• La part que le Seigneur nous a faite

    "Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l'appel qu'il a reçu de Dieu. C'est ainsi que je l'ordonne dans toutes les Églises" 1 Corinthiens 7:17

    À travers ce passage des Corinthiens, Paul nous encourage à avancer en conservant en nous "la part que le Seigneur nous a faite", c'est-à-dire en restant tels que nous étions lors de notre appel. Non pas en demeurant dans le péché, mais en gardant les préceptes qu'il a gravés dans nos coeurs. Nous ne devons pas chercher à ressembler aux autres ou à vouloir devenir différents. Le Seigneur nous a choisis avec nos particularités et il veut nous utiliser tels que nous sommes, dans notre milieu social, dans notre travail, dans notre famille ou autour de nous. Dieu nous donne à tous un ou plusieurs dons, il nous appelle à une charge dans l'Église ou dans un ministère bien spécifique, et il attend de nous une totale obéissance, avec humilité, une soumission respectueuse et confiante. Que nous dit Paul dans 1 Corinthiens 3:9 ? "Car nous sommes des ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu". J'aimerais que nous poursuivions notre lecture dans Éphésiens 2:21 "En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur". Ces deux passages me semblent très importants. Lorsque Dieu nous a appelés, en son Fils bien-aimé Jésus-Christ, il nous a attribué une tâche, une place bien précise. Nous sommes des ouvriers. Notez bien le terme employé par Paul "ouvriers avec Dieu". Non seulement, nous sommes ouvriers pour Dieu, mais aussi avec lui. Il ne nous laisse pas seuls, mais il est AVEC nous, il nous soutient par son Esprit-Saint et nous dirige avec amour en Jésus-Christ. Nous faisons partie de l'édifice de Dieu. Ensemble, nous constituons le corps de Christ ("Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part" 1 Corinthiens 12:27). Pour que ce corps soit bien coordonné, il faut que chaque membre reste à sa place, car nous sommes tous solidaires les uns des autres, tous complémentaires, tous uniques et importants. Nous sommes tous sous l'autorité de Jésus-Christ qui est la tête, le Chef de l'Église, et par qui nous sommes sanctifiés.

    Il y a également un terme important qu'il ne faut pas ignorer; il nous est dit de "marcher". C'est-à-dire d'avancer, de ne pas rester sur place. Nous devons nous mettre en mouvement pour pouvoir servir le Seigneur. Quel est le rôle des ouvriers ? Ils se mettent en action, ils participent au labeur, ils répondent à l'appel de celui qui les emploie. Nous pouvons lire ce passage d'Éphésiens 4:1 "Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée". Marcher de manière digne de la vocation, c'est s'investir avec foi, obéissance, persévérance et confiance, je le répète. Paul nous enseigne de quelle manière le Seigneur souhaite nous voir marcher. Lisons dans Colossiens 1:9-12 "...Nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toutes sagesse et intelligence spirituelles, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu. Vous serez fortifiés à tout point de vue par sa puissance glorieuse pour être toujours et avec joie persévérants et patients, et vous exprimerez votre reconnaissance au Père qui nous a rendus capables de prendre part à l'héritage des saints dans la lumière".

    Ainsi, marchons selon la part et l'appel qui nous ont été donnés par Dieu en Jésus-Christ, soyons remplis du Saint-Esprit, méditons la parole divine, gravons-la en nous, en toutes sagesse et intelligence spirituelles, dans la vérité (3 Jean 1:3), mais aussi portons du fruit de l'Esprit. Il nous est demandé d'avancer avec foi, dans la joie, la patience, avec persévérance et reconnaissance, comme le Seigneur a lui-même marché (1 Jean 2:6), car l'héritage qui nous est échu est puissant, merveilleux, incorruptible, en Jésus-Christ notre seul Seigneur et Sauveur (1 Pierre 1:4 . Colossiens 3:24 ; Éphésiens 1:18). 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bonne année 2017

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ne nous jugeons donc plus les uns les autres

    « Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute. » Romains 14:13

    Bien que nous soyons chrétiens, nous demeurons dans un corps humain et nos pensées ne sont pas toujours remplies des sentiments du Seigneur Jésus-Christ. Malheureusement, il nous arrive encore, parfois, de porter un jugement contre un frère en Christ, un parent, un voisin ou un collègue. Or, que nous dit la Bible à ce sujet ? « Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaissons tous devant le tribunal de Dieu » Romains 14:10.

    Nous sommes tous différents, nous avons des talents variés, et nous vivons tous des situations qui sont parfois compliquées. Qui que nous soyons, et quelle que soit notre condition, nous sommes tous appelés à comparaître devant le tribunal de Dieu qui est seul juge de toute chose. La parole de Dieu nous exhorte « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés, car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. » Matthieu 7:1 2. Or, lorsque nous sommes régénérés et ancrés dans la parole de Dieu, nous ne vivons plus comme lorsque nous faisions partie du monde. Nous marchons en étant remplis du Saint-Esprit et nous avons un regard spirituel. Paul poursuit dans Éphésiens 4:17 « Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme des païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées ». En portant un jugement contre une personne, nous pouvons la blesser, lui porter préjudice, et parfois même, la détourner de la parole divine. Certains sont affaiblis et fragilisés par les épreuves, par un mal-être…, et notre jugement peut les déstabiliser. D'ailleurs, Paul nous met en garde de ne pas devenir une pierre d'achoppement pour les faibles (1 Corinthiens 8:9). L'apôtre Jacques insiste également « Ne parlez point mal les uns des autres, frères » Jacques 4:11. Jésus lui-même nous enseigne ceci « Ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; absolvez, et vous serez absous » Luc 6:37. Le pardon, la charité, sont des caractéristiques que le Seigneur désire graver en nous. En effet, si nous portons en nous la semence divine, nous considérons autrui avec un regard spirituel, car nous marchons selon l'Esprit (Galates 5:16). Nous sommes donc encouragés à rechercher la paix de Dieu (Philippiens 4:7) et à revêtir les attributs du Seigneur, afin que nos paroles, nos actes, et nos pensées, puissent être en adéquation avec celui dont nous sommes les ambassadeurs (Jésus-Christ). Pour ce faire, nous sommes exhortés à nous éloigner de ceux qui causent des divisions, des scandales, ou qui ont la langue venimeuse (Romains 16:17). N'oublions pas que l'amour et la compassion sont à l'opposé de la jalousie et de l'égoïsme. L'amour ne fait pas de mal au prochain (Romains 13:10), l'amour est l'accomplissement de la loi en Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur. Je vous laisse ces deux derniers versets qui vous pousseront à tenir vos lèvres en bride et à donner des paroles pleines d'amour à ceux qui vous côtoient. Le premier verset se trouve dans 2 Thessaloniciens 3:5 « Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l'amour de Dieu et vers la patience de Christ ! ». Le dernier passage est le suivant « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres » Jean 13:35.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    O DIEU, MON AME A SOIF DE TOI

     

    « Les malheureux et les indigents cherchent de l'eau, et il n'y en a point ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, l’Éternel, je les exaucerai ; moi, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas »

     

    Esaïe 41:17

     

     

     

    Avez-vous déjà connu la soif ? Savez-vous que votre corps est constitué d'environ 70% d'eau ? Lorsque vous avez soif, vous avez la bouche pâteuse, la langue sèche, la gorge irritée, le transport de l'oxygène vers les cellules ne fonctionne plus très bien, la température du corps baisse…, vous êtes pris de vertiges, de fatigue intense, etc. Qu'en est-il spirituellement ?

     

    La soif spirituelle existe, mais beaucoup l'ignorent. Quels sont les symptômes de cet état ? Une fatigue indescriptible, un découragement total, une désorientation ou une dépression face aux événements de la vie, un désintérêt pour la lecture de la parole Sainte, la Bible, pour prier ou pour aller au culte le dimanche… David avait conscience de cet état d'épuisement spirituel. Lisons dans Psaumes 63 : 2 « O Dieu ! Tu es mon Dieu, je te cherche ; mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, desséchée, sans eau ». Tout comme le corps a un besoin vital d'eau, notre âme, notre esprit, se dessèchent s'ils ne sont pas continuellement abreuvés par la source divine. Mais où puiser cette eau vivifiante ? Jésus nous donne la réponse « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. » Jean : 6-35. Jésus nous encourage à demander cette eau divine. Lisons dans Apocalypse 21:6 « Et il me dit : C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement ». Poursuivons dans Apocalypse 22:17 « Et l'Esprit et l'épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement ». Jésus est celui qui donne gratuitement de l'eau de la vie. Il nous tend la main et ne demande qu'à nous désaltérer « celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » Jean 4:14. 

     

    D'où vient cette eau pure et intarissable ? « Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui » Jean 6:53-56. En offrant sa vie pour nous et en versant son sang à la croix du calvaire, Jésus nous a rachetés de la mort et libérés du péché. En acceptant Jésus-Christ pour Seigneur et Sauveur, nous sommes lavés et purifiés par son sang précieux. Celui qui croit en lui est justifié, purifié et sauvé. L'eau divine coule en lui à profusion. Alors, lorsque vous êtes assoiffés, vous n'avez qu'une chose à faire, ouvrir les vannes divines pour boire à volonté. Lorsque les symptômes de la soif spirituelle se font sentir, mettez-vous en prière, recherchez la face de Dieu, méditez la parole divine et louez-le. En ouvrant votre cœur et votre esprit, en laissant le Saint-Esprit vous abreuver, vous retrouverez l'énergie, la force d'avancer et d'affronter l'ennemi. Votre regard spirituel s'éclaircira et vous pourrez à nouveau glorifier notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Même à travers les plus grands déserts spirituels, dans les épreuves ou l'affliction, vous n'êtes jamais seuls ni abandonnés. Jésus est avec vous et son Esprit Saint vit en vous. Notre Seigneur Jésus-Christ est la manne divine et son Saint-Esprit nous désaltère gratuitement (Esaïe 48:21 ; Esaïe 55:1-2). Buvez à volonté, sans restriction !

     

    Dans le découragement, lorsque votre âme soupire et se languit, assoiffée, affamée, tournez les regards vers notre Seigneur bien-aimé, vers notre Dieu Tout-puissant et ouvrez votre cœur pour recevoir la vie en abondance.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Armons-nous de la foi

     

     

     

     

     

    ARMONS-NOUS DE LA FOI

     

     

     

    « Le Seigneur dit : Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous obéirait. » Luc 17:6

     

     

     

    Savez-vous quelle est la particularité de la graine de moutarde ? Bien quelle soit petite, environ 1mm, elle devient un arbuste où les oiseaux du ciel peuvent venir s'abriter (Matthieu 13:31-32), mais elle ne se contente pas de grandir, elle est productive.

     

    Êtes-vous une graine de moutarde ? Vous sentez vous trop petit pour servir Dieu ? Alors écoutez ce que nous dit le Seigneur. Il nous donne maintes exemples dans la Bible où il utilise les plus faibles, les plus petits, les plus humbles, pour conquérir et vaincre l’ennemi. Gédéon était le plus petit dans la maison de son père (Juges 6:15) et pourtant, armé de la foi, il délivra son peuple. David n'était-il pas le plus jeune parmi ses frères (1 Samuel 17:14) ? Néanmoins, Dieu l'utilisa et il devint un grand roi. Nous pourrions prendre également l'exemple de Joseph, d'Abraham et de bien d'autres. Qu'est-il dit de Jésus lui-même ? « Il s'est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ; il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. » Esaïe 53:2. Avant tout, Dieu nous demande d'être humbles et obéissants. Comme une graine de moutarde, laissons le Seigneur enterrer notre ancienne nature et croissons en Christ, dans la bonne terre, celle de sa parole. Soyons abreuvés de son Saint-Esprit et portons du bon fruit. En devenant un arbre, la graine de sénevé en produit beaucoup d'autres qui, au final, viendront parfumer nos plats. Répandons autour de nous le parfum de celui qui vit en nous, Jésus-Christ, et avançons avec foi.

     

    Avoir la foi comme une graine de moutarde n'est possible qu'en recherchant continuellement la face de Dieu et en recevant Jésus-Christ pour Seigneur et Sauveur. Jésus nous laisse ce message merveilleux « Tout est possible à celui qui croit » Marc 9:23. Les apôtres eux-mêmes n'ont-ils pas demandé à Jésus d'augmenter leur foi (Luc17:5) ? Comment est-ce possible ? Il suffit de garder une attitude de soumission au Seigneur, de veiller dans la prière, dans la méditation de la parole divine et d'ancrer en nous les préceptes donnés par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Les épreuves ne nous épargneront pas, mais revêtus des armes spirituelles dont le bouclier de la foi, nous sortirons toujours vainqueurs, car Jésus marche à nos côtés. Le Seigneur nous laisse cette parole « Je vous le dis en vérité, si vous avez de la foi et que vous ne doutez pas, non seulement vous ferez ce qui a été fait à ce figuier, mais même si vous dites à cette montagne : « Retire-toi de là et jette-toi dans la mer », cela arrivera » Matthieu 21:21. Ainsi donc, pour que la foi se consolide et grandisse, il ne faut pas laisser germer le doute en nous. Au contraire, nous devons placer notre entière confiance en notre Seigneur Jésus-Christ en le laissant prendre le gouvernail de notre vie et en recevant en nous son Esprit Saint.

     

    N'oublions pas que la foi est primordiale, mais elle n'est pas suffisante. 1 Corinthiens 13:2 nous enseigne « Si j'ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j'ai même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien ». Dieu est amour et il veut que nous portions en nous ses attributs.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif »,

     

     

     

    « Il (Élie) se leva et but ; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu'à la montagne de Dieu, à Horeb ». 1 Rois 19:8

     

     

     

                Quand Élie s'enfuit dans le désert face à la menace de Jezabel, il s'installe sous un genêt en réclamant la mort. Bien souvent, lorsque les épreuves que nous traversons nous semblent trop pénibles, voire insurmontables, nous avons tendance à baisser les bras et à gémir. Dans cette traversée du désert, Dieu montre à Élie qu'il est là pour prendre soin de lui et pour lui donner la force de reprendre son ministère. Devant sa fatigue physique, morale et spirituelle, Dieu lui prépare une personne qui l'accompagnera, Élisée. Il lui ouvre également les yeux pour qu'il cesse de geindre sur son sort et pour qu'il relève la tête.

     

                Dieu n'a pas changé et il a également prévu pour nous une nourriture spirituelle, divine, qui, lorsque nous la prenons, nous redonne de la vitalité et du courage pour affronter les difficultés de la vie. Cette nourriture, notre Père Céleste l'avait aussi donnée à son peuple et à Moïse, dans le désert (Psaumes 78:24). Cette manne divine n'est autre que Jésus-Christ lui-même « Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage » Jean 6:55. Jésus est la parole faite chair et le Saint-Esprit est la source qui nous désaltère. Nous avons donc toute la nourriture spirituelle suffisante pour reprendre des forces et avancer avec assurance, sachant que notre Seigneur bien-aimé a tout vaincu sur la croix du calvaire, et qu'en lui, nous avons la vie éternelle. Cette nourriture divine, Jésus-Christ, nous donne la vie et la force d'aller de l'avant. Lisons ce passage de Jean 6:58 « C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement ».

     

                Jésus est le pain de vie et lorsque nous sommes affaiblis, épuisés, désemparés et courbés sous le poids des soucis, il nous tend la main pour nous donner la nourriture qui nous rendra toutes les forces nécessaires au combat. Lorsque je me sens découragée, j'aime relire ces deux passages de la Bible, paroles qui m'encouragent. Le premier se trouve dans Jean 6:32-35 « Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel ; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent : Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif », et le second se situe dans 1 Corinthiens 10:13 « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter ».

     

                Tout comme l’Éternel restaura Élie et lui donna la force d'avancer, il est aujourd'hui encore à nos côtés, par son Saint-Esprit, en Jésus-Christ notre Sauveur. Si la nourriture de ce monde nous apaise temporairement, celle qui vient du ciel, de Dieu, nous rassasie pour toujours. Dans le découragement, l’Éternel ne nous abandonne pas. Comme il a redonné de la vigueur à Élie en l'incitant à ne pas s’apitoyer sur lui-même, il nous montre Jésus, son Fils bien-aimé, en qui nous trouvons tout ce dont nous avons besoin (Jean 6:27 ; Deutéronome 8:3). Le Seigneur nous laisse une merveilleuse nourriture à travers sa Parole (La Bible) et son Saint-Esprit. Alors, dans le désarroi, dans les difficultés, au lieu de baisser les bras comme le fit Élie, plions le genou devant notre Dieu et prenons la manne divine qu'il nous donne, Jésus-Christ. N'oublions pas « Ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse » 2 Timothée 1:7.

     

     

     

    « Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises : À celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit. » Apocalypse 2:17

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Mais Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel.

    Genèse 6:8 « Mais Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel. » 

     

     

     

    Alors que Dieu s’apprêtait à détruire la race humaine qui était totalement corrompue, Noé trouva grâce aux yeux de l’Éternel. C'est-à-dire qu'il obtint la faveur, la bienveillance de notre Dieu, car il était intègre et juste (Genèse 6:9). Nous pouvons le lire dans Genèse 7:1 « L’Éternel dit à Noé : entre dans l'arche, toi et toute ta maison ; car je t'ai vu juste devant moi parmi cette génération ».

     

     

     

    À cette époque, le monde s'abandonnait aux vices et à l'immoralité, pourtant, Noé choisit de rester fidèle à Dieu en le servant et en gardant ses préceptes gravés en lui.   Par sa conduite humble, respectueuse, sa foi en Dieu, Noé sauva sa vie et celle de sa famille. Hébreux 11:7 nous dit « C'est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore, et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c'est par elle qu'il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s'obtient par la foi ».

     

    Alors que pouvons nous tirer comme leçon de l'attitude de Noé ?

     

     

     

    Tout comme au temps de Noé, nous évoluons dans un monde perverti où le bien disparaît peu à peu au profit du mal et de la corruption. Noé nous donne une leçon, un exemple à suivre pour que nous gardions espoir dans notre marche avec le Seigneur, et ce, même si le monde nous critique, se moque de nous ou encore nous condamne et nous persécute. Il nous montre qu'il n'est pas impossible de vivre ici-bas en suivant le Seigneur lorsque notre regard demeure fixé sur Jésus-Christ et sur la rémunération qu'il nous donne, la vie éternelle (1 Jean 2:25).

     

     

     

    Ainsi, nous devons marcher avec persévérance en gardant un regard spirituel, avec l'aide du Saint-Esprit. Tout comme Noé, Abraham, Moïse... persévérons toujours dans la foi afin d'hériter de la promesse divine réalisée en Jésus-Christ, lui seul (Actes 2:39 ; 2 Timothée 1:1).

     

     

     

    À travers l'exemple de Noé, nous sommes encouragés à rester ferme dans notre marche avec le Seigneur. Lisons ce passage de Hébreux 6:12 « en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses ». Gardons en mémoire Noé, qui pendant de nombreuses années, construisit l'arche malgré les moqueries des autres.

     

     

     

                À présent, continuons notre lecture ensemble dans Genèse 7:5 « Noé exécuta tout ce que l’Éternel lui avait ordonné ». Ce que nous demande le Seigneur, c'est de lui obéir en toutes choses, en plaçant en lui notre confiance. Même s'il ne comprenait pas toute la volonté de Dieu ni ses plans, Noé exécuta tout ce que l’Éternel lui demanda, sans contestations, avec foi, amour, espérance et assurance.

     

     

     

    L'apôtre Paul nous laisse ce verset important dans Galates 5:7 « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d'obéir à la vérité ? ». Nous ne pouvons pas marcher dans la vérité avec foi, si nous ne sommes pas obéissants. C'est pourquoi, il est important de laisser le Saint-Esprit nous guider, nous instruire, de persévérer dans la prière, afin de garder les regards fixés sur Jésus-Christ, et non sur les choses matérielles de ce monde.

     

    Enfin, il est un aspect de l'attitude de Noé que nous ne devons pas ignorer. Lisons dans 2 Pierre 2:5 « s'il (Dieu) n'a pas épargné l'ancien monde, mais s'il a sauvé Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu'il fit venir le déluge sur un monde d'impies ;... ». Noé ne se contentait pas de construire l'arche, mais il continuait à annoncer ce qui allait se passer, afin que le monde se repente et se tourne vers la vérité.

     

    C'est aussi ce que le Seigneur attend de nous. Marc 13:10 nous dit ceci « « Il faut premièrement que la bonne nouvelle soit prêchée à toutes les nations ». Jésus est l'arche divine, il est la porte de la vie (Jean 10:7). Il est le seul chemin qui mène à la vie et à la réconciliation avec le père. Or, pendant que nous sommes encore dans le temps de la grâce, comme Noé pendant la construction de l'arche, nous devons évangéliser et annoncer la bonne nouvelle afin qu'un grand nombre se convertisse, franchisse la porte de l'arche divine, qui est Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur (Luc 24:47 ; Actes 13:47).

     

    « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme ».

     

    Luc 17:26

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    LIVRES A LIRE CET ÉTÉ

     

     

     

    Les Attributs de Dieu

     

    Prix de vente : 12,50 € aux éditions Edilivre

     

    http://www.edilivre.com/les-attributs-de-dieu-22fec412ec.html#.VaVgC_ntlBc

     

    Par Michelle Brassard

     

    Thème : Religion

     

    Format : Roman (134x204)

     

    Nombre de pages : 110

     

     

     

     
     


     Résumé : « Je vous propose ici d'aborder le sujet de la nature de notre Dieu en essayant de voir quels sont ses attributs. J'ai pu en répertorier un certain nombre, sachant que cette étude est assez succincte et demande à être développée. En effet, chaque attribut pourrait faire l'objet d'un livre complété par des témoignages vécus. »

     

     

     

    Quatre saisons d'une vie

     

    Prix de vente : 15,50 € aux éditions Edilivre

     

    http://www.edilivre.com/librairie/quatre-saisons-d-une-vie-22f417be0f.html#.VaVgwfntlBc

     

    Par Michelle Brassard

     

    Thème : Religion

     

    Format : Roman (134x204)

     

    Nombre de pages : 216

     


     

     

    Résumé : Cet ouvrage retrace la vie d'une jeune chrétienne. À travers quatre saisons de sa vie, elle partage ses joies, ses peines, ses souffrances et ses incompréhensions, mais aussi son amour inconditionnel pour Dieu en qui elle place toute sa confiance. Blessée par le regard des autres, elle va trouver un équilibre en puisant sa force en Dieu, entourée de l'affection de sa famille. Ce témoignage véridique apportera aux lecteurs l'envie de placer leur confiance en Dieu qui, par son Fils bien-aimé Jésus, répand sur ses enfants sa grâce et son amour.
    Hymne à la nature, cette œuvre rend hommage à la grandeur de Dieu.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    La Paix de Dieu

    LA PAIX DE DIEU  

     

     

     

    Philippiens 4:7 « Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ ».

     

     

     

                Nous sommes dépositaires de cette paix divine qui nous permet de regarder avec espérance et foi, les regards fixés sur la merveilleuse promesse accomplie en Jésus.

     

     

     

     Il est dit dans Jean 14:27 « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s'alarme point ».

     

     

     

    La paix que nous donne notre Seigneur n'est pas éphémère ni limitée, mais elle est intarissable, inébranlable et juste. « Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps, de toute manière ! Que le Seigneur soit avec vous tous ! »

     

     

     

    2 Thessaloniciens 3:16. Ce que Dieu nous donne, il le fait parfaitement et cette paix qui fait partie du fruit de l'Esprit nous est donné pour nous aider à avancer et à porter des fruits dignes de notre Dieu.

     

     

     

    Romains 14:17 nous dit une parole importante « Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit ». Étant cohéritiers du royaume de Dieu en Jésus notre sauveur, nous devons donc ne pas porter en nous du fruit de la chair et du péché, mais du fruit de l'Esprit qui reflète celui qui vit en nous, Jésus-Christ, et dont la sève coule et nous nourrit (Le Saint-Esprit).

     

     

     

    Si le Saint-Esprit vit en nous et que nous sommes réellement régénérés et vivifiés en Jésus notre sauveur, si nous portons en nous son empreinte et son sceau, alors nous devons nous aussi être porteurs de la paix divine reçue de Dieu.

     

     

     

    Hébreux 12:14 nous dit « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur ». Il est donc indispensable de rechercher la paix. Le verbe « rechercher » est un verbe d'action, de mise en œuvre.

     

     

     

    D'ailleurs, Romains 14:19 reprend lui aussi ce verbe « Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l'édification mutuelle ». Nous le retrouvons également dans le Psaume 34:15 « Éloigne-toi tu mal, et fais le bien ; recherche et poursuis la paix », ainsi que dans 1 Pierre 3:11 « Qu'il s'éloigne du mal et fasse le bien, qu'il recherche la paix et la poursuive ».

     

     

     

    « Rechercher » et « Poursuivre » sont des verbes de mouvement qui indiquent le but d'atteindre un objectif. Mais comment rechercher la paix et comment la poursuivre ?

     

     

     

    Esaïe 26:12 nous dit « Éternel, tu nous donnes la paix ; car tout ce que nous faisons, c'est toi qui l'accomplis pour nous », et Job poursuit en ce sens « Attache-toi à Dieu, et tu auras la paix ; tu jouiras ainsi du bonheur » Job 22:21.

     

     

     

    Enfin, Jésus lui-même nous dit « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde »

     

     

     

    Jean 16:33. Nous voyons ainsi que seul Jésus peut nous donner la paix et pour cela, il nous demande de placer notre confiance en lui et d'ancrer en nous sa parole et son Esprit.

     

     

     

     

     

    Esaïe 26:3 nous dit « À celui qui est ferme dans ses sentiments, tu assures la paix, la paix, parce qu'il se confie en toi ».

     

     

     

    En devenant chrétiens et en recevant Jésus pour sauveur et seigneur, nous devenons le reflet, l'image de celui à qui nous appartenons.  C'est pourquoi, il est important de pouvoir porter du bon fruit afin que le monde voie à travers nous, la lumière et l'amour de Dieu, manifestés en Jésus.

     

     

     

     Matthieu 5:9 dit « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! ». J'aime beaucoup ce passage de Marc 9:51 « Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres ». Ce sel n'est autre que la saveur donnée par la parole de Dieu dans nos vies.

     

     

     

    Je reprendrai un passage du message « Soyons du sel de grande saveur pour Dieu » que j'avais écrit dans mon livre « Messages Fraternels ».

     

     

     

    « Matthieu 5:13 nous dit « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes ». Dieu fait de nous un sel d'une grande saveur qui parfume le monde. Nous avons en nous quelque chose d'important que nous ne devons pas ignorer : la vie en Jésus notre Sauveur. Tout comme le sel a une importance capitale pour notre corps, Dieu a besoin que nous soyons à son image, car c'est à travers nous que le monde peu voir sa lumière, goûter au pardon et recevoir la bonne nouvelle et la délivrance. Nous devons donc porter en nous les fruits savoureux du Saint-Esprit afin que le monde puisse contempler en nous l'amour de Christ.

     

     

     

    Nous sommes entre les mains de notre Seigneur, primordiales pour protéger et préserver la parole de Dieu et la transmettre autour de nous. Comme le sel sert au bon fonctionnement du corps, nous devons veiller au bon fonctionnement du corps de Christ dont nous sommes les membres, en nous laissant guider par le Saint-Esprit. Nous devons le laisser diriger nos vies et véhiculer tout ce qui est bon pour l'édification de l’Église. »

     

     

     

    Dans Éphésiens 4:2-3, l'apôtre Paul nous dit « Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation que vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix ». Nous ne devons pas ignorer que la vocation que nous a confiée le Seigneur est d'annoncer la bonne nouvelle de l'évangile de paix et de grâce.

     

     

     

    Romains 10:15 nous le confirme « Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? Selon qu'il est écrit : qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! ».

     

     

     

    Éphésiens 6:15 nous dit « mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix », la chaussure n'a pas pour but de servir à rester assis, mais plutôt à marcher, à avancer. Alors proclamons l’Évangile de paix, partageons-la avec notre entourage et portons bien haut l'étendard du nom de notre Seigneur et Sauveur. Nous n'avons pas à craindre les tribulations qui nous attendent lorsque nous annonçons la bonne nouvelle, car le Saint-Esprit nous accompagne, il vit en nous et nous enseigne. Il parlera pour nous le moment voulu.

     

     

     

     Je vous laisse ce merveilleux passage de Romains 16:20 qui vous encouragera « Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds… »

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique