aux événements de la vie, un désintérêt pour la lecture de la parole Sainte, la Bible, pour prier ou pour aller au culte le dimanche… David avait conscience de cet état d'épuisement spirituel. Lisons dans Psaumes 63 : 2 « O Dieu ! Tu es mon Dieu, je te cherche ; mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, desséchée, sans eau ». Tout comme le corps a un besoin vital d'eau, notre âme, notre esprit, se dessèchent s'ils ne sont pas continuellement abreuvés par la source divine. Mais où puiser cette eau vivifiante ? Jésus nous donne la réponse « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. » Jean : 6-35. Jésus nous encourage à demander cette eau divine. Lisons dans Apocalypse 21:6 « Et il me dit : C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement ». Poursuivons dans Apocalypse 22:17 « Et l'Esprit et l'épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement ». Jésus est celui qui donne gratuitement de l'eau de la vie. Il nous tend la main et ne demande qu'à nous désaltérer « celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » Jean 4:14. 

     

    D'où vient cette eau pure et intarissable ? « Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui » Jean 6:53-56. En offrant sa vie pour nous et en versant son sang à la croix du calvaire, Jésus nous a rachetés de la mort et libérés du péché. En acceptant Jésus-Christ pour Seigneur et Sauveur, nous sommes lavés et purifiés par son sang précieux. Celui qui croit en lui est justifié, purifié et sauvé. L'eau divine coule en lui à profusion. Alors, lorsque vous êtes assoiffés, vous n'avez qu'une chose à faire, ouvrir les vannes divines pour boire à volonté. Lorsque les symptômes de la soif spirituelle se font sentir, mettez-vous en prière, recherchez la face de Dieu, méditez la parole divine et louez-le. En ouvrant votre cœur et votre esprit, en laissant le Saint-Esprit vous abreuver, vous retrouverez l'énergie, la force d'avancer et d'affronter l'ennemi. Votre regard spirituel s'éclaircira et vous pourrez à nouveau glorifier notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Même à travers les plus grands déserts spirituels, dans les épreuves ou l'affliction, vous n'êtes jamais seuls ni abandonnés. Jésus est avec vous et son Esprit Saint vit en vous. Notre Seigneur Jésus-Christ est la manne divine et son Saint-Esprit nous désaltère gratuitement (Esaïe 48:21 ; Esaïe 55:1-2). Buvez à volonté, sans restriction !

     

    Dans le découragement, lorsque votre âme soupire et se languit, assoiffée, affamée, tournez les regards vers notre Seigneur bien-aimé, vers notre Dieu Tout-puissant et ouvrez votre cœur pour recevoir la vie en abondance.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    "et il dit : Ouvre la fenêtre à l'orient. Et il l'ouvrit. Élisée dit : Tire. Et il tira. Élisée dit : C'est une flèche de délivrance de la part de l'Eternel, une flèche de délivrance contre les Syriens ; tu battras les Syriens à Aphek jusqu'à leur extérmination" 2 Rois 13:17

     

     

     

    Savez-vous que Dieu nous a donné à tous une précieuse flèche de délivrance ? Quelle est-elle, me direz-vous ? La foi en Jésus-Christ nous délivre de la mort, mais elle nous accorde aussi chaque jour de nombreuses victoires sur l'ennemi de nos âmes. J'aimerais lire avec vous le verset précédent, dans 2 Rois 13:16 Puis Élisée dit au roi d'Israël : " Bande l'arc avec ta main ". Quand il l'eut fait, Élisée posa ses mains sur celles du roi ".

     

    Pour obtenir les victoires dans les situations critiques, dans les épreuves diverses et variées, Dieu nous donne un arc et des flèches pour vaincre l'ennemi et remporter les victoires. Vous noterez que le roi Joas a obéi à l'ordre donné par le prophète Élisée. Lorsqu'il a bandé l'arc, Dieu ne l'a pas laissé seul, il a utilisé son serviteur, Élisé, pour le soutenir. Aujourd'hui encore, Dieu nous demande d'entrer en action pour saisir les délivrances et les victoires. Nous devons tendre l'arc, prendre position et nous mettre en mouvement.

     

    Pour ce faire, il nous donne la flèche de la foi, mais pour pouvoir atteindre l'ennemi, nous devons obéir avec confiance sachant que nous ne sommes pas seuls. En effet, Jésus tient nos mains et nous aide à bander l'arc de la délivrance. Sans lui, nous n'aurions pas la force nécessaire pour atteindre le but.

     

     Esaïe nous a laissé ce merveilleux message dans Ésaïe 12:2 "Voici, Dieu est ma délivrance, je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien ; car l'Éternel, l'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges ; c'est lui qui m'a sauvé".

     

     

     

    Si nous poursuivons notre lecture dans 2 Rois  13:18-19, il est dit ceci "Élisée dit encore : "Prends les flèches" et il les prit. Élisée dit au roi d'Israël "Frappe contre terre". Il frappa 3 fois et s'arrêta. L'homme de Dieu s'irrita contre lui et dit "Il fallait frapper 5 ou 6 fois ; alors tu aurais battu les Syriens jusqu'à leur extermination. Désormais, tu ne les battras que 3 fois."

     

     

     

    Bien souvent, nous doutons de la parole de Dieu, nous cessons de bander notre arc, et nous baissons les bras. En limitant l'action de Dieu dans nos vies, en ne saisissant pas toutes les bénédictions, en laissant le doute germer en nous, nous perdons les bienfaits et les délivrances qu'il avait prévus pour nos vies. Joas n'avait pas compris l'importance de la persévérance et il perdit la victoire que Dieu lui avait préparée. Nous devons non seulement obéir, mais également croire sans douter, en plaçant notre espérance en celui qui peut tout, notre Seigneur Jésus-Christ.

     

     

     

    J'aimerais vous laisser un témoignage de la toute-puissance de notre Seigneur. Pendant près de 8 ans, j'ai prié pour obtenir une délivrance dans mon foyer. Certains me décourageaient et m'exhortaient à baisser les bras en me disant que ma situation ne changerait jamais, et en effet, cela allait de mal en pis. Mais j'ai refusé de baisser les bras, car je connais l'amour et la patience de notre Dieu d'amour. J'ai continué à prier, à intercéder pour que le Seigneur intervienne. Vous savez, 8 ans, c'est vraiment long ! Pourtant, cela n'est qu'une goutte d'eau dans l'éternité. Aujourd'hui, Dieu a dénoué notre situation, il nous a donné une victoire totale, une délivrance merveilleuse. Je vous exhorte à ne pas frapper seulement 3 fois au sol pour obtenir la délivrance, mais tapez encore et encore. Emparez-vous de la victoire! Gardez les yeux rivés vers notre Dieu Tout-puissant, vers notre Seigneur Jésus-Christ, et vous verrez les portes s'ouvrirent, les goliaths s'effondrer et des cris de louanges jailliront de vos bouches.

     

     

     

    Je me réjouirai en l'Éternel, Mon âme sera ravie d'allégresse en mon Dieu ; car il m'a revêtu des vêtements du salut, il m'a couvert du manteau de la délivrance, comme le fiancé s'orne d'un diadème, comme la fiancée se pare de ses joyaux." Esaïe: 61.10

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le Baptême chrétien

     

    Le Baptême Chrétien

    Sa signification — Au Nom de Jésus

    (distribué par André Espic)

     

    Sa signification 

     

    Nous n’allons pas nous occuper dans ces lignes des pensées et des opinions diverses qui existent à ce sujet, mais expliquer ce que l’Esprit de Dieu a voulu nous dire quant à la nature et à la signification du baptême.

    Le mot grec qui exprime l’idée de baptiser : « baptizein » (de baptein) signifie submerger ou plonger : « baptizein » n’a jamais eu le sens de verser ou d’asperger. Dans le Nouveau Testament, nous le trouvons employé dans le sens de « laver ». Jean, le précurseur du Christ, n’a jamais administré le baptême d’aspersion, mais par immersion, cela ne fait pas de doute. Beaucoup de monde venait à lui et il les baptisait dans le Jourdain à un village nommé Énon parce qu’il y avait là beaucoup d’eau (Jean 3:23). Quel sens aurait eu, comme symbole, « le baptême de repentance en rémission de péchés » (Marc 1:4 ; Luc 3:3) si le baptisé n’avait pas été submergé, et au sens figuré correspondant, complètement purifié.

    Toutefois pour précieux et important qu’il soit, comme nous le verrons plus loin, le baptême n’est toujours qu’un symbole qui, pour ce motif même, ne peut avoir en lui-même aucune puissance vivifiante, ni produire un renouvellement de l’entendement (une conversion) ou quoi que ce soit de semblable.

    Le Baptême chrétien se pratique en mémoire de notre Seigneur mort et ressuscité, il n’a donc pu être institué qu’après sa mort et sa résurrection. C’est pourquoi il en est seulement question pour la première fois lors de la dernière rencontre du Seigneur ressuscité avec ses disciples sur la montagne de Galilée où Il leur avait donné rendez-vous (Matthieu 26:32 ; 28:16). De là, Il envoya les onze dans le monde entier avec la mission de « faire disciples toutes les nations » en leur parlant de Celui qui était apparu au milieu de son peuple terrestre, mais qui avait été rejeté par les siens, et à qui Dieu avait maintenant donné toute autorité dans le ciel et sur la terre, afin que puissent être amenées au salut et à la vie les nations qui étaient dans les ténèbres, étrangères à la vie de Dieu (Matthieu 28:19-20). Paroles merveilleuses ! si elles ne nous révèlent pas encore en leur plénitude les choses nouvelles de la grâce, les conseils éternels de Dieu en relation avec le Fils de l’homme ressuscité et glorifié, le rassemblement d’une multitude élue tirée d’entre tous les peuples de la terre, si elles ne nous parlent pas non plus du baptême dans toute sa signification spirituelle, elles nous montrent néanmoins quel immense changement venait d’intervenir ; les choses vieilles, le système légal, étaient passées, l’aube d’un jour nouveau commençait.

    On peut supposer que le baptême se trouve là en contraste avec la circoncision juive, mais ce que l’on trouve avant tout c’est le Nom de Dieu dans son entière révélation, comme « Père, Fils et Saint Esprit », et non plus son Nom de l’alliance « Jéhova ». Et les envoyés du Seigneur ne devaient pas mettre de nouveau sous la loi ceux qui, parmi les nations étaient faits disciples et baptisés en son Nom, mais ils devaient les enseigner à garder ce que Jésus, le Fils de Dieu lui-même, leur avait ordonné.

    Dans les Actes des Apôtres, le baptême, presque partout, est mis en relation avec la personne du Seigneur. Quand le baptême est mentionné pour la première fois, au chapitre 2, 38, Pierre dit aux Juifs : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, en rémission des péchés ». Au chapitre 8 v. 16, nous lisons au sujet des croyants samaritains « qu’ils avaient été baptisés pour le nom du Seigneur Jésus ». Dans la maison du centurion Corneille, à Césarée, Pierre commanda de « baptiser au nom du Seigneur » tous ceux qui venaient de recevoir la Parole avec foi. Les disciples que l’apôtre Paul rencontra à Éphèse furent baptisés pour le nom du Seigneur (19:5). Ananias exhorta Saul à être baptisé et lavé de ses péchés invoquant Son nom, le nom de Jésus qui lui était apparu sur le chemin de Damas (chapitre 22, verset 16).

    Les passages mentionnés jusqu’ici indiquent que le baptême est un symbole de la rémission et de la purification des péchés. Pierre annonçait cette rémission à ceux qui, le coeur saisi de componction, demandaient sincèrement : « Que ferons-nous frères ? » (Actes 2:37). Pour eux tout était perdu en tant que Juifs et quant aux relations qu’ils avaient eues avec Dieu jusqu’alors, il ne restait plus que la condamnation pour « cette génération perverse ». Et ils ne pouvaient échapper à cette condamnation qu’en se convertissant de tout leur coeur, dans une contrition et une repentance sincère.

    Le baptême au nom de Jésus Christ, le Seigneur qu’ils avaient rejeté, mais que Dieu avait élevé à sa droite, baptême en rémission des péchés était le signe extérieur de cette conversion et de leur désir sincère d’être sauvés de cette génération perverse d’Israël, d’être mis en relation avec le Christ, et d’être introduits sur le terrain nouveau que la grâce de Dieu venait de créer avec l’Assemblée (Église). A celle-ci sied la sainteté et personne n’a droit d’y entrer qu’il n’ait reçu la rémission de ses péchés par la foi en l’œuvre accomplie par le Christ, et qu’il n’ait déclaré par le baptême en être purifié. Il est à remarquer, en outre, que le don du Saint Esprit est promis comme confirmation de la rémission des péchés obtenue par la foi et confessée dans le baptême. Quand, plus tard, dans la maison de Corneille, les premiers croyants des nations acceptèrent par la foi la Parole de la croix, « l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui entendaient la Parole » et ensuite seulement Pierre commanda qu’ils soient baptisés, Qui donc aurait pu refuser l’eau du baptême à des gens qui avaient reçu l’Esprit Saint ?

    Si nous cherchons d’autres enseignements sur le baptême dans les Épîtres, nous trouvons le premier passage, et sans doute le plus important en Romains 6:3-4. En réponse à la question de savoir si nous, qui sommes morts au péché, nous pouvons demeurer dans le péché, pour que la grâce de Dieu abonde, Paul réplique énergiquement : « En aucune manière ! » et aussitôt il rappelle aux croyants de Rome l’enseignement que, sans aucun doute, ils avaient reçu sur le baptême : « Ignorez-vous », leur demande-t-il, « que nous tous qui avons été baptisés pour le Christ Jésus, nous avons été baptisés pour sa mort, nous avons donc été ensevelis avec Lui par le baptême pour la mort, afin que comme le Christ a été ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père ainsi nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »

    Il ne pouvait être établi avec plus de clarté et de précision que le baptême chrétien se fonde sur la mort de Jésus Christ, c’est-à-dire sur un Rédempteur crucifié et mort. Au verset 6 Paul dit, s’identifiant aux croyants de Rome : « nous savons que notre vieil homme a été crucifié avec Lui » (avec Jésus Christ) c’est-à-dire que Dieu nous considère, quant à notre état antérieur, comme mort avec le Christ « afin que le corps du péché soit annulé ».

    Mais que fait-on d’un mort ? On l’ensevelit. C’est précisément ce que représente le baptême. L’immersion du baptisé dans les eaux, le fait qu’il soit submergé par elles, est le témoignage frappant, le symbole éloquent de sa mort et de son ensevelissement avec le Christ ; et la sortie de l’eau, le symbole de sa résurrection avec Lui. Nous sommes appelés à marcher en nouveauté de vie et qualifiés pour le faire (verset 4). Et ceci ne nous est pas imposé comme un commandement, nous ne nous trouvons pas sous un « tu dois », non ! Du fait que le Christ a été ressuscité par la gloire du Père, l’apôtre déduit le fait que nous qui avons été ensevelis avec Lui par le baptême pour la mort, nous ne restons pas dans la tombe, mais nous marchons maintenant comme des hommes nouveaux, ressuscités. Si le premier fait est vrai, le second l’est aussi.

    Ce fait grand et magnifique s’exprime dans le baptême. C’est là sa signification, son sens figuré qui n’a pas changé au cours des siècles. Jusqu’à quel point chaque croyant réalise-t-il la signification et l’efficacité du baptême dans sa vie pratique, c’est une autre question. Celui qui ne prend pas au sérieux le péché, qui laisse la vieille nature agir, en un mot qui oublie qu’il est mort une fois pour toutes au péché, et qu’à cause de cela il ne devrait plus vivre en aucune manière dans le péché, mais pour Dieu en Jésus Christ, a besoin d’être rappelé à la signification du baptême. Le baptisé doit voir tout ce qui est du « vieil homme », avec ses convoitises trompeuses, laissé dans la tombe du Christ. En tant qu’enseveli par le baptême pour la mort, laissant tout ce qu’il était auparavant au jugement de Dieu, il doit apprendre jour après jour tout ce qu’implique le fait de marcher en nouveauté de vie. Et c’est un apprentissage béni dans le service de Celui à qui il appartient désormais, par qui il est enseigné. Le croyant est devenu la propriété du Christ qui « est mort une fois pour toutes au péché, mais en ce qu’il vit, il vit à Dieu » (verset 10). Dans le baptême il a « revêtu » le Christ, et désormais, en paroles et en œuvres, et dans tout son être, il ne devrait manifester que le Christ et rien d’autre.

    Ceci nous amène à considérer un autre passage qui parle du baptême : Galates 3, 26 à 28. Dans ces versets, l’apôtre explique le fait que les Galates croyants étaient « tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus », par ces paroles : « Car vous avez revêtu le Christ ». Mais comment l’apôtre pouvait-il les appeler fils de Dieu ? Avaient-ils été constitués fils par le baptême ? Non ! Ils étaient fils par la foi en Jésus Christ ; mais ayant été baptisés pour le Christ, ils avaient revêtu le Christ, ayant manifesté qu’ils se trouvaient maintenant dans une position complètement nouvelle devant Dieu. Ils n’étaient plus comme avant, Juifs et Grecs, esclaves et hommes libres, ils ne se trouvaient plus en tant qu’hommes et femmes devant Dieu. « En Christ » de telles différences nationales et sociales n’existent plus ; qu’importait si une personne avait été un jour « près » ou « loin », si elle avait une position élevée ou était d’un humble état, si elle était blanche ou noire, s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme, tous ceux qui, dans le baptême, avaient été identifiés avec le Seigneur, mort et ressuscité, avaient « revêtu le Christ », et se trouvaient désormais avec Lui, le Ressuscité, sur le terrain de la nouvelle création où aucune de ces différences ne subsistent plus. Ils étaient maintenant des « hommes dans le Christ ». Dans leurs nouvelles relations avec Dieu, fondés sur le Christ et créés en Lui, ils étaient tous égaux, ils étaient un dans le Christ, ils appartenaient tous à la vraie semence d’Abraham, et ils étaient ainsi héritiers de Dieu et cohéritiers avec le Christ (Romains 8,17).

    Portons ensuite notre attention sur le troisième passage des Épîtres qui fait référence au baptême.

    Nous le trouvons dans l’épître aux Colossiens, chap. 2. L’état des Colossiens, avait dans un certain sens, des ressemblances avec celui des Galates. Parmi eux aussi de « mauvais ouvriers » avaient accompli leur œuvre néfaste, et les Colossiens se trouvaient en danger d’être égarés par « la philosophie et de vaines déceptions selon l’enseignement des hommes, selon les éléments du monde, et non selon le Christ » (v. 8).

    Remarquons que là aussi, face à ces dangers sérieux, l’apôtre rappelle aux croyants ce qu’ils avaient une fois confessé dans le baptême.

    Écoutons ces paroles ! Après avoir rappelé à leur mémoire qu’ils étaient « accomplis » dans le Christ, le Chef de toute principauté et autorité, et qu’en vérité ils n’avaient nul besoin de telles choses, il poursuit : « en qui (le Christ) aussi vous avez été circoncis d’une circoncision qui n’a pas été faite de main, dans le dépouillement du corps de la chair par la circoncision du Christ, étant ensevelis avec Lui dans le baptême, dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble par la foi en l’opération de Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts » (Colossiens 2:10-12).

    La signification spirituelle de la circoncision pratiquée sous l’Ancien Testament était sentence de mort sur l’homme dans la chair. L’homme, tel qu’il est par nature devant Dieu, dès sa naissance, ne mérite rien d’autre. Mais pour les croyants de Colosses cette sentence avait été exécutée par la mort du Christ, « la circoncision du Christ », comme l’apôtre appelle ici cette mort. En entrant par la foi en relation avec Lui, ils avaient « été circoncis d’une circoncision qui n’avait pas été faite de main », et avaient dépouillé de cette façon le corps de la chair", tout l’état de perdition dans lequel ils se trouvaient par nature. La mort sur la croix, que notre Saint Substitut a dû souffrir dans toute son horrible réalité, est la mort du croyant, c’est la fin de son état comme homme dans la chair. Jésus seul a accompli la grande œuvre, et Lui seul pouvait l’accomplir, mais par la foi nous en bénéficions, elle est notre part dans toute sa perfection et toute son efficacité, de manière que nous avons déjà maintenant notre place dans le Christ, et bientôt nous serons aussi dans le ciel avec Lui.

    « Étant ensevelis avec Lui par le baptême », nous avons déjà vu cela plus haut dans l’épître aux Romains, mais ici l’apôtre continue en ajoutant « dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble » et pour que personne ne pense à un pouvoir quelconque inhérent à l’acte du baptême, il poursuit : « par la foi en l’opération de Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts ».

    Inutile de dire que dans ces passages, il s’agit toujours d’une résurrection dans le sens spirituel. Nous étions autrefois morts, spirituellement morts, dans nos péchés et dans l’incirconcision de notre chair, Il nous a maintenant vivifiés ensemble avec Lui nous ayant pardonné toutes nos fautes. Cette force opérante de Dieu, l’opération de sa puissance (Éphésiens 1:19 ; 3:7), comme elle s’est manifestée dans la mort et la résurrection de notre Seigneur ! Combien grande et magnifique et incomparable est cette opération de Dieu ! La considérer ici, mise en rapport avec le baptême nous montre de nouveau quelles sont aux yeux de Dieu l’importance et la portée de celui-ci, et comme le fait de s’en souvenir et d’approfondir sa nature et sa signification avec intelligence doit nous être d’un grand profit spirituel. Mais, nous le répétons, gardons-nous du danger de faire du baptême autre chose que ce qu’il est : un symbole !

    Cet avertissement nous conduit comme de lui-même au dernier passage dans lequel l’Esprit de Dieu parle du baptême : 1 Pierre 3:21-22, et où il est effectivement désigné comme une image, ou pour mieux dire un « antitype » (comparez Hébreux 9:24), Dans les versets précédant ceux-ci, l’apôtre, écrivant aux croyants d’origine juive, les instruit du fait qu’autrefois, quand la patience de Dieu attendait, le Seigneur, par le même Esprit par lequel Il a été vivifié une fois l’œuvre accomplie, était allé, par Noé, prêcher la repentance aux hommes qui vivaient alors sur la terre, (qui maintenant sont emprisonnés en tant qu’esprits). Car, en effet, l’Esprit du Christ était dans les prophètes de l’Ancien Testament et parlait par eux (1 Pierre 1:11 et 2 Pierre 1:21). Mais les hommes méprisèrent alors la patience de Dieu, comme aussi le fit Israël au temps de l’apôtre ; personne n’écouta les sérieux avertissements du serviteur de Dieu, et seulement quelques-uns, huit âmes, furent sauvés à travers les eaux dans l’arche.

    Le déluge fut la fin de toute chair en ces jours-là, l’humanité était mûre pour le jugement et Noé seul trouva grâce aux yeux de Dieu. Obéissant au commandement divin, Noé construisit l’arche et s’y mettant en sûreté avec sa famille, il fut, par les eaux mêmes qui entraînaient la mort de tous les autres, sauvé et porté jusque sur la terre purifiée par le jugement, terre devenue pour ainsi dire un monde entièrement renouvelé. Il en est de même des croyants, ils sont unis au Christ dans la ressemblance de sa mort, en un certain sens mis à l’abri du jugement qui bientôt va tomber sur ce monde. La condamnation que leur Substitut a endurée, la mort à la croix, est précisément le seul moyen de leur salut. Nous comprenons mieux maintenant les paroles de l’apôtre « or cet antitype (de l’arche) nous sauve aussi maintenant, c’est-à-dire le baptême. » Et pour prévenir des erreurs telles que penser que la cérémonie extérieure a, en elle-même, une puissance de salut, Pierre ajoute ensuite « non le dépouillement de la saleté de la chair mais la demande à Dieu d’une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ ». Le croyant a une bonne conscience à cause de la résurrection de son Substitut, lequel a été « livré pour nos fautes, et a été ressuscité pour notre justification » (Romains 4:25) ; ayant laissé derrière Lui, dans la mort, tous nos péchés, il est maintenant à la droite de Dieu (verset 22). C’est pourquoi l’apôtre peut considérer avec raison, le baptême, comme la demande de cette bonne, parfaite conscience devant Dieu. En passant par le baptême, et dans le sens spirituel par la mort, nous levons les yeux avec des cœurs reconnaissants et heureux vers Celui qui a expié tous nos péchés par la mort, et qui maintenant occupe, comme Chef sur toutes choses, le trône à la droite de la Majesté.

    Je terminerai par un bref résumé de ce qui a été dit. Nous avons vu le baptême mis successivement en rapport avec la rémission ou la purification de nos péchés, avec notre mort au péché, avec la mort et la résurrection du croyant avec le Christ, avec notre introduction dans une position complètement nouvelle comme fils de Dieu dans le Christ, dans laquelle il n’y a plus aucune différence extérieure, tous un dans le Christ, et le Christ tout et en tous, avec notre circoncision dans le dépouillement du corps de la chair dans la circoncision du Christ, et enfin avec notre salut complet par la résurrection du Christ.

    En vérité, il vaut la peine de méditer avec prière sur la signification du baptême sous tous ces rapports, et de recueillir le fruit des enseignements précieux qui nous sont donnés par l’Esprit Saint.

    Que cette simple méditation apporte à tous les lecteurs la bénédiction dont l’auteur lui-même a pu si souvent bénéficier en s’occupant de ce sujet !

     

    Au Nom de JÉSUS 

    Il ne peut échapper à celui qui étudie attentivement le baptême biblique que lors de tous les nombreux baptêmes des Actes nous ne trouvons pas une seule fois l’invocation : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». C’est frappant et ce n’est certainement pas sans intention. Rechercher les pensées de Dieu dans l’humilité et dans un saint respect pour la Parole inspirée, c’est notre grand privilège.

    Si nous faisons la comparaison entre ce qui nous est dit dans les Évangiles d’une part, et dans les Actes d’autre part, il n’est pas difficile de reconnaître que dans les Évangiles c’est le royaume messianique qui nous est présenté, tandis que dans les Actes comme aussi dans les Épîtres des Apôtres, c’est l’Église, l’Ekklésia, deux choses en soi fondamentalement différentes. La première est liée avec les bénédictions terrestres, la dernière avec les bénédictions célestes. Le Royaume messianique a comme centre un Roi et Seigneur reconnu, régnant à Sion, et devant qui tout, jusqu’aux extrémités de la terre, se prosterne en lui apportant l’adoration, tandis que l’Église est liée à un Chef rejeté par les hommes, injurié et méprisé, et qui a sa place dans le Ciel. Devons-nous donc nous étonner de trouver également en ce qui concerne le baptême un changement essentiel ? Certainement pas !

     

    Citons brièvement les passages qui s’y rapportent :

    « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ » (Actes 2:38).

    « Ils avaient été baptisés pour le nom du Seigneur Jésus » (Actes des Apôtres 8:16).

    « Et il (Pierre) commanda qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur » (Actes 10:48).

    « Ils furent baptisés pour le nom du Seigneur Jésus » (Actes 19:5).

    « Et maintenant que tardes-tu ? Lève-toi et sois baptisé et te lave de tes péchés, invoquant son Nom » (Actes 22:16).

    Il ressort clairement de ces passages que dans les Actes, le baptême était accompli au nom du Seigneur Jésus.

    Cela nous amène à une vérité très importante, nous voudrions dire fondamentale au sujet du baptême. C’est le baptême pour le nom de Jésus, notons-le, non pas pour le nom du Christ, car comme tel le Seigneur est l’Oint, le Roi, le Messie. Même si cela n’est pas dit expressément, ce nom est en rapport avec le baptême pour le Royaume, royaume que les Évangiles ont pour objet. Nous devons constater qu’en Matthieu 28, nous nous trouvons sur le terrain juif. L’Assemblée, l’Ekklésia, est laissée de côté en tant que telle, bien que le Seigneur l’ait nommée deux fois (Matth. 16:18 ; 18:17). Les disciples, auxquels le Seigneur donne l’ordre de baptiser, ne se tiennent pas devant Lui en tant que membres de son corps, mais en tant que représentants des fils du Royaume. Ils le seraient restés, si le peuple d’Israël, dans sa roideur de cou et dans son endurcissement, n’avait pas obstinément résisté même au témoignage suprême du Saint Esprit. Par-là nous en arrivons à la véritable signification du baptême dans les Actes. C’est le baptême pour Jésus, la confession d’un nom rejeté par ce monde, couvert d’opprobre et méprisé, oui la confession du nom le plus haï dans le monde entier. Il en sera ainsi pendant toute la période de la grâce, c’est-à-dire de l’Église, jusqu’à ce qu’Israël, régénéré et renouvelé reconnaisse le Christ, le Roi oint. Alors non seulement Israël mais toute la terre lui sera soumise, et la confession de son nom ne sera plus comme aujourd’hui liée à la honte et au mépris, ou même à la persécution et à la mort du martyr, mais liée à l’honneur et à la gloire convenant à celui qui régnera en paix et en justice. Tout sera changé et renouvelé. Il n’en est pas ainsi pour le présent !

    Nous nous trouvons dans un monde plein d’injustice et d’inimitié contre Dieu. Mais dans ce monde de péché Dieu fait proclamer l’Évangile de la grâce, et le Saint Esprit rassemble un peuple qui a trouvé le salut et la paix par la foi au nom de Jésus le Fils de Dieu. Maintenant donc quiconque est ajouté par Dieu à sa chère Assemblée, doit être baptisé selon les directives de l’Écriture.

    Nous baptisons au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ; mais les frères qui actuellement baptisent ont-ils tort s’ils ajoutent « pour le nom de Jésus » ? Qu’il s’agisse de l’économie israélite dans le Royaume qui vient ou de la présente économie de l’Ekklésia, l’appartenance à l’une ou à l’autre n’est possible que par la nouvelle naissance. Autrement, est-ce que cela aurait un sens d’invoquer dans le baptême les trois personnes de la déité ? Certainement pas ! Mais dans l’ère présente du salut nous sommes en outre unis à un Sauveur rejeté, et il a plu au Saint Esprit d’enseigner aux apôtres, non seulement à baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, mais aussi en « invoquant le nom du Seigneur », comme cela eut lieu pour le baptême de Paul et ailleurs. Nous pouvons comprendre que Paul hésitait ; il avait souillé ses mains avec le sang des martyrs, qui avaient livré leur vie à la mort pour le nom de Jésus. Et était-ce possible !? c’est le même nom de Jésus, qu’il avait haï de la plus profonde haine et qu’il voulait extirper de la terre, c’est ce même nom qu’il devait et pouvait invoquer dans le baptême ! Heureux Paul ! Combien sont grands l’amour et la miséricorde de Celui qu’il persécutait.

    Et « pourquoi tardes-tu ? » Ne trouves-tu pas aussi, que c’est un incomparable privilège d’invoquer dans le baptême le Nom qui, aussi méprisé soit-il encore dans ce monde, remplit maintenant nos cœurs, le nom par lequel nous avons trouvé salut et délivrance, pardon des péchés et vie éternelle ! C’est cela maintenant : l’invocation du nom d’un Christ qui ne se trouve plus sur la terre au milieu de ses disciples, mais qui habite dans le ciel et qui réunit désormais avec Lui là-haut tous ceux qui croient en Lui. Nous n’invoquons pas le nom d’un roi, mais le nom de Jésus, le nom qui est le plus haï sur la terre. Cependant tout pouvoir Lui a été donné dans le ciel et sur la terre, et il sera avec les siens jusqu’à la consommation du siècle.

     



     

    haut

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment aller au ciel

     


    Beaucoup croient que pour aller au ciel, il suffit d’être quelqu’un de bien. Pour certains, être bon signifie ne pas être mauvais. L’une ou l’autre de ces affirmations peuvent vous décrire : Vous n’avez tué personne. Vous ne volez pas. Vous ne jurez pas outre mesure. Vous ne mentez pas trop souvent. Vous ne prenez pas de drogues. Vous ne trichez pas. Vous ne jouez pas votre argent. Vous avez la conscience tranquille car après tout, vous n’êtes de loin pas aussi mauvais que ces gens qui défraient la chronique, dans la presse ou à la télévision. Vous êtes simplement comme tous ceux de votre entourage et ce n’est pas possible que vous alliez tous en enfer. Vous êtes donc à peu près sûr qu’après votre mort, Dieu vous laissera entrer dans son ciel, c’est bien cela ?

     



    Beaucoup d’autres pensent mériter le ciel en faisant le bien. L’une ou l’autre de ces affirmations peuvent vous décrire : Vous donnez de l’argent aux mendiants, de la nourriture aux sans abris qui se trouvent aux coins des rues. Vous participez activement aux affaires civiques et communautaires. Sans compter, vous donnez votre temps, vos talents et/ou votre argent à des organisations à but non lucratif et des œuvres caritatives. Vous êtes meilleur que bien des gens de votre connaissance. Vous êtes vraiment bien et vous êtes convaincu qu’à votre mort, Dieu vous accueillera avec faveur dans son ciel, vrai ?

     

     

    Pour d’autres encore, l’observation rigoureuse de rites religieux sera leur billet d’entrée pour le ciel. Ceci peut décrire ce que vous croyez : Vous adoptez des croyances religieuses qui vous disent comment vivre une vie spirituelle. Votre religion vous dit peut-être qu’il y a un Dieu, mais elle ne vous explique pas comment établir une relation personnelle avec Lui. Enfin, en dépit de l’observation de tous ces rites religieux, votre religion ne vous garantit pas que leurs pratiques vous permettent d’entrer au ciel auprès de Dieu, n’est-ce pas ?

     

    Comment aller au ciel – Croyez la vérité !

     


    La vérité est qu’il n’y a qu’un seul et unique chemin pour tout être humain de pouvoir entrer au ciel, et c’est en croyant au Seigneur Jésus-Christ. Tout être humain est pécheur par nature. La Bible dit que nos efforts à faire « de bonnes actions » ne sont ni acceptables ou adéquats aux yeux de Dieu (Ephésiens 2:8-9). Dieu seul est saint. Dieu seul est bon. Aussi, Dieu a-t-il frayé un chemin pour que les êtres humains pécheurs puissent entrer dans son ciel.

    Seul être parfait de tout l’univers, Dieu est venu sur la terre il y a 2000 ans, incarné en homme – Jésus. Sa mère était une jeune fille vierge nommée Marie. Marie n’a pas été fécondée par un homme, mais par le Saint Esprit du Dieu vivant. Elle a donné naissance au Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ.

     

     

    Les lois de Dieu exigeaient le sacrifice d’une vie pour le salut d’une autre. Les sacrifices d’animaux offerts par le peuple Juif ne suffisaient pas à la purification de leurs péchés. C’est pourquoi Dieu s’est sacrifié lui-même à travers la personne du Seigneur Jésus, afin que nos péchés puissent être pardonnés par le sang de Jésus-Christ. Durant sa vie sur la terre, Jésus a mené une vie parfaite, sans péché.

     

     

    Jésus-Christ est mort sur une croix. Il a été enseveli dans un tombeau pendant trois jours. Le troisième jour, il est ressuscité d’entre les morts. Après quarante jours, Il est retourné au ciel où il règne actuellement. Il reviendra sur la terre une seconde fois pour chercher ceux qui ont confessé leur foi en Lui.

     

    Comment aller au ciel – C’est une décision personnelle

     


    Jésus est mort afin que ceux qui croient en Lui ne soient plus condamnés à une éternité loin de Dieu. Si vous voulez être assuré d'aller au ciel après votre mort et si vous croyez que Jésus-Christ est mort pour vous sauver de la condamnation pour vos péchés, voici quelques questions:

    Comprenez-vous que vous êtes pécheur et croyez-vous que Jésus-Christ est venu comme seul et unique Rédempteur du péché ? Etes-vous prêt à recevoir le don de Dieu, son fils Jésus-Christ ? Si c'est le cas, croyez en Christ, repentez-vous de vos péchés et consacrez-lui le reste de votre vie, le considérant comme votre Seigneur :

     

    « Père céleste, je sais que j’ai désobéi à tes lois et que mes péchés m’ont séparé de toi. J’en suis sincèrement attristé et je désire maintenant me détourner de ma vie passée de péchés et me tourner vers toi. S’il te plait, pardonne-moi et aide-moi à m’éloigner du péché. Je crois que ton Fils Jésus-Christ est mort pour mes péchés, qu’il est ressuscité des morts, qu’il est vivant et qu’il entend ma prière. J’invite Jésus à devenir le Seigneur de ma vie, et à régner dorénavant dans mon cœur. Merci d’envoyer ton Saint-Esprit pour m’aider à t’obéir et faire ta volonté pour le reste de ma vie. Je prie au nom de Jésus. Amen. »

     

     

     

    « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » (Actes 2:38)

     


    Si vous avez pris la décision de devenir chrétien aujourd’hui, bienvenue dans la famille de Dieu. Dans le but de nous approcher toujours plus de lui, la Bible nous dit de poursuivre notre engagement.

     

    • Faites-vous baptiser pour répondre au commandement de Christ.
    • Parlez aux autres de votre nouvelle foi en Christ
    • Passez du temps avec Dieu chaque jour. Cela ne doit pas nécessairement durer longtemps. Prenez simplement l'habitude quotidienne de prier et de lire sa Parole. Demandez à Dieu d'augmenter votre foi et votre compréhension de la Bible.
    • Recherchez la compagnie et l'amitié d'autres chrétiens. Développez un groupe d'amis chrétiens pour avoir des échanges, obtenir des réponses à vos questions et vous encourager.
    • Trouvez une église locale qui enseigne le message biblique, et où vous pourrez rendre un culte à Dieu.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Armons-nous de la foi

     

     

     

     

     

    ARMONS-NOUS DE LA FOI

     

     

     

    « Le Seigneur dit : Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous obéirait. » Luc 17:6

     

     

     

    Savez-vous quelle est la particularité de la graine de moutarde ? Bien quelle soit petite, environ 1mm, elle devient un arbuste où les oiseaux du ciel peuvent venir s'abriter (Matthieu 13:31-32), mais elle ne se contente pas de grandir, elle est productive.

     

    Êtes-vous une graine de moutarde ? Vous sentez vous trop petit pour servir Dieu ? Alors écoutez ce que nous dit le Seigneur. Il nous donne maintes exemples dans la Bible où il utilise les plus faibles, les plus petits, les plus humbles, pour conquérir et vaincre l’ennemi. Gédéon était le plus petit dans la maison de son père (Juges 6:15) et pourtant, armé de la foi, il délivra son peuple. David n'était-il pas le plus jeune parmi ses frères (1 Samuel 17:14) ? Néanmoins, Dieu l'utilisa et il devint un grand roi. Nous pourrions prendre également l'exemple de Joseph, d'Abraham et de bien d'autres. Qu'est-il dit de Jésus lui-même ? « Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. » Esaïe 53:2. Avant tout, Dieu nous demande d'être humbles et obéissants. Comme une graine de moutarde, laissons le Seigneur enterrer notre ancienne nature et croissons en Christ, dans la bonne terre, celle de sa parole. Soyons abreuvés de son Saint-Esprit et portons du bon fruit. En devenant un arbre, la graine de sénevé en produit beaucoup d'autres qui, au final, viendront parfumer nos plats. Répandons autour de nous le parfum de celui qui vit en nous, Jésus-Christ, et avançons avec foi.

     

    Avoir la foi comme une graine de moutarde n'est possible qu'en recherchant continuellement la face de Dieu et en recevant Jésus-Christ pour Seigneur et Sauveur. Jésus nous laisse ce message merveilleux « Tout est possible à celui qui croit » Marc 9:23. Les apôtres eux-mêmes n'ont-ils pas demandé à Jésus d'augmenter leur foi (Luc17:5) ? Comment est-ce possible ? Il suffit de garder une attitude de soumission au Seigneur, de veiller dans la prière, dans la méditation de la parole divine et d'ancrer en nous les préceptes donnés par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Les épreuves ne nous épargneront pas, mais revêtus des armes spirituelles dont le bouclier de la foi, nous sortirons toujours vainqueurs, car Jésus marche à nos côtés. Le Seigneur nous laisse cette parole « Je vous le dis en vérité, si vous avez de la foi et que vous ne doutez pas, non seulement vous ferez ce qui a été fait à ce figuier, mais même si vous dites à cette montagne : « Retire-toi de là et jette-toi dans la mer », cela arrivera » Matthieu 21:21. Ainsi donc, pour que la foi se consolide et grandisse, il ne faut pas laisser germer le doute en nous. Au contraire, nous devons placer notre entière confiance en notre Seigneur Jésus-Christ en le laissant prendre le gouvernail de notre vie et en recevant en nous son Esprit Saint.

     

    N'oublions pas que la foi est primordiale, mais elle n'est pas suffisante. 1 Corinthiens 13:2 nous enseigne « Si j'ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j'ai même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien ». Dieu est amour et il veut que nous portions en nous ses attributs.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    NOVA SIMPLE (clic gauche)

    Le croyant a besoin de s'informer pour se former. L'outil informatique fait partie de notre vie actuelle et nous avons besoin également d'être informés.

    suite...

     

     

    http://www.conceptsdppro.fr

     

     

     

     

    Nova-Simple est une solution informatique simplifiée.

     

    C'est à dire un ensemble de produits et services destiné à apporter un accès simplifié à l'informatique en général et à Internet en particulier.

     

    Cet accès simplifié s'articule autour de 3 axes : Simplicité, Sécurité et Services.

     

    Simplicité !

     

    Utilisation intuitive, larges boutons, textes compréhensibles, codes couleurs et cohérence de fonctionnement font de Nova-Simple un régal de simplicité.

     

    Nova-Simple est prioritairement destiné :

     

    • aux personnes de tous âges n'ayant aucune connaissance ou compétence en informatique
    • aux personnes possédant un ordinateur mais dont l'utilisation et l'entretien s’avèrent trop compliqués à gérer.

     

    Nova-Simple permet :

     

    • l'accès à Internet ;
    • l'utilisation d'une messagerie (e-mail) ;
    • l'utilisation des fichiers multimédias : photo, son, vidéo, diaporama et texte ;
    • l'utilisation d'une webcam ;
    • l'utilisation d'un traitement de texte simplifié.

     

    De nouvelles fonctions seront régulièrement proposées.

     

    Nova-Simple intègre nativement tout ce qui est nécessaire à son utilisation. Nul besoin d'installer Acrobat Reader pour lire un PDF par exemple.

     

    Parmi les particularités du système, il faut noter la complète intégration des fonctions.
    Que l'on utilise une photo, un site Internet favori ou un e-mail, les commandes sont les mêmes, l'environnement est le même et la logique est la même.
    L'apprentissage s'en trouve donc grandement facilité.

     

    Sécurité !

     

    Un des gros points forts de Nova-Simple est qu'il affranchit totalement des problèmes les plus stressants de l'informatique d'aujourd'hui : pas de virus, pas de publicités intempestives, pas de toolbars ou autres programmes non désirés et/ou intrusifs.

     

    Les mises à jour sont automatiques et transparentes et une grande partie de la gestion technique quotidienne de l'ordinateur est faite à distance par l'équipe Nova-Ria. 

     

    Nous assurons une veille technique et, par l’intermédiaire des Mises à Jour automatiques, nous assurons la sécurité de nos clients.

     

    Autre élément de sécurité, le disque dur de sauvegarde automatique. 

     

    Il s'agit d’un disque dur externe dans lequel est installé un programme spécialement développé par Nova-Ria.

     

    Il suffit à nos utilisateurs de le brancher régulièrement pour qu'il fasse une copie de sauvegarde de l'ensemble des contenus utilisateur soit :

     

    • Sites Internet favoris
    • E-mails reçus et envoyés (y compris pièces jointes)
    • Tous les contenus multimédias (photos, musiques, vidéos, ..)

     


    En cas de panne de l'ordinateur (notamment du disque dur, ce qui est la panne la plus fréquente), nous avons la possibilité de reconstruire un ordinateur à l'identique !

     

    Services !

     

    L'ensemble des services est GRATUIT durant 4 ans pour achat d'une Solution informatique Simplifiée Nova-Simple.

     

    Installation

     

    • installation de la box Internet (si elle n'est pas encore présente dans le foyer) à exclusion de l'offre Triple Play.
    • raccordement du système Nova-Simple à la box Internet (le plus souvent par Wifi).
    • programmation des comptes de messagerie.
    • installation éventuelle de l'imprimante, avec cependant les réserves suivantes :
      • si l'imprimante est déjà présente, elle doit compatible avec Linux (c'est le cas pour la plupart des imprimantes ''grand public'') ;
      • si l'imprimante est achetée spécialement, il faut quelle soit disponible le jour de l'installation ;
      • nous préconisons l'utilisation d'une imprimante de marque HP.

     

    Formation

     

    Trois types de formation sont proposés :

     

    • une formation de base, destinée aux tout débutants.
    • une formation normale, destinée aux personnes peu sûr d'elles, mais qui ont une notion de ce qu'est Internet et une messagerie ;
    • une formation avancée, destinée aux personnes ayant déjà utilisé un ordinateur.

     


    En plus d'une formation nos utilisateurs disposent d'un mode d'emploi en deux parties.
    La 1er partie est une formation très généraliste de ce qu'est l'informatique et Internet en particulier.
    La seconde partie est représentée par le mode d'emploi de Nova-Simple. Très détaillé et richement illustré le mode d'emploi décrit toutes les fonctions de Nova-Simple.
    Il donne aussi une série de conseils indispensables.

     



    Pour les personnes préférant les "images qui bougent", nous fournissons aussi une série de vidéos tutorielles expliquant, en moins d'une minute, les fonctions essentielles de Nova-Simple.

     

    Le Service Après-vente

     

    Les matériels utilisés dans la solution Nova-Simple sont garantis durant 4 ans.
    La garantie couvre tous les frais : Transport, pièces et mains d’œuvre.

    Attention cependant, Les garanties excluent les dommages d’origine externe, les dommages consécutifs à une utilisation non conforme des produits, les dommages consécutifs à l’intervention d’un réparateur non agréé par Nova-Ria.

     

    L'aide par téléphone (Support)

     

    En cas de besoins, problèmes matériels et techniques ou questions sur l'utilisation de Nova-Simple, le Support est joignable par téléphone. L'appel est gratuit.

     


    Le Support Nova-Simple dispose notamment de la possibilité d'une prise en main à distance de l'ordinateur client.

     

    Les mises à jour

     

    Sont prévues dans ce cadre :

     

    • les mises à jour de type "sécurité". Déjà évoquées dans le chapitre "Sécurité".
    • les mises à jour de type ''évolutives''.

     


    Elles sont destinées à apporter régulièrement à nos clients les évolutions du produit, c'est-à-dire les nouveautés, les améliorations ou les nouvelles fonctions créées pour Nova-Simple.

    Ces différentes Mises à Jour garantissent à nos clients de disposer d'un produit adapté aux usages et évolutions d'Internet.

     



    Ces mises à jour sont automatiques ! Aucune action n'est demandée aux clients.
    Cependant, les mises à jour importantes feront l'objet d'une communication particulière.

    De plus les Mises à jour ne seront jamais "destructives", c'est à dire qu'elles n'apporteront jamais de changement notoire de concept, d'esthétique ou de fonctionnement.

     

     

    produit Nova-simple

     

    La solution Nova-Simple est disponible sur PC portable 15 et 17".
    Elle inclut la sacoche de transport, un chiffon microfibre et le disque dur de sauvegarde automatique.
    Les services sont gratuits durant 4 ans.

     

    Ce que vous ne pouvez PAS faire avec Nova-Simple (pour l'instant) 

     

    • utiliser un programme prévu pour Windows ou Mac OS.
    • utiliser des programmes achetés dans le commerce, tels que jeux ou utilitaires.
    • télécharger et utiliser des programmes trouvés sur Internet. Ils ne fonctionneront pas.
    • gérer un Smartphone type iPhone ou un GPS (ce type d'appareil est fourni uniquement avec des programmes de gestion Windows ou Mac)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Amour parfait de Dieu, Grâce infinie

     

     

     

    Tu es toujours aimé de Dieu, malgré tes péchés, car Il est fidèle et juste.

     

    Jésus t'aime énormément et il a préparé de grandes choses pour ceux qui l'aiment et qui mettent leur confiance en lui;

     

     

     

    Si tu crois en Jésus et si tu as mis toute ton espérance en lui, si tu établis une relation intime et personnelle avec lui, si tu fais alliance avec lui et reçois son Esprit Saint, l'Esprit d'adoption pour avoir reçu et confessé Jésus comme étant ton Seigneur et Sauveur de ton âme, tu seras appelé prince dans le Royaume de ton Père céleste, tu seras fils de Dieu par adoption, tu seras l'héritier du Grand Roi, il t'a déjà laissé un Testament dans lequel il te décrit ton héritage et il te parle de sa ville sainte appelée Nouvelle Jérusalem, aux rues d'or, préparée pour toi, il y a une maison de prince qui sera bâtie pour toi dans sa ville céleste.

     

     

     

    Je partage maintenant avec toi ce message te parlant de la foi,

     

    . Les bénédictions de la foi

     

    C'est par la foi que l'homme reçoit de nombreuses bénédictions:

     

     

      • il est mis au bénéfice de l'œuvre de Jésus-Christ et des promesses de Dieu (Ga 3.6-8; 2 Co 1.20)

     

     

     

     

      • il reçoit l'exaucement de ses prières (Mt 21.21-22)

     

     

      • il est gardé par la puissance de Dieu (1 Pi 1.5).

     

     

     

     

    Je t'envoie ce message pour que tu apprennes à vivre dans la présence de Dieu et la motivation dont tu as besoin pour marcher dans la voie royale de la foi en Jésus-Christ et parvenir à destination, c'est-à-dire le paradis céleste de Dieu lorsque l'histoire de ta vie sur terre sera terminée.

     

     

     

    Que Dieu te bénisse

     

     

     

    Amour parfait de Dieu, Grâce infinie 

    Amour parfait de Dieu, Grâce infinie 

    Amour parfait de Dieu, Grâce infinie

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Jésus  est ressuscité

     

     

     

    http://www.info-bible.org/charte/haut.gif1 Corinthiens 15

     

    15.1

     

    Je vous rappelle, frères, l'Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré,

     

    15.2

     

    et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain.

     

    15.3

     

    Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures;

     

    15.4

     

    qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures; 

     

    15.5

     

    et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze.

     

    15.6

     

    Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts.

     

    15.7

     

    Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres.

     

    15.8

     

    Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton;

     

    15.9

     

    car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu.

     

    15.10

     

    Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

     

    15.11

     

    Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru.

     

    15.12

     

    Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts?

     

    15.13

     

    S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité.

     

    15.14

     

    Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine.

     

    15.15

     

    Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point.

     

     

     

    15.16

     

    Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n'est pas ressuscité.

     

    15.17

     

    Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés,

     

    15.18

     

    et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus.

     

    15.19

     

    Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes.

     

    15.20

     

    Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts.

     

    15.21

     

    Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts.

     

    15.22

     

    Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ,

     

    15.23

     

    mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement.

     

    15.24

     

    Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance.

     

    15.25

     

    Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds.

     

    15.26

     

    Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort.

     

    15.27

     

    Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté.

     

    15.28

     

    Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.

     

    15.29

     

    Autrement, que feraient ceux qui se font baptiser pour les morts? Si les morts ne ressuscitent absolument pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux?

     

    15.30

     

    Et nous, pourquoi sommes-nous à toute heure en péril?

     

    15.31

     

    Chaque jour je suis exposé à la mort, je l'atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus Christ notre Seigneur.

     

    15.32

     

    Si c'est dans des vues humaines que j'ai combattu contre les bêtes à Éphèse, quel avantage m'en revient-il? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons.

     

    15.33

     

    Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.

     

    15.34

     

    Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte. 

     

    15.35

     

    Mais quelqu'un dira: Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils?

     

    15.36

     

    Insensé! ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt.

     

     

     

    15.37

     

    Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence;

     

    15.38

     

    puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre.

     

    15.39

     

    Toute chair n'est pas la même chair; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons.

     

    15.40

     

    Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres.

     

    15.41

     

    Autre est l'éclat du soleil, autre l'éclat de la lune, et autre l'éclat des étoiles; même une étoile diffère en éclat d'une autre étoile.

     

    15.42

     

    Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible;

     

    15.43

     

    il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force;

     

    15.44

     

    il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.

     

    15.45

     

    C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.

     

    15.46

     

    Mais ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite.

     

    15.47

     

    Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.

     

    15.48

     

    Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.

     

    15.49

     

    Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.

     

    15.50

     

    Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité.

     

    15.51

     

    Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés,

     

    15.52

     

    en un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.

     

    15.53

     

    Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité.

     

    15.54

     

    Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire.

     

    15.55

     

    O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon?

     

    15.56

     

    L'aiguillon de la mort, c'est le péché; et la puissance du péché, c'est la loi.

     

    15.57

     

    Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ!

     

    15.58

     

    Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l'œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur. 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    La sanctification

     

    « Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification ; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité »

     

    1 Thessaloniciens 4:3

     

    La sanctification est un sujet important qui est souvent négligé. Pourtant, nous sommes mis face à notre responsabilité pour effectuer cette démarche spirituelle. Comme nous l'indique clairement l'apôtre Paul, Dieu désire notre sanctification. Pour que cela puisse être possible, nous devons nous éloigner de l'impudicité et de l'impureté. Or, si nous cherchons à y parvenir par nos propres forces, nous allons vers une défaite certaine. Il faut que nous acceptions que le Seigneur agisse en nous et nous transforme pour que nous puissions être sanctifiés.

     

    Rechercher la sanctification est essentiel pour pouvoir un jour voir le Seigneur. Nous pouvons le lire dans Hébreux 12:14 « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur ». Il est aussi écrit dans  1 Thessaloniciens 4:7 « Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sanctification ».

     

    Alors, qu'est-ce que l'impudicité et l'impureté ? L'impudicité n'est autre que la luxure, le libertinage, l'indécence, tout ce qui blesse la pudeur. Quant à l'impureté, c'est tout ce qui est contraire à la pureté. C'est-à-dire, la souillure, l'immoralité, la corruption, le mensonge, tout ce qui altère les pensées, les actes et les sentiments. Paul nous laisse ce passage important dans 2 Corinthiens 7:1 « purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu ». Bien sûr, cette crainte n'est pas de la peur, mais du respect et de l'obéissance. Paul nous avertit également dans Galates 5:19-21 « Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu ». Nous devons donc fuir toutes ces choses (Éphésiens 5:3 ; 2 Pierre 2:10 ; Colossiens 3:5).

     

    Il faut savoir que la sanctification n'est possible qu'en Jésus, lui seul (Hébreux 10:10).

     

    Lisons dans 1 Corinthiens 1:30 « Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption ». Jésus a donné sa vie pour nous racheter, nous laver, nous purifier, nous justifier et nous sanctifier (1 Corinthiens 6:11). En méditant la Bible, nous pouvons voir que la parole et l'Esprit de Dieu nous sanctifient.

     

    Lisons-le dans Jean 17:17 « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité », ainsi que dans Romains 15:16, dans 1 Corinthiens 6:4 ; dans 1 Pierre 1:2 et dans 2 Thessaloniciens 2:13 « Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité ».

     

    La parole et l'Esprit de Dieu nous enseignent à distinguer le bien du mal, le vrai du faux et à observer les préceptes de Dieu avec obéissance et foi. C'est pourquoi, il est important de se soumettre au Saint-Esprit et de rechercher toujours plus la communion avec notre Seigneur. Hébreux 4:12 nous dit « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur ».Pour que nous puissions demeurer dans la sanctification, nous devons persévérer dans la méditation de la parole divine, dans la prière, dans l'obéissance et dans la foi (1 Timothée 4:5) en gravant dans nos cœurs les préceptes de notre Dieu Tout-puissant. Soyons des vases d'honneur, sanctifiés, utiles à notre Dieu et propres à toute bonne œuvre (2 Timothée 2:21).

     

    1. « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! »

    2. 1 Thessaloniciens 5:23

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire