•  

            

     

     

     
       

     

     
     

     

     
     

     

     

     

     

    Choisissons la bonne place

     

           

     

    CHOISISSONS LA BONNE PLACE

     

    J'aimerais lire avec vous un passage de Luc 10:38-42 « Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit : Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir ? Dis-lui donc de m'aider. Le Seigneur lui répondit:Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. ».

     

     Ce message du Seigneur est un enseignement important sur les choix que nous devons faire en tant que Chrétiens. Beaucoup cherchent avant tout à se rendre utiles (de bonne foi) et multiplient les actions par-ci, par-là au lieu de prendre le temps de s'asseoir un moment et respirer en se mettant simplement à la disposition du Seigneur.

     

    Laissons donc un moment nos préoccupations, nos travaux, nos loisirs... et asseyons nous tranquillement un instant pour ouvrir notre Bible et méditer la parole de Dieu, pour écouter un CD de louanges chrétiennes et chanter de tout notre cœur la gloire de notre Dieu d'amour ou encore de prendre notre voiture (si nous en avons la possibilité) et rejoindre nos frères et sœurs qui sont à la réunion d'évangélisation ou au culte du dimanche.

     

    Vous me direz « nous n'avons pas le temps » mais il faut bien prendre conscience que pour Dieu le temps n'est pas le même que pour nous.

     

    David disait dans le Psaume 84:11 « Mieux vaut un jour dans tes parvis que mille ailleurs ; je préfère me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu, plutôt que d'habiter sous les tentes de la méchanceté ».

     

    Alors vous serez peut-être dans le cas où il vous est impossible de vous déplacer pour vous rendre au culte, je peux le comprendre, mais Dieu met aujourd'hui bien des moyens pour pouvoir écouter un message d'évangélisation via tes outils tels que internet où vous pourrez participer à distance, certes, à des messages qui vous apporteront édification, réconfort et parfois aussi des réponses que vous aviez soumises au Seigneur. Et rien ne vous empêche de chanter des louanges pendant que vous faites le ménage ou que vous préparez le repas. Je me souviens que lorsque je travaillais à une vingtaine de kilomètres de chez moi, je passais environ une vingtaine de minutes au volant de ma voiture pour parcourir matin et soir le trajet qui me séparait de mon emploi. Je trouvais ce temps vraiment long jusqu'au jour où j'ai pris conscience que ce temps était aussi une occasion de m'approcher de mon Dieu et d'utiliser ces instants pour le glorifier et l'adorer. Je n'avais pas de radio dans la voiture mais j'avais un instrument merveilleux que le Seigneur m'avait donné depuis toujours : ma voix. J'ai donc commencé à chanter des cantiques, à louer Dieu de tout mon cœur pendant le trajet et vous savez quoi ? Lorsque j'arrivais sur mon lieu de travail, mon cœur était dans la paix, je ressentais une joie immense et l'onction du Saint Esprit m’inondait tant que je me sentais merveilleusement bien. Toute ma journée était alors transformée, j'étais plus à l'écoute des autres, plus attentive, plus ouverte et mon travail s'en ressentait de manière positive. Je sentais auprès de moi et en moi la présence du Seigneur de façon presque tangible. Gloire à Dieu !

     

    Je vous invite vraiment à faire cette expérience et vous verrez que votre quotidien sera transformé pour la gloire de Dieu. Comme Marie a su faire le bon choix en s'installant aux pieds du Seigneur pour l'écouter parler, nous avons la possibilité de nous asseoir nous aussi aux pieds du Seigneur et le laisser œuvrer en nous pour améliorer notre vie et nous épanouir en sa présence.

     

    J'aimerais lire avec vous ce passage de Mathieu 6:27 « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? ».

     

    Nous ne savons pas combien de temps nous resterons ici bas dans ce corps charnel aussi, il est important de ne pas perdre notre temps dans des futilités qui ne nous apporteront rien lorsque nous entrerons dans la gloire du Seigneur. Mais, au contraire, saisissons chaque seconde qui passe pour nous mettre au service de Dieu. De la santé spirituelle découle aussi bien souvent la santé physique. Si vous arrivez détendu et serein à votre travail car vous avez en vous la paix du Seigneur, votre santé en sera améliorée puisque le stress et l'angoisse, la nervosité sont néfastes à la santé.

     

     Mathieu 6:28 et 6:34 nous dit « Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ... » et « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine ».

     

     Dieu pourvoit en toute chose au bien être de ses enfants. Si nous voulons saisir les bénédictions que le Seigneur nous a préparées, nous devons alors faire le choix de le faire passer en premier dans notre vie de tous les jours. En lui donnant la primeur qui lui revient, le Seigneur peut alors verser en nous tous les bienfaits qu'il nous a préparés d'avance et qui lui donnent de la joie. L'inquiétude ne sert de rien mais au contraire, c'est un outil que Satan utilise avec maestro pour nous éloigner des visions spirituelles et de notre place d'enfants de Dieu, cohéritiers du Royaume de Dieu et participants de sa gloire en Jésus. Alors je vous encourage en toute occasion à garder les regards fixés sur Jésus et à laisser le Saint Esprit vous guider jour après jour en devenant une lumière vivante à l'image de notre Seigneur. Le matin prenons le temps de prier pour bien préparer la journée, il y a toujours des moments où nous avons l'occasion de faire trembler l'enfer en rendant gloire à Dieu, et ce, jusque sur les toilettes où sous la douche.

     

    Alors mes frères, mes sœurs, choisissons la bonne place et avançons avec un cœur rempli de joie pour la gloire de Dieu. AMEN

     

     

     
          
       
     

     

     

     




    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Exhalons un parfum doux et agréable devant Dieu 

     

    J'aimerais attirer votre attention sur la banalisation du verbe « adorer ». De nos jours, nous avons tendance à dire « j'adore » à n'importe quoi, que se soit des objets, des animaux, des personnes... le terme « adorer » a perdu le sens premier et sa profondeur. Mais qu'est que l'adoration : elle est définie comme un culte rendu à Dieu. Le terme hébreu « câkhâh » et le terme grec « proskunèsis » traduisent exactement le geste de l’adoration, car les deux signifient  se prosterner devant quelqu’un  pour lui témoigner son respect et sa reconnaissance. C'est une démarche spirituelle vers notre Dieu. Ainsi, dans l'adoration, nous magnifions le nom de Dieu en lui exprimant humblement notre amour, notre soumission, notre dévotion et notre engagement.

    Comment adorer Dieu ? En ESPRIT et en VERITE (Jean 4:23-24). Adorer de quelle manière « en esprit », ce qui signifie adorer dans les lieux célestes, de manière spirituelle, par la foi. Adorer comment « en vérité », c’est le faire du fond du cœur. Ainsi, nous devons adorer Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme avec vérité et sincérité. Par l'adoration, nous montrons aussi notre émerveillement devant la grandeur de notre Dieu, devant sa souveraineté, sa majesté et sa nature si parfaite et merveilleuse. Complémentaire à la prière et la louange, l'adoration est véritablement exprimer au Seigneur, avec humilité, notre soumission de cœur. Autre manière dont le Seigneur nous demande de l’adorer et de l’aimer : il nous encourage à l'adorer comme des petits enfants, car cette liberté enfantine à s’exprimer dans l’adoration ne permet pas à l’orgueil de s’installer. Nous devons chercher à plaire à Dieu comme un enfant cherche à plaire à son père. Nous devons rechercher sa présence pour mieux le connaître et ainsi lui rendre gloire.

    Où devons nous l'adorer ? Nous devons apprendre à adorer Dieu et à y prendre plaisir tant à l’Église que dans l'isolement de notre chambre, dans toutes les circonstances et en tout lieu.

    Pourquoi adorer Dieu ? Parce qu'il en est seul digne « Jésus lui répondit : il est écrit : tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul » Luc 4:8. Nous devons le faire de manière désintéressée, simplement par amour et reconnaissance. Et, lorsque nous lisons dans Apocalypse 14:7 « Il disait d'une voix forte: Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux. » nous voyons que le verbe « adorer » est conjugué à l'impératif ce qui signifie que Dieu nous demande d'être des adorateurs fervents. Oui, Dieu attend de nous que nous l'adorions lui seul.

    Quelle est l'importance de l'adoration ? Il est important d'adorer Dieu car c'est un acte qui est partie intégrante de la vie du Chrétien avec la prière et la louange. Cet acte a de l'importance pour Dieu qui y prend plaisir et qui recherche en nous des adorateurs véritables et sincères. L'adoration est aussi importante car elle est un témoignage victorieux de notre soumission et de notre engagement pour Dieu devant l'Eglise, devant les anges mais aussi devant le monde. Aussi, nous devons savoir adorer Dieu au sein de l’assemblée avec sensibilité pour ceux qui ne sont pas convertis (1 Corinthiens 14 :23-25). Sachons prendre soin de ceux qui viennent pour les premières fois à l’Église afin que par notre façon d’adorer, ils puissent voir la face de Dieu et se convertir et l’adorer à leur tour. Les incroyants peuvent voir comment l’adoration nous encourage, nous fortifie, et nous change. Ils peuvent ressentir quand Dieu agit de manière surnaturelle dans un culte, même s’ils ne sont pas capables de l’expliquer. Quand des non-croyants observent une adoration véritable, cela devient un puissant témoignage. Par exemple le jour de la Pentecôte dans Actes 2 :6 il est dit : « Au bruit qui eut lieu, la multitude accourue, et elle fut confondue parce que chacun entendait parler dans sa propre langue ». Nous savons que ce jour là il y avait une grande foule parce que 3 000 personnes furent sauvées.

    Lorsque nous parcourons la parole de Dieu, nous pouvons remarquer que l'adoration est parfois comparée à un parfum agréable devant l’Éternel. Nous pouvons le lire, par exemple, dans le livre de l'Apocalypse 8:3-4 « Et un autre ange vint, et il se tint sur l'autel, ayant un encensoir d'or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui est devant le trône. La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l'ange devant Dieu ».

    Que nous puissions nous aussi exhaler un parfum agréable et doux qui puisse monter aux narines de notre Dieu et lui apporter du plaisir. Que notre adoration soit un délice aux yeux de notre Seigneur. L'important c'est d'adorer avec sincérité sachant que Dieu lit dans nos cœurs et sait si nos sentiments sont vrais ou artificiels. L'adoration tout comme la prière et la louange est indispensable à la bonne santé spirituelle de tout chrétien qui consacre sa vie à Dieu et désire le servir de tout son cœur.

     

    L’adoration doit être aussi naturelle que de boire et manger. 

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • contact

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

           

     

     

    Contemplons la bonté de Dieu 

      

    La bonté est une des vertus qui caractérise notre Dieu Tout Puissant. Mais ce qui est triste, c'est que nous avons souvent tendance à chercher des appuis auprès de tierces personnes alors que notre première pensée devrait se tourner vers notre Dieu qui est bon et compatissant, plein d’amour et de bénédictions pour nous. Nous devrions prendre exemple sur David qui a su mettre toute sa confiance dans la bonté de l’Éternel. Il nous en a laissé un témoignage à travers les Psaumes. Le Psaume 13 :6 nous dit ceci « Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut ».

    Laissons le Seigneur déverser en nous sa bonté sans chercher à savoir comment il va faire, mais sachant qu’il va se manifester avec certitude pour nous secourir, nous délivrer, nous bénir et nous donner sa grâce. Mais pour cela, nous devons le laisser faire en plaçant en lui notre entière confiance et notre espérance. Contemplons la bonté de Dieu qui est infinie, éternelle et qui ne s'épuise jamais (Lamentations de Jérémie  3:19-25) 

    Aussi, lorsque le découragement nous saisit et nous laisse abattu, levons les yeux vers l’Éternel et mettons devant nous toutes les bontés qu'il nous a déjà données et reprenons courage en sachant que ses bontés ne sont pas épuisées et qu'elles nous couvriront bientôt à nouveau. En lui se trouve la délivrance et c'est avec certitude que nous pouvons nous attendre à notre Seigneur qui ne nous abandonnera jamais. Nous verrons alors notre vision de sa bonté changer et augmenter à travers la prière, la louange, l'adoration et la méditation de sa parole jour après jour.

    Aussi, lorsque nous lisons la Bible, nous voyons que le thème sur la bonté de Dieu apparaît de nombreuses fois, soulignant ainsi son importance. Nous pouvons constater que son objet est avant tout de nous faire du bien, de nous bénir, nous secourir, nous guérir et aussi de nous montrer que notre Dieu est bon pour nous pardonner nos péchés en Jésus son Fils bien aimé. Car nous ne devons pas ignorer que Dieu veut nous combler de ses bienfaits. La plus merveilleuse démonstration de la bonté de Dieu n'est-elle pas le don de son Fils unique Jésus pour le rachat de nos péchés ? Ainsi sa bonté s’accomplit parfaitement en Jésus qui est notre Sauveur.  

    Les bontés de Dieu se voient également à travers sa création et elles s'adressent à chacun de nous, même pour ceux qui le rejettent (ne fait-il pas pleuvoir sur les bons et les méchants ? Ne fait-il pas briller le soleil sur chacun de nous?). Oui, notre Dieu est fidèle alors adressons lui nos chants de louange et que nos lèvres fassent monter jusqu'à son trône toute notre adoration et notre reconnaissance. Recherchons sa face avec ardeur et que le Saint Esprit nous introduise dans son amour. Reflétons cette vertu de notre Seigneur et apprenons à la mettre nous aussi en pratique dans nos vies. Ce que notre Père Céleste nous demande, c'est de nous aimer les uns les autres et ainsi de porter en nous les fruits qu'il a déposés dans nos cœurs et auxquels il prend plaisir (1 Corinthiens 13 :4) Aussi, nous devons chercher à exercer la bonté autour de nous et ainsi rendre témoignage de la nature de Dieu dans nos vies. N'oublions pas que la bonté est un fruit de l'Esprit dont Dieu se délecte (Galates 5 :22). 

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Exhalons un parfum doux et agréable devant Dieu 

     

    J'aimerais attirer votre attention sur la banalisation du verbe « adorer ». De nos jours, nous avons tendance à dire « j'adore » à n'importe quoi, que se soit des objets, des animaux, des personnes... le terme « adorer » a perdu le sens premier et sa profondeur. Mais qu'est que l'adoration : elle est définie comme un culte rendu à Dieu. Le terme hébreu « câkhâh » et le terme grec « proskunèsis » traduisent exactement le geste de l’adoration, car les deux signifient  se prosterner devant quelqu’un  pour lui témoigner son respect et sa reconnaissance. C'est une démarche spirituelle vers notre Dieu. Ainsi, dans l'adoration, nous magnifions le nom de Dieu en lui exprimant humblement notre amour, notre soumission, notre dévotion et notre engagement.

    Comment adorer Dieu ? En ESPRIT et en VERITE (Jean 4:23-24). Adorer de quelle manière « en esprit », ce qui signifie adorer dans les lieux célestes, de manière spirituelle, par la foi. Adorer comment « en vérité », c’est le faire du fond du cœur. Ainsi, nous devons adorer Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme avec vérité et sincérité. Par l'adoration, nous montrons aussi notre émerveillement devant la grandeur de notre Dieu, devant sa souveraineté, sa majesté et sa nature si parfaite et merveilleuse. Complémentaire à la prière et la louange, l'adoration est véritablement exprimer au Seigneur, avec humilité, notre soumission de cœur. Autre manière dont le Seigneur nous demande de l’adorer et de l’aimer : il nous encourage à l'adorer comme des petits enfants, car cette liberté enfantine à s’exprimer dans l’adoration ne permet pas à l’orgueil de s’installer. Nous devons chercher à plaire à Dieu comme un enfant cherche à plaire à son père. Nous devons rechercher sa présence pour mieux le connaître et ainsi lui rendre gloire.

    Où devons nous l'adorer ? Nous devons apprendre à adorer Dieu et à y prendre plaisir tant à l’Église que dans l'isolement de notre chambre, dans toutes les circonstances et en tout lieu.

    Pourquoi adorer Dieu ? Parce qu'il en est seul digne « Jésus lui répondit : il est écrit : tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul » Luc 4:8. Nous devons le faire de manière désintéressée, simplement par amour et reconnaissance. Et, lorsque nous lisons dans Apocalypse 14:7 « Il disait d'une voix forte: Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux. » nous voyons que le verbe « adorer » est conjugué à l'impératif ce qui signifie que Dieu nous demande d'être des adorateurs fervents. Oui, Dieu attend de nous que nous l'adorions lui seul.

    Quelle est l'importance de l'adoration ? Il est important d'adorer Dieu car c'est un acte qui est partie intégrante de la vie du Chrétien avec la prière et la louange. Cet acte a de l'importance pour Dieu qui y prend plaisir et qui recherche en nous des adorateurs véritables et sincères. L'adoration est aussi importante car elle est un témoignage victorieux de notre soumission et de notre engagement pour Dieu devant l'Eglise, devant les anges mais aussi devant le monde. Aussi, nous devons savoir adorer Dieu au sein de l’assemblée avec sensibilité pour ceux qui ne sont pas convertis (1 Corinthiens 14 :23-25). Sachons prendre soin de ceux qui viennent pour les premières fois à l’Église afin que par notre façon d’adorer, ils puissent voir la face de Dieu et se convertir et l’adorer à leur tour. Les incroyants peuvent voir comment l’adoration nous encourage, nous fortifie, et nous change. Ils peuvent ressentir quand Dieu agit de manière surnaturelle dans un culte, même s’ils ne sont pas capables de l’expliquer. Quand des non-croyants observent une adoration véritable, cela devient un puissant témoignage. Par exemple le jour de la Pentecôte dans Actes 2 :6 il est dit : « Au bruit qui eut lieu, la multitude accourue, et elle fut confondue parce que chacun entendait parler dans sa propre langue ». Nous savons que ce jour là il y avait une grande foule parce que 3 000 personnes furent sauvées.

    Lorsque nous parcourons la parole de Dieu, nous pouvons remarquer que l'adoration est parfois comparée à un parfum agréable devant l’Éternel. Nous pouvons le lire, par exemple, dans le livre de l'Apocalypse 8:3-4 « Et un autre ange vint, et il se tint sur l'autel, ayant un encensoir d'or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui est devant le trône. La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l'ange devant Dieu ».

    Que nous puissions nous aussi exhaler un parfum agréable et doux qui puisse monter aux narines de notre Dieu et lui apporter du plaisir. Que notre adoration soit un délice aux yeux de notre Seigneur. L'important c'est d'adorer avec sincérité sachant que Dieu lit dans nos cœurs et sait si nos sentiments sont vrais ou artificiels. L'adoration tout comme la prière et la louange est indispensable à la bonne santé spirituelle de tout chrétien qui consacre sa vie à Dieu et désire le servir de tout son cœur.

     

    L’adoration doit être aussi naturelle que de boire et manger. 

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

           

     

    La prière fervente du juste a une grande efficace !

     

    J'aimerais vous parler du Dieu du tout à coup, du Dieu plein d'attentions pour ses enfants,  mais avant je voudrais vous lire ce passage de Luc 9:1-2 « Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur les démons, avec la puissance de guérir les maladies.

     

     Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades ».

    Le Seigneur nous donne à chacun le pouvoir de guérir les malades en son nom tout puissant. Étant enfants de Dieu en Jésus et portant en nous la puissance de Dieu à travers son Saint Esprit dont nous sommes le temple, nous avons reçu du Seigneur plus que l'or et l'argent, plus que n'importe quelle richesse matérielle, nous avons reçu la victoire sur toute chose et la vie éternelle. J'aimerais vous donner un petit témoignage de ce que le Seigneur a fait dans ma vie alors que je n'étais encore qu'une enfant. « Depuis des mois j'avais attrapé des verrues plantaires au pied droit en allant à la piscine à l'école et ces verrues étaient si grosses et douloureuses que je ne pouvais plus marcher. Impossible de mettre des chaussures, plus possible de faire du basket et enfiler une chaussette ne m’était insupportable. Chaque jour je priais pour que le Seigneur me guérisse car je n'en pouvais plus. Un soir, alors que je souffrais vraiment trop, je suis allée voir mon père dans la cuisine pour qu'il m'impose les mains et qu'il prie pour moi car je savais que seul le Seigneur pouvait me donner la délivrance. On m'avait donné toutes sortes de pommades, plantes... mais rien n'avait pu me guérir. Ce soir là, mon père et moi, nous nous sommes isolés dans la cuisine et nous avons prié ensemble et il m'a imposé les mains dans le nom tout puissant de Jésus. J'ai alors senti un soulagement immense en moi et j'ai senti le Saint Esprit vibrer en moi. Renouvelée spirituellement, le cœur en paix, j'ai regardé mon père en souriant car je ne ressentais plus aucune douleur. Heureuse, je suis allée au salon pour l'annoncer à ma mère et lui dire combien je ressentais la paix de Dieu en moi. J'étais pieds nus (comme souvent) et en serrant très fort ma mère sur mon cœur, j'ai alors baissé les regards sur mon pied et là, plus de verrues. Amen ! Gloire à Dieu ! Je n'avais plus que la trace de l'emplacement où elles étaient auparavant. J'ai crié de joie en remerciant Dieu et j'ai couru montrer mon pied à mon père. Alors, tous ensemble avec mon frère, mes sœurs et mes parents, nous nous sommes mis en prière en nous tenant la main et nous avons loué Dieu et remercié le Seigneur de m'avoir donné cette délivrance ». Je pourrais vous donner de nombreux autres témoignages semblables que le Seigneur nous a accordés tout au long de nos vies. Comment ne pas le remercier, comment ne pas l'aimer ? Qui pourra me convaincre de l'abandonner ou de le renier ? PERSONNE car Jésus est ma vie et mon espoir, il est mon espérance et ma délivrance, il est ma victoire et mon soutien. Alors si vous avez une maladie, une chaîne qui vous retient lié et vous fait souffrir, courage ! Persévérez dans la prière de la foi car la prière est efficace et notre Sauveur vous délivrera en son temps avec certitude.

    Je vous laisse dernier passage pour vous encourager : « Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace » Jacques 5:16

     

       

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • LA ROUTE DU PELERIN                                                                     

     

    Aspect de la vision         

     

                    Gilbert

    Aspect de la vision

    Océane 

     

     

    Aspect de la vision

     

    Une maison pour accueillir les fidèles –Un camping car pour se déplacer de villes en villes et accueillir également les fidèles – Distribution gratuite de bibles.

     

     

     

    « Collecte de dons : pour l'aide aux démunis et isolés » 

     

    www.lepotcommun.fr/pot/lFWn558A 

     

    www.lepotcommun.fr/pot/lFWn558A/invite 

     

    http://www.saped-association.fr

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •        

     

    La Crainte de l’Eternel

      J'aimerais partager avec vous un passage des Proverbes 19:23 « La Crainte de l’Éternel mène à la vie, et l'on passe la nuit rassasié sans être visité par le malheur ».  

    Quel texte merveilleux et encourageant non ? La première chose que nous devons comprendre c'est que la crainte de Dieu n'est pas celle qui est ressentie par le monde. En effet, nous ne devons pas éprouver de la peur pour Dieu, mais ressentir une crainte empreinte de respect et de révérence. Aussi, en lisant dans Romains 8:15 nous pouvons comprendre que cette crainte respectueuse pour Dieu (qui en est d'ailleurs seul digne) se fait avant tout dans l'amour, comme l'amour d'un enfant pour son père « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! ».  

    Pour exemple, lisons ensemble un passage d'Hébreux 11:7 «C'est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore, et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c'est par elle qu'il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s'obtient par la foi ». Dans ce texte, nous voyons que la crainte de Noé pour l’Éternel lui sauva la vie. Par la foi, la confiance et la crainte pour Dieu, il obéit malgré les railleries des autres et passant outre, il resta soumis et Dieu lui rendit justice.  

    Proverbes 8:13 nous donne une bonne définition de la crainte de l’Éternel « La crainte de l’Éternel, c'est la haine du mal ; l'arrogance et l'orgueil, la voie du mal, et la bouche perverse, voilà ce que je hais ». Hors, l’être humain, depuis la chute d’Adam et Eve ne cesse de faire le mal (Psaume 14:1). En effet, l’homme rejette Dieu et son autorité. Déjà, nous sommes dans l’apostasie et cette incrédulité, ce rejet de la crainte de Dieu ne cesse de grandir et de s’incruster même au sein de l’Église par l’acceptation de compromissions qui vient à l’encontre des ordonnances données par notre Dieu. Ainsi, la crainte de Dieu s’estompe et s’étiole.  

    Craindre l’Éternel c'est aussi exercer l'amour et la compassion. C'est faire le bien autour de nous et être le reflet de Christ en produisant de bons fruits, c'est se détourner du mal (Lévitique 19:14 ; Proverbes 16:6 ; Job 28:28). La crainte de l’Éternel c'est savoir accepter les décisions qu'il a pour nos vies, même si on ne les comprends pas toujours, sachant qu'il est un Dieu juste et qu'il châtie avec l'amour d'un Père non pas pour nous nuire, mais pour nous relever et nous instruire afin de nous donner la vie (Proverbes 3:11-12).  

    Nous devons aussi avoir de la crainte pour Dieu sachant qu'il lit en nous et qu'il nous connaît mieux que nous même et qu'on ne peut pas lui mentir comme on mentirait à un homme (exemple de Ananias et Safira dans Actes 5:1-5). Les jugements de notre Dieu sont justes et nous n'avons pas à les contester. Jérémie 5:22 nous dit « Ne me craindrez vous pas, dit l’Éternel, ne tremblerez vous pas devant moi ? C'est moi qui ai donné à la mer le sable pour limite, limite éternelle qu'elle ne doit pas franchir ; ses flots s'agitent, mais ils sont impuissants ; ils mugissent, mais ils ne la franchissent pas ». Nous avons nous aussi des limites à ne pas franchir. Mais notre Dieu est rempli d'amour et de grâce et il pardonne à celui qui s'humilie devant lui et lui demande pardon d'un cœur sincère.  

    Ainsi, si le commencement de la crainte de Dieu est la sagesse, la fin de la crainte de Dieu se trouve dans l'amour qu'il a pour nous. Aussi, il nous demande de mettre en pratique l'amour qu'il a déposé en nous. Je voudrais vous laisser ces deux passages, l'un dans 1.Jean 4:18 « La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour » et l'autre dans le Psaume 25:12-14 « Quel est l'homme qui craint l’Éternel ? L’Éternel lui montre la voie qu'il doit choisir. Son âme reposera dans le bonheur, et sa postérité possédera le pays. L'amitié de l’Éternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction ». 

    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur la crainte de Dieu mais, nous allons conclure en restant centré sur les bénédictions et le bonheur que l’on trouve à suivre Jésus dans la crainte de Dieu. Les conséquences heureuses de la crainte de Dieu se répercutent dans nos vies et nous laissent une empreinte d'amour gravée dans nos cœurs. Ainsi les fidèles qui le craignent reçoivent de l’Éternel une bannière : le Seigneur Jésus Christ. Cette bannière sous laquelle nous combattons rassemblera dans la fin des temps tous ceux qui appartiennent et craignent Dieu. Je finirais par ce passage : 

     

    Psaume 34:10  

    « Craignez l’Éternel, vous ses saints ! Car rien ne manque à ceux qui le craignent. »  

     

     

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

           

     

    Portons en nous les fruits de l'Esprit

     

    Aujourd'hui j'aimerais partager avec vous un petit passage de Galates 5 :22-25

     

    « Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi ; la loi n'est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi selon l'Esprit ».

     

    En tant que Chrétien, nous devons prendre conscience qu'il est important de rechercher les fruits de l'Esprit. Alors laissons le Saint Esprit nous guider et Jésus diriger notre vie. Pour cela, nous devons le laisser entièrement prendre le contrôle de notre corps, de notre âme et de notre esprit car les trois sont étroitement liés et indivisibles. Donc, nous devons tous les laisser diriger par Christ (1Thimothée 5:23).

     
    Ce que le Seigneur nous demande c'est de lui ressembler et de chercher à mettre en pratique dans nos vies ses préceptes. Les fruits de l'Esprit sont des caractéristiques qui sont importantes pour pouvoir porter en nous l'image de Christ et le Saint Esprit nous aide à cultiver chacun de ces fruits. N'oublions pas que lorsque nous donnons notre vie à Dieu, et que nous devenons un "nouvel être", nous ne nous appartenons plus (1 Colossiens 6:19-20). Ainsi donc, nous devons  porter la nature de celui qui vit en nous : Jésus Christ. Nous savons bien que ce n'est pas par nos propres forces que ce changement de nature va s'effectuer, mais c'est par l'Esprit de Dieu qui vit en nous et c'est pour cela que cette vie nouvelle est appelée « le fruit de l'Esprit ». En devenant le temple du Saint Esprit, ces fruits vont se développer en nous et s'y ancrer profondément. Nous vivons alors PAR l'Esprit, nous sommes conduits PAR lui et tout devient différent en nous. Nous n'avons alors plus la même façon de penser, d'agir, de voir, nos désirs ne sont plus les mêmes, nos centres d'intérêts changent aussi tout comme notre mentalité. Tous ces changements qui s'opèrent en nous montrent que nous sommes devenus une nouvelle créature et que le spirituel prime alors dans nos vies. 2 Corinthiens 5:17 nous dit ceci « Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». Gloire à Dieu ! N'est ce pas merveilleux ?
    Si autrefois nous pratiquions les œuvres de la chair (Galates 5:19-21) nous pratiquons désormais les fruits de l'Esprit. Nous ne sommes plus sous la loi du péché mais nous sommes maintenant sous la loi de l'Esprit (Romains 8:2). Nous sommes affranchis du péché et libéré de la mort en Jésus notre Sauveur. Nous sommes lavés, purifiés, blanchis par le sang de Christ (Hébreux 10:16). Ainsi donc, nous devons veiller à ne plus nous laisser conduire par les choses de ce monde, comme nous pouvons le lire dans Romains 12:2  ainsi que dans Romains 8:5-9. Nous portons désormais en nous les désirs de l'Esprit qui vit en nous.

     

    Pour conclure, je voudrais vous laisser ce passage de Jean 15:4-5 « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire ». Ainsi, nous tirons désormais notre nourriture du Cep dont nous dépendons. Sa sève coule en nous pour nous fortifier, nous faire grandir et porter du fruit digne de Dieu. Cette sève qui coule en nous est le Saint Esprit.

     

    Je terminerai par ce passage de Colossiens 2:6-7 « Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui, étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d'après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces ». Comme le disait si bien Paul, ce n'est plus moi qui vit mais c'est Christ qui vit en moi. Alors laissons transparaître en nous l'image de notre Dieu et soyons des témoins véritables de sa gloire en portant en nous des fruits qui donneront envie aux non convertis de goûter à leur tour l'amour de Dieu, en Jésus Christ notre Sauveur. Ainsi, de nouveaux sarments pourront venir se greffer au Cep divin et porter à leur tour les fruits auxquels notre Dieu prend plaisir.

     

     

    Romains 6:22 « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle ».

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 20/01/2014

     

    Une pensée positive pour toi mon frère, ma sœur.

     

     

     

           

     

    Le pardon : c'est un sujet un peu délicat mais j'aimerais l'aborder avec vous en ce jour. Le pardon est défini dans le dictionnaire comme : accorder la rémission d’une faute. La rémission c’est gracier, remettre la peine, la mettre derrière soit et ne plus y penser. Le pardon n'est pas simple, il ne se donne pas avec le temps, ce n'est pas non plus excuser l'attitude de la personne qui a offensé, ce n'est pas nier l'acte qui a été fait mais c'est passer outre. Pardonner nécessite beaucoup d'amour et une volonté de gracier la personne qui a commis la faute. Notre nature humaine nous enclin difficilement à pardonner une personne lorsqu'elle nous a blessés, que ce soit par une parole ou par un acte. Humainement nous éprouvons l'envie de nous venger ou bien nous gardons en nous ce qui a été dit ou fait et l'amertume alors grandit et la relation avec l'autre est rompue, l'animosité s'installe et les mauvaises pensées remplacent celles que Dieu met dans nos cœurs. Alors que faire pour éviter cela ? Il n'y a que l'intervention de Dieu dans nos vies par le Saint Esprit qui nous aidera à accorder le pardon de manière véritable comme le Seigneur le fait pour nous chaque fois que nous péchons. Malgré toute notre bonne volonté, le cœur humain ne peut pas oublier et sans l'amour de Dieu en nous, sans l'onction du Saint Esprit, il est difficile de pardonner. La Bible nous dit : Matthieu 6:12 « Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés». Cette parole est toujours valable et immuable. Dieu attend de nous que nous pardonnions aux autres tout comme lui nous accorde son pardon, c'est à dire avec vérité et sans rien attendre en retour. Nous devons mettre tout notre cœur à regarder celui qui nous a offensés comme le Seigneur le ferait à notre place. Nous devons le voir avec un regard spirituel et un amour spirituel que seul Dieu peut nous donner par le Saint Esprit qui vit en nous. 

    Ne disons pas « pardon » du bout des lèvres en gardant un cœur rempli de fiel et de rancune. Le Seigneur sait lire dans nos cœurs et nos reins. La Bible est claire, nous pouvons lire en Matthieu 6:15 « mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. » et dans Matthieu 18:35 « C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur». Tout ceci pour vous exhorter à vous aimer les uns les autres et vous pardonner même si les blessures ont été douloureuses et profondes. L’amour de Dieu pardonne tout. Nous sommes humains, c'est vrai, mais nous ne nous appartenons plus, nous sommes nés de nouveau et nous ne devons plus voir et analyser avec l’esprit de la chair mais avec l’esprit du Saint Esprit. 

    Le point sur lequel j’aimerais aussi insister c’est non seulement de demander le pardon de nos péchés à Jésus, mais aussi de savoir pardonner aux autres quelles que soient les blessures. Pendant la guerre 39-45, combien de déportés ont dit « pardonne leurs Seigneur » alors qu’ils étaient exterminés, pendant que les premiers chrétiens étaient donnés à dévorer aux lions combien ont levé les yeux au ciel et dit « pardonne leurs Seigneur, je remets mon âme entre tes mains »…. Le pardon c’est aussi mettre son orgueil de coté, s’humilier même lorsqu’on a raison en laissant Dieu seul juge de toutes choses et de toutes circonstances.  

    Savez vous que vous serez trouvé coupable devant Dieu si vous n’avez pas su pardonner vos frères et sœurs, car en agissant ainsi vous les affaiblissez et les accablez. Nous le lisons dans Corinthiens 2:7 « en sorte que vous devez bien plutôt lui pardonner et le consoler, de peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive. » Exhortez, reprenez, édifiez mais aimez avant tout. Soyez à l'image de Christ, dont vous êtes les disciples et les enfants. Éphésiens 4:32 dit « Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous  pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. » et un autre verset important dans Colossiens 3:13 « Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ». 

     

    En conclusion aimez-vous les uns les autres non seulement en paroles mais aussi en actes et pardonnez vous avec vérité et sincérité. Dieu n’aime pas l’artifice et il veut un pardon sincère qui tourne une page blanche pour aller de l’avant avec l’onction du Saint Esprit. Jésus est notre guide et nous devons lui ressembler en toutes choses. Pardonnons même les choses plus difficiles et ce, avec humilité en laissant notre « moi » et notre orgueil de coté car Jésus vit en nous par son Saint Esprit et nous portons en nous les fruits de l'Esprit. Faisons lui confiance car il gouverne notre vie. Cherchons à lui ressembler avec sincérité et vérité et pardonnons comme il pardonne. C'est aussi ça l'amour. 

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

           

     

     

    Laissons-nous façonner par le divin Potier 

     

    J'aimerais reprendre en ce jour le verset du jour paru hier dans AdoreDieu.com « Cependant, Ô Éternel, tu es notre père ; nous sommes l'argile, et c'est toi qui nous as formés, nous sommes tous l'ouvrage de tes mains» Esaïe 64:7.

    En lisant la Parole de Dieu, nous pouvons remarquer que cette image du Potier et de l'argile apparaît à plusieurs reprises comme dans le livre d'Esaïe, les Psaumes, Jérémie, Romains... Notre Dieu qui est aussi notre créateur et notre Père est représenté par le Potier et nous, sa création, ses enfants, sommes comparés à l'argile. Mais pourquoi cette comparaison ? Quelle est la qualité de l'argile ? Elle est malléable, elle se travaille et peut prendre la forme qu'on veut. Tant qu'elle est sur le moule, on peut la retravailler, la défaire et la refaire pour qu'elle devienne un objet magnifique. Ce que le Seigneur attend de nous c'est que nous le laissions nous façonner selon sa volonté, soit en vase, soit en assiette ou en bol. Nous devons accepter de le laisser nous former selon ses désirs car lui seul sait comment nous lui serons le plus utile et ce qui sera meilleur pour nous.

    Romains 9:20-21 nous dit ceci « O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d'argile dira-t-il à celui qui l'a formé : pourquoi m'as tu fait ainsi ? Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'usage vil ? ».

    Nous devons admettre que bien souvent nous soupirons et rechignons en regardant notre voisin d'un œil envieux car il exerce tel don ou parce qu'il a reçu tel ministère... Mais qui sommes nous pour dicter à Dieu ce qu'il doit faire ou à qui il doit donner telle ou telle chose ? Esaïe 45:9 dit « Malheur à qui conteste avec son créateur ! Vase parmi des vases de terre ! L'argile dit-elle à celui qui la façonne : Que fais-tu ? Et ton œuvre : il n'a pas de mains ? »

    Nous devons savoir que Dieu dirige toutes choses et qu'il ne fait que ce qui est bon et utile. Il a un plan pour le monde, pour son peuple, pour son Église et pour nous individuellement. Il a prévu une source inépuisable de bénédictions pour chacun de ses enfants mais, pour pouvoir nous les donner, il faut que nous le laissions agir avec nous comme le potier avec l'argile, c'est à dire que nous devons le laisser nous façonner comme lui le souhaite. Nous devons le laisser prendre le contrôle total de notre vie et lui obéir avec soumission, obéissance et confiance. Nous n'avons rien à craindre ni à envier car il a prévu pour nous de grandes choses, peut être un ministère insoupçonné, un don que nous ignorons encore... mais pour pouvoir découvrir ce qui nous est destiné, il nous faut remercier Dieu pour ses bienfaits et rechercher les dons de l'Esprit à travers la prière. Au lieu de murmurer contre Dieu et de bouder, il faut louer le Seigneur, l'adorer, le remercier et prier pour connaître ses plans pour notre vie. Celui qui cherche trouve et Dieu ne reste pas sourd à nos prières mais il écoute, il entend et il répond toujours en son temps. Ne désespérez pas si cela tarde car le temps de Dieu n'est pas le nôtre mais vous pouvez avoir la certitude que tout se réalisera au temps prévu. 

    Et si notre Dieu décide de vous remodeler en brisant ce qui n'est pas à sa gloire pour que le vase soit sans impureté (lavé par le sang de Jésus notre Sauveur), alors nous devons humblement le laisser faire sachant que c'est pour notre bien.

    Jérémie 18:4 nous dit « Le vase qu'il faisait ne réussit pas, comme il arrive à l'argile dans la main du potier ; il en refit un autre vase, tel qu'il trouva bon de le faire ».

    N'ayons pas le cou raide mais courbons nous à la volonté de notre Dieu d'amour afin qu'il puisse épurer tout ce qui n'est pas à sa gloire en nous et laissons le nous refaçonner afin de devenir utile entre ses mains et que le Seigneur puisse nous remplir du Saint Esprit et ainsi pouvoir faire de nous des témoins actifs et vivants. N'ayons pas peur du changement opéré par notre Papa d'amour car il ne fera jamais rien que nous ne puissions supporter mais au contraire, il saura nous préparer pour être des vases d'honneur dont il puisse se servir utilement pour sa gloire. 

    Je terminerai par cette prière : Seigneur mon Dieu mon Roi, que tu puisses faire de moi un vase d'honneur utile et rempli de ton huile sainte afin que je puisse briller dans ce monde de ténèbres et ainsi retransmettre ta lumière autour de moi. Que je puisse toujours être un témoignage vivant de ta gloire et si ta volonté est de me briser pour mieux me refaçonner, que tout soit fait pour ta gloire. Je me soumets à ta volonté et me plie avec humilité et amour. Soit glorifié et adoré. AMEN 

     

       

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

            

     

     

     

     

     
       

     
     

     
     

     

     

     

     

           

     

     

     

    Ayons l'apparence de celui qui vit en nous

     

     

     

    De nos jours l'apparence extérieure demeure l'un des sujets favoris de notre société. La mode, le mannequina, tout porte l'attention à ce que nous représentons extérieurement délaissant ce qui est plus important, notre personne intérieure.

     

    Lorsque nous lisons dans 1 Samuel 16:7 « Et l’Éternel dit à Samuel : ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L’Éternel ne considère pas ce que l'homme considère ; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au cœur » nous voyons que la vision de Dieu n'est pas la même que la nôtre. Ce verset nous amène à réfléchir sur notre façon de voir les autres en n'attachant pas d'importance à l'aspect extérieur mais en portant notre attention sur ce qu'ils sont vraiment intérieurement. Nous devons avoir un regard spirituel et non un regard charnel lorsque nous regardons une personne. Ce qui est important, c'est de regarder au cœur et non à l'aspect extérieur qui n'est qu'un reflet bien éphémère et artificiel. Nous pouvons nous parer de tous les artifices extérieurs inimaginables pour donner une image de nous mais qui ne reflétera pas souvent ce qui est réellement en nous. Dieu, lui, ne regarde pas à notre apparence physique mais il regarde premièrement à notre cœur, à notre état intérieur qui doit refléter avant tout son amour et sa gloire. Tout au long de la Bible, nous pouvons voir que l’Éternel n'a pas choisi des hommes parfaits extérieurement mais, au contraire, il a choisi des personnes en fonction de leur disponibilité de cœur et de leur amour pour lui. Dieu lit en nous comme dans un livre ouvert, il nous connaît mieux que nous même et il veut nous modeler à son image, nous former pour briller dans ce monde de ténèbres. Prenons une lampe, peut importe son aspect, grande, petite, sculptée... ce qui la fait briller c'est la flamme qui brille en elle, c'est l'huile qui brûle au contact de la mèche et qui donne son éclat. Tout comme la lampe nous devons briller intérieurement en étant rempli du Saint Esprit pour pouvoir refléter celui qui vit en nous, Christ Roi. Si nous prenons l'exemple de David, il était de petite taille contrairement à ses frères, il semblait frêle et fragile mais fort spirituellement, Gédéon était le plus petit de sa famille, et Jésus lui même n'avait pas l'apparence d'un « apollon » mais il brillait et attirait les foules à lui car sa lumière était intérieure.

     

     Lisons dans Esaïe 53:2 « Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour plaire...».

     

    Dieu aurait pu choisir de prendre un corps parfait pour venir nous annoncer la bonne nouvelle mais il ne l'a pas fait afin que nous ne cherchions pas à ressembler physiquement à un homme et que nous ne soyons pas simplement attirés à lui pour son apparence, mais pour que nous cherchions à lui ressembler en portant en nous sa nature, ses caractères qui sont l'amour, la miséricorde, la justice... Nous devons porter en nous les fruits qui montrent notre appartenance à Christ et ces fruits nous amèneront alors à avoir une apparence extérieure humble à l'image de notre Seigneur. Dieu nous demande de regarder avec les yeux du cœur, avec le regard de Christ. Chacun de nous est précieux à ses yeux et nous avons tous de la valeur pour lui, ne l’a-t-il pas démontré en donnant sa vie pour chacun de nous ?

     

     

     

    Nous sommes le temple du Saint Esprit et le monde doit pouvoir observer en nous notre appartenance à Christ en nous regardant vivre. Notre apparence extérieure doit refléter ce que nous sommes intérieurement, pas de vêtements indécents (1 Timothée 2:9) mais que le monde puisse être attiré premièrement par ce qui brille en nous, la présence de Jésus notre Sauveur par le Saint Esprit.

     

    Je terminerais en vous encourageant à rechercher à travers la prière, à avoir un regard semblable à celui de notre Dieu d'amour, afin de ne pas voir ce qui vous entoure de manière charnelle. Lorsque vous êtes en contact avec un sans domicile fixe, avec un drogué, avec un handicapé, vous ne devez pas avoir de préjugés mais vous devez voir la personne qui est en face de vous comme si vous aviez Jésus devant vous. Donnez lui un sourire, un regard aimant sans prendre égard à son aspect mais cherchez à mieux le connaître et vous pourrez ainsi, peut être, trouver une véritable amitié, et porter un témoignage digne de Christ. Ce témoignage pourra porter des fruits et la personne pourra peut être venir grandir la grande famille spirituelle dont nous faisons tous partie, la famille de Dieu.

     

    Gardons les regards fixés sur Jésus et sur sa justice, gardons les préceptes de la Parole de Dieu et son enseignement dans nos cœurs et mettons les en application. Aimons nous les uns les autres sans regarder à l’apparence mais en aimant comme Dieu nous aime. Et, dans nos Églises, allons vers ceux qui sont rejetés parce qu’ils sont d’apparence différente de nous et aimons les comme Jésus le ferait. Soyons comme Christ qui ne regarde pas à notre aspect mais qui regarde à nos cœurs et témoignons avec droiture de l’amour parfait de notre Sauveur.

     

     

     

    Jean 7:24 « Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. ».

     
          
       
     

     

     

     




    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires