• SEIGNEUR PEUX-TU COMPRENDRE LA DETRESSE DE MON COEUR

     

    « Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu'à la mort ; restez ici, et veillez avec moi » Mathieu 26:38

     

    Souvent lorsque nous sommes dans la détresse et la souffrance et que notre âme est abattue, lorsque tout nous assaille et nous entoure de douleurs et d'incompréhension, nous levons les yeux vers le ciel et nous crions « Seigneur pourquoi tardes-tu ainsi ? Peux-tu comprendre la tristesse de mon cœur ? » Mais nous ne devons pas oublier que le Seigneur mieux que quiconque connaît notre cœur et notre âme car lui qui est Dieu, lui qui est tout puissant, lui le fils de l’Éternel, a revêtu pour un temps un corps charnel lorsqu'il est venu nous apporter la délivrance et nous réconcilier avec Dieu. En venant sur terre le Seigneur a revêtu notre humanité et en a gouté toutes les particularités, il a connu la joie, le rire, mais aussi la tristesse, la douleur, la solitude... Son cœur a ressenti tout ce que nous ressentons chaque jour c'est pourquoi il est capable de nous comprendre. Alors qu'il s'était isolé pour prier avec trois de ses disciples à Gethsémané, nous pouvons lire que le Seigneur a connu l'angoisse. En lisant Mathieu 26:37 il est dit « Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses ». Jésus savait que le temps de l'épreuve, de la souffrance et de la mort charnelle arrivait et il a ressenti ce que nous connaissons tous : la tristesse et l'angoisse. Il est dit de Jésus alors qu'il était monté prier à la montagne des oliviers, « Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre » Luc 22:44. Si nous reprenons également dans Mathieu 26:38 il est dit «Il leur dit alors : mon âme est triste jusqu'à la mort ; restez ici, et veillez avec moi ». Ces versets nous montrent combien Jésus a porté en lui nos plus profondes blessures, nos souffrances morales, nos tristesses... alors comprenons que si lui qui est Dieu a accepté toutes ces meurtrissures par amour pour nous, alors nous devons accepter les diverses épreuves, les douleurs, les incompréhensions et l'injustice de ce monde, le rejet... en sachant que Jésus a ressenti tout cela et qu'il les a vécu pour nous donner la victoire. Le Seigneur ne nous laisse pas, ne nous abandonne pas dans nos situations qui semblent si désespérées mais il nous porte, nous accompagne, nous panse et nous fortifie. Nous ignorons pourquoi nous traversons tous ces moments de deuils, de désespoir, d'abandon ou de calomnies mais si la justice de ce monde est imparfaite, celle de Dieu est parfaite, juste et équitable. Laissons nous porter par le Seigneur, laissons LE mettre son bras autour de nous et nous porter sur le chemin. Gardons les regards fixés sur lui seul qui est la vie et notre délivrance sachant qu'il sera toujours là près de nous, même lorsque tous autour de nous nous tournent le dos, nous rejettent ou nous ignorent. Dans l'incompréhension ne cherchons pas à nous défouler sur Dieu en l'accablant de nos maux mais plutôt mettons nous à genoux et, comme Jésus, prions, intercédons, pleurons devant Dieu afin qu'il nous délivre et nous fortifie. Il est dit dans Mathieu 26:39 « Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Soyons à l'image du Seigneur et humilions nous devant Dieu. Déposons tout à ses pieds et acceptons sa volonté même si nous ne la comprenons pas. Si nous devons passer par un temps d'épreuves n'en rejetons pas la faute sur Dieu mais supplions le simplement de nous accompagner dans ce chemin que nous devons traverser et saisissons bien fort sa main tendue. Le Seigneur t'aime mon frère, ma sœur, il voit ta souffrance, ton désespoir et il veut te relever, t'accompagner et te délivrer. Même si tu ne comprends pas pourquoi, acceptes ce temps difficile car au bout se trouve la délivrance et la paix. Jésus est près de toi, le Saint Esprit en toi te consolera. Espère, persévère et avance ! Ne cesses pas de prier car c'est là que tu trouveras la force de relever la tête et d'avancer à nouveau.

    Je terminerai par ce passage de Luc 24:17 « Il leur dit : de quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes » Les disciples pleuraient encore la mort du Christ et ils ne voyaient pas qu'il était près d'eux et les accompagnait car la tristesse aveuglait les yeux de leur cœur.

     

    Ma prière en ce jour : Seigneur ouvre les yeux de mon cœur afin que dans les épreuves que je traverse, dans la tristesse qui m'accable et m'empêche de reprendre la route, je puisse sentir ta présence. Donne-moi la force de saisir ta main secourable afin que tu puisses m'accompagner sur ce chemin de douleurs et, lorsque je suis trop épuisée, que tu puisses me porter sur tes épaules d'amour. Que ton Saint Esprit m'apporte la consolation, qu'il me fortifie et me donne le courage de me relever, d'avancer et de me battre sachant que je ne suis pas seule puisque tu es avec moi. Merci car je sais qu'au bout de ce chemin se trouve la délivrance, la paix et la joie et que ton amour sera toujours avec moi, en moi et autour de moi. Merci Seigneur, Amen.

     

    « Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse ; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie » Jean 16:22 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Choisissons la bonne pierre lisse pour combattre 

     

    « Il prit en main son bâton, choisit dans le torrent cinq pierres polies, et les mit dans sa gibecière de berger et dans sa poche. Puis, sa fronde à la main, il s'avança contre le Philistin » 1 Samuel 17:40

     

    Lorsque je lis ce passage je ne peux que rester émerveillée par la Toute Puissance de Dieu. Nous avons un Dieu pour qui rien n'est impossible, un Dieu qui peut tout en toutes circonstances. Ce passage est un véritable appel à placer toute notre confiance en notre Dieu tout puissant sachant qu'il sera toujours à nos cotés quelles que soient les difficultés que nous rencontrons. Et même si celles-ci nous sembles insurmontables comme Goliath semblait insurmontable pour le peuple d'Israël, ayons en nous le regard de David qui a su voir au delà des apparences et contempler la gloire de Dieu. En ayant les regards fixés sur l’Éternel, David a saisi l'opportunité que Dieu lui offrait non seulement de délivrer le peuple mais également de changer le cours de sa vie et de devenir un instrument puissant entre ses mains. Le petit berger à peine sorti de l'enfance, ce jeune sans expérience des règles du combat d'un soldat, est venu avec ce qu'il avait de plus utile : une gibecière. Cet instrument, il le maîtrisait et le connaissait parfaitement et il avait eu l'occasion de l'utiliser de manière victorieuse tout au long de sa jeune vie de berger. Devant ce géant menaçant, gigantesque, violent, cruel et sans pitié, devant ce puissant guerrier averti et armé de la tête aux pieds, David s'est présenté dans sa tenue habituelle de berger, sans prendre le risque de porter une armure qu'il ne maîtrisait pas et qui aurait été pour lui une occasion de chute. Les regards fixés vers Dieu en qui il plaçait sa confiance et dont il connaissait la puissance et la force, il a su utiliser l'onction que Dieu avait déversée en lui pour vaincre ce géant qui méprisait et insultait le peuple  de Dieu.

     

    Quel tempérament de vainqueur n'est-ce pas ? Faisant fis des insultes de ses frères et des moqueries de l'ennemi, David a utilisé ce qu'il connaissait de mieux et muni de sa gibecière il a mis en place tout ce que Dieu lui avait donné pour vaincre : cinq pierres polies. Pourquoi des pierres polies ? Car elles sont lisses, toutes les rugosités ont été effacées, nettoyées. Que nos vies soient aussi comme ces pierres et que le Saint Esprit puisse ôter tout ce qui n'est pas à la gloire de Dieu, que le Seigneur puisse nous travailler pour que nous soyons lavés et purifiés par son précieux sang qui nous purifie de toutes souillures.

     

    Mais que sont ces pierres polies ? Comme nous pouvons le lire, il n'a pas pris au hasard ces pierres, non, loin de là. Il les a choisit sans précipitation. Il est dit : il « choisit ». C'est un terme important que nous devons bien comprendre. Face aux difficultés qui jalonnent notre vie, nous devons tout comme David apprendre à choisir les bons outils pour combattre l'ennemi de nos âmes. Il choisit non pas de porter les armes humaines et charnelles de ce monde mais il préféra revêtir les armes de Dieu qui sont avant tout spirituelles. Certes, nos choix peuvent souvent surprendre nos familles, nos amis, nos voisins... mais nous ne devons pas avoir peur de mettre en avant notre confiance en Dieu et d'affirmer nos choix pris en toute conscience et fermeté.

     

    Et quelles sont ces pierres que Dieu a données à David pour combattre ? Nous pouvons les retrouver en lisant dans Éphésiens 6:14-17 « Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu ».

     

    Tout comme David saisissons la bonne pierre pour terrasser l'ennemi, les difficultés et remporter les victoires que Dieu nous a préparées d'avance. La pierre de la foi est celle que David utilisa, elle contenait à elle seule tout ce que le jeune homme avait besoin, la foi en son Dieu, la confiance en la délivrance qu'il allait lui donner. Pour remporter la victoire, David a su revêtir des armes spirituelles bien plus efficaces que n'importe quelles armes de ce monde.

     

     Il est dit dans 1 Samuel 17:48-49 « Aussitôt que le Philistin se mit en mouvement pour marcher au-devant de David, David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin. Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre s'enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre ». AMEN ! Gloire à Dieu ! N'ayons pas peur d'avancer pour combattre le bon combat car le Seigneur nous accompagne et affermit notre main.

    Attardons nous un instant sur un verbe qui me semble important. David « courut » sur le champ de bataille. Ce mot est un verbe d'action. Il « courut », il ne marche pas, il ne s'assied pas, il court... Dieu attend de nous que nous ayons ce mouvement actif : courons mes frères et sœurs. Paul lui même nous y encourage dans le livre de  Philipiens 3:14 « Je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ ». Le verbe courir est utilisé à de nombreuses reprises comme dans Hébreux 12-1 ; Actes 20:24 ; 1 Corinthiens 9:26 ; Colossiens 2:18... Le Seigneur attend de nous que, malgré les épreuves qui nous assaillent, devant des montagnes de douleurs ou de difficultés, nous puissions être des témoins actifs, des soldats aguerris qui puissent être entraînés au combat spirituel avec des armes spirituelles dont nous connaissons l'utilité et que nous savons maîtriser. Et pour savoir les maîtriser il faut les utiliser. C'est pourquoi nous ne devons pas voir l'épreuve de manière négative mais plutôt comme un apprentissage pour savoir utiliser toutes les armes de Dieu sachant que dans le combat nous ne sommes pas seuls car le Saint Esprit nous habite et nous guide. Jésus a déjà tout vaincu alors nous devons avancer confiants car nous courrons non pour une couronne corruptible mais pour une couronne de vie incorruptible (1 Corinthiens 9:25). Je terminerai ce message en vous laissant ce passage d’Éphésiens 6:10 « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante ».

     

    Ma prière en ce jour : Seigneur je veux te remercier car tu fais de moi un vaillant soldat et tu m'aides chaque jour à ne pas rester immobile mais tu me donnes la force du mouvement pour courir afin de remporter le prix de la victoire, la couronne de vie incorruptible que tu m'as préparée. Aides moi à ne pas regarder de façon négative les épreuves de la vie mais que je puisse les voir avec ton regard comme un apprentissage pour mieux te servir et devenir un témoin vivant et actif pour ta gloire. Remplis moi toujours plus de ton Saint Esprit et que tu puisses guider ma main pour saisir la bonne pierre polie pour mettre à terre l'ennemi et ainsi pouvoir te rendre gloire. 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  « Car, comme la terre fait éclore son germe, et comme un jardin fait pousser ses semences, ainsi le Seigneur, l’Éternel, fera germer le salut et la louange, en présence de toutes les nations » Esaïe 61:11

     

    J'aime à me représenter le monde comme un jardin où pousse de multiples fleurs aux parfums divers et aux couleurs variées. Pour moi cette diversité d'essences et de couleurs en fait un tableau magnifique que Dieu a placé pour sa gloire. Imaginez un jardin où toutes les fleurs auraient le même parfum et la même couleur ? Je pense que ce tableau serait fade et bien triste et  l'odeur unique serait sûrement trop forte et nous indisposerait. Ce qui fait toute la richesse de la diversité c'est justement que chaque fleur, chaque arbre, chaque brin d'herbe est unique et différent des autres. Notre Dieu qui est parfait nous a donné la chance d'évoluer dans un monde varié et diversifié qui met en valeur chaque être humain et lui permet de se démarquer des autres par les qualités qu'il lui a données ainsi que par sa personnalité. Dieu nous aime tous de la même manière mais il a donné à chacun une particularité unique qui nous donne une valeur reconnaissable.  Nous sommes tous importants pour notre Seigneur, quelle que soit notre couleur, notre nationalité ou notre sexe. Parmi un champ de fleurs, Dieu est capable de savoir où se situe la rose et où est le lis des champs. Si notre papa d'amour prend ainsi soin de la nature alors combien prend-t-il encore plus d'attention à nous qui sommes ses enfants. Mathieu 6:28-30 nous dit : « Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? ». Comme la fleur, Dieu nous a attribué à chacun une parure unique. L'un est blanc, l'autre noir, l'autre est un mélange des deux... et cette diversité que Dieu nous donne est une richesse. Ensemble nous formons un merveilleux jardin que Dieu a peint pour sa gloire. L'aspect extérieur n'a pas d'importance pour Dieu car notre vraie beauté est intérieure et spirituelle. 1 Pierre 3:3-4 dit « Ayez non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu ».

    Regardez certaines variétés d'orchidées, elles sont magnifiques extérieurement mais elles n'ont aucun parfum tandis qu'un petit œillet caché dans les herbes hautes exhale un parfum délicat et odorant. Ce parfum qui exhale de  nous n'est autre que le parfum que Dieu met en nous : le Saint Esprit. Il nous donne à chacun un don ou un ministère particulier et complémentaire à un autre qui fait toute la richesse de l’Église de Christ. Toute cette variété de dons et de ministères est pour l'édification de l’Église et pour la gloire de Dieu. Ce parfum qui se répand autour de nous donne envie au monde de venir sentir ce délicieux arôme d'amour et de vie qui se trouve en Jésus lui seul. Alors ne nous contentons pas d'être attrayants extérieurement mais plutôt revêtons l'huile intérieure que le parfumeur divin a déversée en nous et qui lui donne gloire.

    Nous sommes la semence de Dieu et il fait germer en nous le salut et la vie qui sont Jésus-Christ notre Sauveur et Seigneur (Esaïe 61:11). Le monde doit pouvoir voir en nous l'image de Christ et sentir l'huile odorante et parfumée qui déborde de nous par le Saint Esprit. Soyons un témoignage vivant de la gloire de Dieu et que son empreinte sur nous soit visible pour tous. Ne soyons pas une fleur parmi tant d'autres et qui une fois flétrie disparaît en n'ayant produit aucune semence, mais soyons une fleur unique bien distincte qui porte en elle de la semence qui germera à son tour pour donner d'autres fleurs magnifiques qui seront utiles à notre Dieu. Si vous êtes infirme, que vous n'avez pas un physique agréable, n'y prenez pas garde car vous avez en vous quelque  chose de grande valeur que Dieu chérit. Dieu vous aime et quel plus merveilleux preuve d'amour que le don gratuit de Jésus-Christ. Spirituellement vous êtes magnifique car vous êtes à l'image de notre créateur et ce qu'il voit en vous c'est Jésus et son sang qui vous a lavé et purifié (2 Corinthiens 3:18). L'huile du Saint Esprit qui vit en vous est précieuse et vous donne une valeur exceptionnelle. Romains 12:2 dit  « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait ». La volonté de Dieu pour nos vies est claire et simple, il veut que nous soyons régénérés et renouvelés en Christ et que nous portions ainsi en nous la vie éternelle qu'il y a déposée à travers son fils bien aimé (Colossiens 3:10). Alors n'ayons pas peur de notre particularité, de notre différence mais au contraire soyons fier d'être le reflet de celui à qui nous appartenons et de porter en nous les gênes de la vie qui est Jésus. 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Ouvrons la bonne porte !

     

    « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mène à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ». Mathieu 7:13-14

    Avez vous remarqué combien les portes ont de l'importance dans notre vie de tous les jours ? Que ce soit au sens figuré comme au sens littéral du mot nous ne cessons d'ouvrir ou de fermer des portes. Dans nos maisons, au travail, partout nous devons franchir des portes pour passer d'un endroit à un autre. Au sens figuré, nous cherchons à ouvrir des portes financières ou pour gravir les échelons dans le domaine social... Mais quand est-il spirituellement ?

    A l'origine, Dieu a laissé libre allez et venue à Adam et Eve dans le jardin d’Éden où se trouvait également l'arbre de vie. Tant qu'Adam et Eve ont gardé la communication avec Dieu en lui obéissant et en lui faisant confiance, cette porte est restée ouverte. Puis, lorsque Eve franchit la porte de l'interdit sous l'inspiration du malin, la porte de la communion avec Dieu s'est fermée et Adam et Eve ont été jetés hors du jardin d’Éden. Cette porte serait restée à jamais fermée si Dieu, dans son grand amour et sa grâce infinie, n'avait prévu une solution unique pour que l'homme puisse à nouveau entrer par la porte de la vie éternelle. Dieu laisse alors un temps de patience à l'homme pour lui permettre de revenir à lui. Aussi du temps de Noé, l’Éternel accorde plus de 120 ans aux nations pour se tourner vers lui à nouveau et abandonner la débauche et le péché, mais, aucun ne franchira cette porte de l'arche. L'arche ouverte jusqu'au jour du déluge où le temps de patience s'achève n'est autre que l'image de Christ qui est la porte qui mène à la vie éternelle. Porte unique et obligatoire pour obtenir le salut et la restauration. Luc 13:24-25 nous dit « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! Il vous répondra : je ne sais d'où vous êtes ». Nous avons donc encore aujourd'hui la possibilité de choisir soit de franchir la porte du salut, sois de l'ignorer et d'entrer par la porte qui mène à la perdition. Cette porte de la vie s'ouvre sur une route étroite, difficile, mais où brille la lumière de Dieu qui nous éclaire. Le chemin est parfois rocailleux mais Jésus nous accompagne et nous tiens la main.  Jean 10:1-3 nous dévoile « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors ». Puis il reprend dans Jean 10-7 et 10-9 « Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dit, je suis la porte des brebis […] Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages ». Oui, Jésus est le seul chemin, la seule porte qui mène à la vie éternelle et à la réconciliation avec Dieu. Cette porte reste ouverte tant que nous demeurons dans le temps de la grâce mais viendra un temps où cette porte se fermera à nouveau et ne s'ouvrira plus car le temps sera écoulé et viendra alors la colère de Dieu. Alors, choisissons de franchir cette porte ouverte de la vie pendant qu'il est encore temps et évangélisons afin qu'un grand nombre la franchisse avec nous. N'oublions pas qu'il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Éphésiens 4:27 nous dit « et ne donnez pas accès au diable... » C'est à dire n'ouvrez pas la mauvaise porte qui mène certes à bien des facilités ici bas mais qui mène au final à la mort. Cherchez plutôt à frapper à la bonne porte sachant que vous pouvez encore y avoir accès en acceptant Jésus pour votre Seigneur et Sauveur et en lui donnant votre vie entière. Par la nouvelle naissance vous avez un accès libre à cette porte et si vous frappez, on vous ouvrira avec joie  (Éphésiens 2:18 ; Hébreux 10:19 ; 2 Pierre 1:11). Mathieu 7:8 dit « Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe ». Jésus attend que vous fassiez le premier pas et que vous l'appeliez à votre secours, que vous déposiez à ses pieds tous vos soucis, vos souffrances, vos colères, vos incompréhensions, vos péchés et que vous le laissiez vous laver de son précieux sang et vous remplir de son Saint Esprit.

    • Apocalypse 3:20 nous dit ceci « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi ». Le Seigneur Jésus est la porte unique que nous devons emprunter pour parcourir le chemin de la vie. Sur ce chemin s'ouvre des portes de victoires dans les épreuves que personne ne peut fermer. Apocalypse 3:7 nous dit « Écris à l'ange de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira ». Nous devons avoir conscience que celui qui nous accompagne sur le chemin est tout puissant, glorieux et victorieux. Nous n'avons donc rien à craindre.

    J'aimerais que vous puissiez prendre conscience du danger qui s'ouvre devant vous lorsque vous ne choisissez pas la bonne porte, car derrière celle qui mène à la perdition se trouve pleurs, douleurs, désespoirs et souffrances pour l'éternité. Alors tournez vous vers la porte du salut qui s'ouvre devant vous et ne restez plus indécis, courez sans plus hésiter et accédez à la vie éternelle en Jésus. Votre vie sera alors transformée. Je vous laisse ce dernier verset de Mathieu 11:28 « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos ».

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Ce n'est pas que j'ai déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus Christ » Philipiens 3:12

     

    De nos jours, dans nos sociétés sédentarisées, courir est devenu un verbe très figuré. Nous courons pour travailler, manger, faire toutes sortes d'activités qui n'ont qu'une finalité bien vaine et éphémère. Pour nous qui sommes de Christ, courir à un sens plus spirituel car c'est un verbe d'action. Courir c'est se mettre en mouvement, non pas physiquement seulement mais surtout spirituellement en se mettant en action pour la prédication de la bonne nouvelle et pour témoigner de l'amour de Dieu manifestée en son Fils unique Jésus Christ notre Sauveur. Courir ce n'est pas marcher ou clopiner et encore moins s’asseoir. Courir c'est aller de l'avant les regards fixés vers celui qui est notre Dieu, le rémunérateur de toutes choses et ce, même lorsque le temps ne s'y prête pas ou que les circonstances sont en notre défaveur. Lorsque nous sommes dans les temps d'épreuves, nous avons tendance à vouloir nous arrêter pour gémir, pleurer et nous concentrer sur nos problèmes mais ce que le Seigneur attend de nous, c'est que malgré tout, quelle que soit la situation, nous gardions les regards attachés à lui seul et que nous n'arrêtions pas notre course. Au contraire, dans ces temps difficiles, nous devons ignorer ce qui nous entoure pour ne regarder qu'au but, à la croix du calvaire, en serrant bien fort la couronne de vie incorruptible que le Seigneur nous a préparée. Dans la Bible, nous trouvons plusieurs passages où nous pouvons voir que l’obéissance et l'action changent le cours de la vie de celui qui place sa confiance en Dieu.

     

    Prenons pour exemple David. Dans 1 Samuel 17:17 il est dit « Isaï dit à David, son fils : prends pour tes frères cet épha de grain rôti et ces dix pains, et cours au camp vers tes frères ».

     

    David soumis à Dieu et à son père obéit à la demande de son père et cours pour exécuter celle-ci. Il aurait pu refuser devant le danger du champ de bataille ou dire qu'il n'avait pas le temps mais non, il s'est exécuté avec obéissance. Et non seulement il a obéit mais en plus il a courut pour le faire. Or, le résultat de son obéissance et de son action l'on mené vers un destin qui a bouleversé sa vie puisqu'il est devenu Roi.

    Dieu aime nous voir en mouvement, en action, il veut nous voir avancer avec confiance même si tout autour de nous semble obscur  car nous ne courons pas en vain et n'avançons pas seuls puisque le Saint Esprit vit en nous et que Jésus nous tient la main.

     

     Le Psaume 119:32 dit « Je cours dans la voie de tes commandements, car tu élargis mon cœur ». Dans le dictionnaire courir au sens figuré signifie « rechercher ou progresser vers ». Ainsi plus nous ouvrons notre cœur à Dieu, plus nous laissons le Seigneur agir en nous pour élargir, augmenter notre capacité à recevoir ses commandements, plus nous sommes fortifiés pour rechercher sa voie et progresser dans la foi.

     

     Dans  1 Corinthiens 9:26 Paul nous dit ceci « Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure ; je frappe, non pas comme battant l'air ». Dans ce verset l'apôtre Paul nous exhorte à courir mais pour une cause certaine et véritable. Non pas pour un prix périssable et inutile mais pour un prix merveilleux d'une valeur inestimable : une couronne de vie incorruptible. Philipiens 3:13-14 continue dans ce sens « Frères, je ne pense pas l'avoir saisi : mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ». Mon frère, ma sœur, il est important de comprendre que nous devons impérativement laisser derrière nous ce qui n'est pas à la gloire de Dieu pour n'avoir les regards fixés que sur l'avant où se trouve la vie éternelle qui est en Jésus, le seul chemin. Courons dans le bon sens, vers l'avant car c'est là que le Seigneur désire nous voir. N'ayons pas peur de traverser un chemin étroit, rocailleux et parsemé d’embûches car pendant la course notre pied ne chancellera pas car le Seigneur ne nous abandonnera pas en chemin mais lorsque devant nous la voie sera trop difficile, il aplanira le sentier pour que nous puissions continuer d'avancer avec confiance et efficacité. Alors courons ! Hâtons nous d'avancer pour la gloire de Dieu.

    Proverbes 4:11-15 « Je te montre la voie de la sagesse, je te conduis dans les sentiers de la droiture. Si tu marches, ton pas ne sera point gêné ; et si tu cours, tu ne chancelleras point. Retiens l'instruction, ne t'en dessaisis pas ; garde-la, car elle est ta vie. N'entre pas dans le sentier des méchants, et ne marche pas dans la voie des hommes. Evite-la, n'y passe point ; détourne-t'en, et passe outre ».

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • LA PATIENCE

     

    2 Timothée 2:24

    « Or, il ne faut pas qu'un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience ... ».

     

    Comment peut-on définir le terme « patience » ? Le dictionnaire définit ce mot comme étant une vertu permettant de supporter les difficultés, la douleur..., c'est une qualité d'une personne qui sait attendre dans le calme, c'est avoir de la persévérance. La patience est une qualité qui s’acquière avec le temps, c'est un apprentissage qui se fait tout au long de notre vie car nous naissons impatients et il faut acquérir cette capacité à maîtriser nos émotions et nos désirs au fur et à mesure que nous grandissons.

     D'ailleurs, la patience fait partie des fruits de l'Esprit, ce que nous pouvons lire dans Galates 5:22 « Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance... ».

    Il est donc important pour le chrétien de produire de bons fruits dont celui de la patience. Être patient n'est pas toujours facile surtout dans des situations de confits, face à des personnes colériques etc. mais dans ces moments où nos émotions ont tendances à nous remuer du plus profond de notre être, il faut savoir rester calme, posé et résister à la tentation de céder à la querelle ou au désespoir. Mieux vaut quitter un lieu propice à la querelle et éviter de fréquenter des personnes querelleuses qui risqueraient de vous affaiblir et vous déstabiliser en vous amenant à perdre patience. Éphésiens 4 :2 nous dit encore : « en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité ».

    Être patient ce n'est pas seulement en situation de crise mais également tous les jours face à nos proches, à nos voisins, notre patron (1 Thessaloniciens  5:14). Il faut savoir les avertir avec douceur s'ils sont dans la mauvaise voie mais toujours avec tempérance (2 Pierre 1:6) et avec amour. Cette attitude nous demande de l'humilité et aussi avec charité, c'est à dire avec le désir d'aider l'autre et le secourir malgré tout.

    Colossiens 3:12 nous dit également : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience... ».

    La patience demande forcément de la douceur, de la compassion et de la compréhension pour regarder les situations délicates avec un regard spirituel qui vient de Dieu et qui est inspiré par le Saint Esprit qui vit en nous. Même dans les épreuves, les tribulations, il ne faut pas détacher notre regard de la rémunération qui nous est réservée en Jésus notre Sauveur et Seigneur.

    2 Corinthiens 6:4 dit « Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses... ». Servir le Seigneur demande beaucoup de persévérance, de fermeté mais aussi de douceur et d'humilité. J'aime ce passage de Romains 15:4 qui dit « Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l'espérance. »

    En effet, la parole de Dieu, à travers la Bible nous donne un enseignement riche avec l'exemple de l'expérience de prophètes (Jacques 5:10) et des apôtres qui ont connus des situations où ils ont su mettre leur confiance et leur espérance en Dieu qui, en retour, les a délivrés et les a aidés à grandir spirituellement dans la patience. Job n'est-il pas un exemple en sois  (Jacques 5:11) ? Je vous invite à lire ce passage de 2 Thessaloniciens 3:5 « Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l'amour de Dieu et vers la patience de Christ » car qui, sinon le Seigneur lui-même a su montrer de la patience et de l'amour pour nous qui sommes pécheurs et, par son grand amour, nous a racheté au prix fort, en donnant sa vie pour rachat de nos péchés et ainsi nous introduire dans le royaume des cieux en tant que cohéritiers ? Cherchons donc en tout temps à ressembler à notre Seigneur Jésus et à revêtir les sentiments de Dieu avec l'aide du Saint Esprit.

    Pour terminer, je vous exhorterais à relire ce passage de 1 Timothée 6:11 « Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur ». Cela résume bien ce que nous venons de voir ensemble.

     

    Dans l'épreuve relisons ce passage de Jacques 1:3 « sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience », cela nous redonnera du courage pour affronter les difficultés sachant que l'enseignement tiré par ces moments de peines, de douleurs, de frustrations ou par ces situations où nos émotions tentent de prendre le dessus, la patience qui sera acquise nous aidera à mieux comprendre les voies du Seigneur et son amour infini.

     

    Jacques 1:4

    « Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien ».

     

    Ma prière en ce jour : Seigneur je te demande de m'aider à accepter les épreuves de la vie et à les regarder non pas comme quelque chose de négatif mais comme un enseignement qui me conduira à grandir dans la foi. Aide-moi à demeurer humble et ouverte aux autres pour mieux les aider et leur apporter ton amour et ta parole. Donne-moi ta patience, une patience que seul ton Saint Esprit peut déposer dans mon cœur et ma vie. Que le spirituel prenne toujours le dessus sur le charnel qui est périssable. Seigneur que la patience dont tu uses envers nous chaque jour jusqu'à ton retour soit un exemple pour moi car cette patience que tu as l'est pour notre salut car tu veux que tous soient sauvés. Aide-moi à porter les bons fruits, ceux de l'Esprit et qu'ainsi je puisse accomplir ta volonté et être une lumière autour de moi, lumière de ton amour.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     Et qu'il illumine les yeux de votre cœur

     

     

     

    Job 42:5 « Mon oreille avait entendu parler de toi ; mais maintenant mon œil t'a vu. »

     

     

     

    Bien souvent j'entends des chrétiens qui pensent déjà tout savoir de Dieu et il m'est parfois arrivé d'entendre certains d'entre eux dire «J'ai déjà entendu tout ça, je connais. On a l'impression d'être à la garderie ! ». Oh là là … Je frémis encore d'horreur rien qu'en écrivant ce commentaire. Alors je repense à ce verset de Job, qui dans la tourmente a fini par s'humilier devant Dieu et comprendre qu'il ne connaissait que partiellement l'identité de notre Père. Bien souvent, nous donnons des limites à Dieu, nous le cloisonnons et parce que nous allons régulièrement à l'église et que nous lisons la Bible nous pensons tout savoir et être capable d'enseigner et de témoigner. Mais qu'en est-il réellement ? Savez-vous combien de temps passe un pasteur dans l'isolement de sa chambre, à genoux devant Dieu, pour prier et demander  au Saint Esprit de le guider ? Bien plus que beaucoup d'entre nous réunis. Car c'est en recherchant la face de Dieu que le Saint Esprit ouvre notre cœur et peut alors agir et ouvrir notre esprit à son écoute et à son enseignement. Le fait d'aller à l'église ne signifie pas que vous savez tout. Et si votre pasteur semble « radoter » ce n'est que pour votre bien car parfois nos oreilles et nos cœurs ne sont pas ouverts. Nous en sommes bien souvent encore au lait spirituel et non à une nourriture spirituelle solide et c'est pourquoi il est important d'accepter et d'écouter les enseignements qui nous sont donnés.

     

     

     

    1 Corinthiens 3:2 dit ceci « Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. » (Voir aussi Hébreux 5:12-14).

     

     

     

    Romains 10:17 nous dit « Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ ». Ne soyons pas rebelles comme le fut le peuple d’Israël. Esaie 6:9  « Il dit alors : Va, et dis à ce peuple, vous entendrez, et vous ne comprendrez point ; vous verrez, et vous ne saisirez point », nous le lisons également dans le livre des Actes 28:26-27 « […] (27) Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur cœur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse ».

     

     

     

     Jésus lorsqu'il parlait utilisait souvent les paraboles pour que ces paroles prophétiques d'Esaie s'accomplissent. Alors ne fermons pas les oreilles de notre cœur. Savourons les explications bibliques que le Saint Esprit donne à ses serviteurs afin que notre entendement s'illumine. Savez-vous que vous êtes bien privilégiés de pouvoir assister aux cultes car beaucoup encore de nos jours n'ont pas la chance de pouvoir se réunir ensemble, prier et écouter l'enseignement de la parole de Dieu !

     

     

     

    « Mon oreille avait entendu parler de toi » nous pouvons entendre la parole de Dieu mais ne pas la garder, ne pas la graver dans nos cœurs et nos âmes. Ce que Dieu attend de nous c'est que les « oreilles de nos cœurs » soient toutes ouvertes à son écoute afin que le Saint Esprit puisse nous enseigner et nous guider jour après jour. C'est alors que nos yeux, notre regard spirituel sera en capacité de comprendre et mettre en pratique ce que le Seigneur aura pu déposer en nous par le Saint Esprit. Lorsque Job dit « mais maintenant mon œil t'a vu » il parle de son regard spirituel, de sa compréhension de la parole. Et il s'est humilié devant Dieu, lui a demandé pardon et alors, son œil physique a vu la gloire de Dieu, car l’Éternel lui a donné cent fois plus que ce qu'il avait auparavant.

     

     

     

    Apocalypse 1:3 nous dit « Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche ». Gardons gravé en nous la parole de vie, laissons le Seigneur travailler en nous et nous ouvrir le cœur, les oreilles et les yeux afin que nous puissions le servir avec vérité et que notre témoignage puisse être le reflet de celui qui vit en nous. Prenez à nouveau plaisir à entendre la parole qui vous est transmise par l'intermédiaire des pasteurs, des missionnaires, des hommes et femmes de Dieu, car cette nourriture spirituelle est indispensable à la bonne santé de notre vie spirituelle et physique.

     

     

     

    J'aimerais vous rappeler un passage tiré de Luc 24-13/31 « (16) Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. [...](31) Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux ». Ces deux disciples qui pourtant connaissaient et suivaient le Seigneur étaient si préoccupés par leur tristesse, leur état  qu'ils ne s'étaient même pas aperçus que Jésus marchait tout le long du chemin avec eux. Il a fallu que le Seigneur ouvre les yeux de leur cœur pour qu'enfin ils comprennent. Alors comme la fleur s'ouvre lorsque le soleil illumine le jour, ouvrons nous tout entier à la lumière du Seigneur afin de porter en nous sa puissance de vie et pour que tous nos sens spirituels soient éveillés, attentifs et actifs pour la gloire de notre Dieu.

     

     

     

    Esaïe 32:3 « Les yeux de ceux qui voient ne seront plus bouchés, et les oreilles de ceux qui entendent seront attentives », c'est en devenant une nouvelle créature en Christ que nous sommes passés de l'état de sourd et aveugle à l'état d'une personne en pleine capacité de tous ses sens spirituels. Des personnes rayonnantes, pleines d'espérance, de joie, attentives et à l'écoute de la parole, voilà ce que nous devons être lorsque nous portons en nous la parole de vie, la parole faite chaire, Jésus notre Sauveur. Je vous laisserai ce dernier passage de la Bible pour conclure ce message :

     

    Ephésiens 1:18 « Et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints »

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     Et qu'il illumine les yeux de votre cœur

     

     

     

    Job 42:5 « Mon oreille avait entendu parler de toi ; mais maintenant mon œil t'a vu. »

     

     

     

    Bien souvent j'entends des chrétiens qui pensent déjà tout savoir de Dieu et il m'est parfois arrivé d'entendre certains d'entre eux dire «J'ai déjà entendu tout ça, je connais. On a l'impression d'être à la garderie ! ». Oh là là … Je frémis encore d'horreur rien qu'en écrivant ce commentaire. Alors je repense à ce verset de Job, qui dans la tourmente a fini par s'humilier devant Dieu et comprendre qu'il ne connaissait que partiellement l'identité de notre Père. Bien souvent, nous donnons des limites à Dieu, nous le cloisonnons et parce que nous allons régulièrement à l'église et que nous lisons la Bible nous pensons tout savoir et être capable d'enseigner et de témoigner. Mais qu'en est-il réellement ? Savez-vous combien de temps passe un pasteur dans l'isolement de sa chambre, à genoux devant Dieu, pour prier et demander  au Saint Esprit de le guider ? Bien plus que beaucoup d'entre nous réunis. Car c'est en recherchant la face de Dieu que le Saint Esprit ouvre notre cœur et peut alors agir et ouvrir notre esprit à son écoute et à son enseignement. Le fait d'aller à l'église ne signifie pas que vous savez tout. Et si votre pasteur semble « radoter » ce n'est que pour votre bien car parfois nos oreilles et nos cœurs ne sont pas ouverts. Nous en sommes bien souvent encore au lait spirituel et non à une nourriture spirituelle solide et c'est pourquoi il est important d'accepter et d'écouter les enseignements qui nous sont donnés.

     

     

     

    1 Corinthiens 3:2 dit ceci « Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. » (Voir aussi Hébreux 5:12-14).

     

     

     

    Romains 10:17 nous dit « Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ ». Ne soyons pas rebelles comme le fut le peuple d’Israël. Esaie 6:9  « Il dit alors : Va, et dis à ce peuple, vous entendrez, et vous ne comprendrez point ; vous verrez, et vous ne saisirez point », nous le lisons également dans le livre des Actes 28:26-27 « […] (27) Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur cœur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse ».

     

     

     

     Jésus lorsqu'il parlait utilisait souvent les paraboles pour que ces paroles prophétiques d'Esaie s'accomplissent. Alors ne fermons pas les oreilles de notre cœur. Savourons les explications bibliques que le Saint Esprit donne à ses serviteurs afin que notre entendement s'illumine. Savez-vous que vous êtes bien privilégiés de pouvoir assister aux cultes car beaucoup encore de nos jours n'ont pas la chance de pouvoir se réunir ensemble, prier et écouter l'enseignement de la parole de Dieu !

     

     

     

    « Mon oreille avait entendu parler de toi » nous pouvons entendre la parole de Dieu mais ne pas la garder, ne pas la graver dans nos cœurs et nos âmes. Ce que Dieu attend de nous c'est que les « oreilles de nos cœurs » soient toutes ouvertes à son écoute afin que le Saint Esprit puisse nous enseigner et nous guider jour après jour. C'est alors que nos yeux, notre regard spirituel sera en capacité de comprendre et mettre en pratique ce que le Seigneur aura pu déposer en nous par le Saint Esprit. Lorsque Job dit « mais maintenant mon œil t'a vu » il parle de son regard spirituel, de sa compréhension de la parole. Et il s'est humilié devant Dieu, lui a demandé pardon et alors, son œil physique a vu la gloire de Dieu, car l’Éternel lui a donné cent fois plus que ce qu'il avait auparavant.

     

     

     

    Apocalypse 1:3 nous dit « Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche ». Gardons gravé en nous la parole de vie, laissons le Seigneur travailler en nous et nous ouvrir le cœur, les oreilles et les yeux afin que nous puissions le servir avec vérité et que notre témoignage puisse être le reflet de celui qui vit en nous. Prenez à nouveau plaisir à entendre la parole qui vous est transmise par l'intermédiaire des pasteurs, des missionnaires, des hommes et femmes de Dieu, car cette nourriture spirituelle est indispensable à la bonne santé de notre vie spirituelle et physique.

     

     

     

    J'aimerais vous rappeler un passage tiré de Luc 24-13/31 « (16) Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. [...](31) Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux ». Ces deux disciples qui pourtant connaissaient et suivaient le Seigneur étaient si préoccupés par leur tristesse, leur état  qu'ils ne s'étaient même pas aperçus que Jésus marchait tout le long du chemin avec eux. Il a fallu que le Seigneur ouvre les yeux de leur cœur pour qu'enfin ils comprennent. Alors comme la fleur s'ouvre lorsque le soleil illumine le jour, ouvrons nous tout entier à la lumière du Seigneur afin de porter en nous sa puissance de vie et pour que tous nos sens spirituels soient éveillés, attentifs et actifs pour la gloire de notre Dieu.

     

     

     

    Esaïe 32:3 « Les yeux de ceux qui voient ne seront plus bouchés, et les oreilles de ceux qui entendent seront attentives », c'est en devenant une nouvelle créature en Christ que nous sommes passés de l'état de sourd et aveugle à l'état d'une personne en pleine capacité de tous ses sens spirituels. Des personnes rayonnantes, pleines d'espérance, de joie, attentives et à l'écoute de la parole, voilà ce que nous devons être lorsque nous portons en nous la parole de vie, la parole faite chaire, Jésus notre Sauveur. Je vous laisserai ce dernier passage de la Bible pour conclure ce message :

     

    Ephésiens 1:18 « Et qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints »

     




    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires