•  

    Bonjour que Dieu vous bénisse! Aujourd'hui j'ai eu à cœur de partager avec vous tous un message sur l'adoration, pour savoir mieux adorer Dieu, et savoir adorer Dieu à la façon que Dieu le veut, de façon que Dieu soit honoré et que notre adoration soit reçue et que nous soyons bénis en retour. Que Dieu vous bénisse!

     

     

     

    Définition de "ADORER": 1. Honorer d'un culte divin.

      

      1. Rendre un culte à la divinité. Honorer la Divinité en lui rendant le culte qui lui est dû. Il ne faut adorer que Dieu. Adorer le vrai Dieu en esprit et en vérité.
        Admirer, aimer passionnément.

     

      1. ADORER signifie aussi Rendre des respects extraordinaires en se prosternant.

     

      1. ADORER, VÉNÉRER, HONORER. Rendre des hommages, un culte ou une espèce de culte. Honorer est un terme général qui n'implique que l'hommage qui est rendu ; vénérer enchérit, il s'y joint une idée de crainte respectueuse qui n'est pas incluse dans honorer ; enfin adorer ajoute à l'honneur, à la crainte respectueuse, l'idée d'un amour profond et sans bornes.

      

    Comment adorer?

      

      1. ADORER EN ESPRIT ET EN VÉRITÉ

      

    Jean 4:20 Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.  

     

    4:21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.  

     

    4:22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.  

     

    4:23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.  

     

    4:24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent  en esprit et en vérité.  

     

     

      

      1. AIMER DIEU

      

    Deutéronome 6:4 Écoute, Israël! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.  

     

    6:5 Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.  

     

    6:6 Et ces commandements, que je te donne aujourd'hui, seront dans ton cœur.  

     

    6:7 Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.  

     

     

      

      1. CROIRE DIEU. AVOIR FOI EN DIEU. AVOIR CONFIANCE EN DIEU.

      

    Héb 11:6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.  

     

     

      

      1. CROIRE EN JÉSUS

      

    Jean 14:1 Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.  

     

     

      

      1. RESPECTER DIEU

     

      1. HONORER DIEU 

      

    Malachie 1:6 Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis père, où est l'honneur qui m'est dû? Si je suis maître, où est la crainte qu'on a de moi? Dit l'Éternel des armées à vous, sacrificateurs, Qui méprisez mon nom, Et qui dites: En quoi avons-nous méprisé ton nom?  

     

     

      

      1. AVOIR UNE CRAINTE RESPECTUEUSE DE DIEU.

     

      1. SE SOUMETTRE À DIEU.

     

      1. RECONNAÎTRE L'AUTORITÉ DE DIEU. RECONNAÎTRE LA SOUVERAINETÉ DE DIEU.

     

      1. ADMIRER DIEU

     

      1. S'ÉMERVEILLER

     

      1. GLORIFIER DIEU

     

      1. EXALTER DIEU

     

      1. MAGNIFIER DIEU

     

      1. LOUER DIEU. EXPRIMER DES LOUANGES À DIEU.

      

    Psaume 150:1 Louez l'Éternel! Louez Dieu dans son sanctuaire! Louez-le dans l'étendue, où éclate sa puissance!  

     

    Psa 150:2 Louez-le pour ses hauts faits! Louez-le selon l'immensité de sa grandeur!  

     

    Psa 150:3 Louez-le au son de la trompette! Louez-le avec le luth et la harpe!  

     

    Psa 150:4 Louez-le avec le tambourin et avec des danses! Louez-le avec les instruments à cordes et le chalumeau!  

     

    Psa 150:5 Louez-le avec les cymbales sonores! Louez-le avec les cymbales retentissantes!  

     

    Psa 150:6 Que tout ce qui respire loue l'Éternel! Louez l'Éternel!  

     

     

      

      1. EXPRIMER NOTRE GRATITUDE À DIEU

     

      1. RENDRE GRÂCE À DIEU. REMERCIER DIEU

     

      1. RENDRE NOS HOMMAGES À DIEU

     

      1. RECONNAÎTRE QUE LUI SEUL EST DIEU ET QU'IL N'Y EN A POINT D'AUTRE

      

    Ésaïe43:10 Vous êtes mes témoins, dit l'Éternel, Vous, et mon serviteur que j'ai choisi, Afin que vous le sachiez, Que vous me croyiez et compreniez que c'est moi: Avant moi il n'a point été formé de Dieu, Et après moi il n'y en aura point.  

     

    43:11 C'est moi, moi qui suis l'Éternel, Et hors moi il n'y a point de sauveur.  

     

    43:12 C'est moi qui ai annoncé, sauvé, prédit, Ce n'est point parmi vous un dieu étranger; Vous êtes mes témoins, dit l'Éternel, C'est moi qui suis Dieu.  

     

    43:13 Je le suis dès le commencement, Et nul ne délivre de ma main; J'agirai: qui s'y opposera?  

     

    43:14 Ainsi parle l'Éternel, Votre rédempteur, le Saint d'Israël: A cause de vous, j'envoie l'ennemi  

      

      1. ADORER DIEU SEUL ET PERSONNE D'AUTRE QUE DIEU

      

    Matthieu 4:8 Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire,  

     

    4:9 et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores.  

     

    4:10 Jésus lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.  

     

    Apocalypse 19:9 Et l'ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.  

     

    19:10 Et je tombai à ses pieds pour l'adorer; mais il me dit: Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. -Car le témoignage de Jésus est l'esprit de la prophétie.  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      1. ADRESSER NOS PRIÈRES À DIEU SEUL

      

    Mat 6:9 Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui est aux cieux! Que ton nom soit sanctifié;  

     

    Mat 6:10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.  

     

    Mat 6:11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien;  

     

    Mat 6:12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;  

     

    Mat 6:13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!  

     

     

     

     

      

      1. NOUS REPENTIR DE NOS PROPRES PÉCHÉS

      

    Act 17:30 Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir,  

     

    Act 17:31 parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts...  

     

     

      

      1. DEMANDER PARDON POUR NOS PROPRES PÉCHÉS

      

    Mat 6:12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés;  

     

     

      

      1. PARDONNER CEUX QUI ONT PÉCHÉ CONTRE NOUS

      

    Mat 6:14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi;  

     

    Mat 6:15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    TEMOIGNAGES de Charles AMOUSSOU Guenou

     

    Témoignages de Charles AMOUSSOU Guenou

     

     

     

     

     

    - Je n'ai pas reçu de l'amour, (Mc 12.29-31). 

     

    - J’accompagnais ma mère dans les réunions de prière

     

    - Un congé de 3 mois qui m'a été accordé.

     

    - La personne au micro m'avait confondu avec un enfant car sur mon passeport, je faisais très jeune alors que j'avais 32 ans,

     

    - "Puisque je vous ai appelé venez devant"

     

    - Une réponse pour venir chercher mon visa

     

    - Les banques ont fermé car il y avait ce jour là un vol à mains armées.

     

    - 2 heures de retard

     

    - Les 2000 CFA qui étaient là comme par hasard.

     

    - Un retard de 2 heures; on me rassurait qu'on m’avait attendu

     

    - La date du retour sur mon billet ne correspondait pas à celle mentionnée sur mon passeport

     

    - Qu’il me fallait me remettre dans un autre avion.

     

    - C’est alors que j'ai crié à DIEU de me secourir. (Psaumes 121:1/2) 

     

    - Une voix intérieure me dit d'aller vers un placard en face (Romains 1.19-21 et 2.14-15) 

     

    - Je découvre plusieurs cd cassettes qui étaient mis dans un gros carton

     

    - Abraham, Moïse, les dix commandements, puis l'Apocalypse, (exode 3.1-6) 

     

    - Je t'aime mon Fils" je ne retiens pas tes péchés" fais moi confiance dès à présent mais ne reste pas dans le péché fortifie toi et je serai toujours avec toi"

     

    Textes: Is 43, 18-19.21-22.24.25; Ps 40; 2Co 1, 18-32; Mc 2, 1-12 

     

    - J’étais transformé et tous mes péchés semblent être blanchis

     

    - Mais Dieu me disait : "pardonne":

     

    - J'ai commencé dès ce jour à avancer sur la voie de la lumière

     

    (Mat 5.14,16). (Act 26.17-18).

     

    -Je venais de faire un songe éveillé

     

    - Dieu ne nous abandonne jamais, (Psaume 38/22.23) 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Que la paix et la joie de notre Seigneur Jésus soit avec vous au siècle des siècles !

     

    Frères et sœurs,

     

    Puisse ce témoignage vous édifier au nom de notre seigneur Jésus Christ.

     

    Je viens du fond de mon cœur partager avec vous ces témoignages vivants qui font partie de ma vie au cours de laquelle l'œuvre rédemptrice de Jésus Christ notre rocher est venu en mon âme.

     

    Je suis né d'une famille africaine nombreuse 5 frères et 3 sœurs. Mon enfance a été malheureuse car j'ai été persécuté dans ma famille car trop faible trop frêle ou pas assez fort selon eux pour devenir quelqu’un (un homme) des railleries sarcastiques ont jalonné cette enfance, à l'école comme dans ma propre famille. Je n'ai pas reçu de l'amour, seul ma mère pouvait venir à mon secours pour me défendre. Mais lorsque vous avez reçu tout au long de votre vie des propos pas encourageants, vous finissez par croire à tout ce que l'on dit. Catholique à la base nous avions reçus une éducation stricte. Déjà petit, j'affectionnais tout ce qui vient de Jésus mais ma petite  tête ne comprenait pas encore son œuvre rédemptrice, j'accompagnais ma mère dans les réunions de prière du renouveau charismatique  de l'église catholique et j'aimais beaucoup; à 12 ans je cherchais déjà Dieu car je ne pouvais compter sur personne à l'école j'étais rejeté; le pire c'est lorsque les insultes viennent de votre propre famille.  Alors tout seul dans les rues, je parcourais des chemins sans but évitant les regards.

     

    Puis vient le passage de l'adolescence qui s'est mal déroulé aussi : c'est la période la plus mauvaise de ma vie car j'avais déjà la compréhension du monde méchant; je criais à Dieu de venir m'aider car je n'en pouvais plus de vivre ces climats sociaux très éprouvants.  A plusieurs reprise des idées sombres m'ont parcouru l'esprit où je voudrais mourir,  je devenais paranoïaque au point que je sentais les doigts pointés sur moi partout, la terre se dérobait sous mes pieds; je supportais plus d'être au milieu des hommes. Malgré cet épisode je cherchais dans mon cœur ce secours qui ne venait pas. Alors je me suis refugié dans un sombre mutisme, je souffrais dans mon âme jusqu'à l'âge adulte.

     

    Des années ont passé et une voix intérieure me disait de partir de mon pays, mais pour allez où? Puis vient un temps où cette voix devenait insistante, j'étais pendant cette épisode agent de la fonction publique au ministère de l'environnement de mon pays puis j'ai pris une décision de m'exiler vers l'Europe; dans mon cœur je murissais ce projet nuit et jour. Puis vient le jour où tout ceci à pris une évidence réelle, j'ai préparé alors un voyage vers la France en demandant un congé de 3 mois qui m'a été accordé. J'avais trouvé une famille d'accueil qui accepta de m'héberger pendant mon séjour. Mais dans mon pays les visas ne se délivrent pas facilement. Lorsque mon dossier de voyage s'est finalisé, au consulat nous devions faire la queue pour déposer nos dossiers de candidature pour le voyage, des centaines de personnes étaient avant moi, et je me suis retrouvé presque en arrière d'une file importante, soudain j'entendis mon nom  dans le micro car on faisait passer les enfants et les personnes âgées avant les autres, la personne au micro m'avait confondu avec un enfant car sur mon passeport, je faisais très jeune alors que j'avais 32 ans.  Enfin au moment de passer, elle s'est aperçue que je n’étais pas un enfant, alors elle dit "puisque je vous ai appelé venez devant": de l'arrière je suis venu devant. Tous les regards se portaient dès lors vers moi, les gens rouspétaient. C’est ainsi que j'ai pu déposer mon dossier. Je ne voyais même pas encore la main de Dieu en ces moments.  Une semaine plus tard je recevais une réponse pour venir chercher mon visa. J'avais de la joie mêlée à de la crainte car c'est la première fois que je devrais partir loin de mon pays natal. Je n’avais rien dit à personne même pas à ma famille. Ils n'étaient pas au courant de mes projets même mon directeur. J'ai pris mon billet d'avion puis le moment de départ s'étant approché, je  devais changer mes billets CFA en euro alors survient un avènement de dernière minute, les banques ont fermé car il y avait ce jour là un vol à mains armées. J’ai parcouru toute la ville pour rechercher un point d'échange en vain. J’avais un vol à 22 heures, tellement j'étais stressé que j'ai mis 2 heures de retard, je voyais le point de rater mon voyage, heureusement que j'avais enregistré la veille mes bagages. A l'aéroport tout était calme, plus personne ne s'affairait. Il était tard puis j'entendis mon nom au micro, demandant que le passager à ce dernier appel s'il ne se présentait pas l'avion allait  décoller sans elle. Je me hâtais presque paniqué au passage du contrôle, un contrôleur voyant ma détresse me demande de lui donner 2000 CFA soit 3 euro environ pour pourboire ce qui est beaucoup chez nous, je regardais furtivement dans mon porte monnaie et je découvre les 2000 CFA qui étaient là comme par hasard. Toujours là je ne voyais pas encore la manifestation de la providence. Il me laissa enfin passer et je courrais à perdre la tête, j'étais le dernier passager avec un retard de 2 heures; on me rassurait qu'on m’avait attendu. Je réalisais  donc en ce moment ce qui m'arrivait en voyant ma montre. Je n’avais même pas le temps de m’assoir que l’avion se préparait à prendre le départ.

     

    Arrivé en France, à l'aéroport de Charles de Gaulle  les policiers se sont aperçus que la date du retour sur mon billet ne correspondait pas à celle mentionnée sur mon passeport, le douanier me regardait avec insistance m'indiquant que je n'avais pas le droit de séjour en France qu'il me fallait me remettre dans un autre avion. Il est parti dans un bureau avec mon passeport puis revint me demandant  de le suivre, j'avais la main moite. Ne sachant pas ce qui va m'advenir.  Il me proposa donc de payer le supplément ce que fit ma famille d'accueil qui était venue. Alors cet incident me laisse un peu stoïque sur la France.

     

    Puis vint la vraie réalité, alors que mon séjour tirait vers la fin, je prends la décision de ne  plus retourner chez moi à la fin de mon séjour, je demandai une mise en disponibilité de deux ans reconductibles à mon ministère ce qui me fut accordé. Je me suis retrouvé ensuite à la rue en hiver seul sans aucun lieu où aller car ma famille d'accueil venait de me mettre  dehors. Alors on me donna un bon d'hébergement d'urgence j'étais au milieu des alcooliques et des droguées. Je me trouvais mal au milieu d'eux où j'avais un mal-être profond. C’est alors que j'ai crié à DIEU de me secourir.

     

     

     

    Au centre d'hébergement  nous devrions quitter les chambres avant 8 heures, puis la salle reste fermée jusqu'au soir. Pendant la journée j’errais dans les rues sans aucun but, mangeant mon bol de riz au bord d'une rue,  je passais d'hébergement en hébergement, jusqu'au moment où on me proposa un autre hébergement de deux semaines dans une auberge. Je retrouvais un calme, mais mon problème n’était pas réglé car je ne me sentais pas libre.  Dans ma chambre d'auberge, une voix intérieure me dit d'aller vers un placard en face, puis je l'ouvris et je découvre un dépliant sur le lequel se trouvait l'image de Jésus Christ avec une phrase, "votre Dieu prends soin de vous". Je réalise en ce moment là une force qui me réchauffe et me rassure. Je pris le dépliant et il y  avait une adresse, l'Eglise de jésus des derniers jours, j'ai pris un téléphone puis je composai le numéro et on me donna l’adresse, je me suis dépêché de m'y rendre. J'ai reçu alors un accueil chaleureux et je donnai un bref aperçu de ma situation. On prenait rendez vous pour discuter sur le sujet de Jésus, je cherche dès cet instant à mieux connaitre la personne de Jésus. J'ai commencé sérieusement à m'intéresser à jésus. Des semaines ont passé, j'ai eu un autre centre d'hébergement de 6 mois mieux que les précédents car j’étais nourri, logé, blanchi. Je ne me sentais toujours pas à l'aise malgré tout.

     

    J'ai été pris d'affection par une dame membre de la  famille qui m'avait proposé mon premier hébergement en France, que je nommerais dame Lili. Comme elle voyait que je parlais sans cesse de Dieu elle me proposa de m'héberger: elle m'apportait le confort, le soutien et un toit, des documentations sur Dieu et Jésus. J’ai commencé à dévorer des livres entiers sur Jésus, plus je lisais plus j'en voulais. Alors vint un jour où j'ai décidé de partir de chez elle pour voler de mes propres  ailes. J’ai alors pris la décision de chercher un appartement n'ayant pas de titre de séjour, pas en règle, comment faire pour subvenir à mes besoins; pendant certains temps je faisais des vendanges de saisons.

     

    Un jour,  parcourant les agences de location d'appartements, une employée a pris mon histoire à cœur et m'a proposé de m'aider à monter un dossier sans me garantir  le succès pour un accord. Une semaine plus tard, elle m'appela pour m'annoncer que mon dossier vient d'être retenu, mais il me fallait un garant physique, j'ai demandé alors l'aide à  dame  Lili qui m'a tout de suite pris en charge en donnant son accord, mais il fallait que je subvienne à  mes charges locatives; lors de la visite, l'agence découvrait avec moi que l'appartement était remis à neuf dans un quartier bourgeois  sécurisé. J'avais les larmes aux yeux tellement que je découvre la main de Dieu dans ma vie. Dame Lili pleurait aussi avec moi car elle voyait aussi la grandeur de Dieu dans ma vie.

     

    Au moment de signer le contrat, j'avais préparé un sac de cerises que j'ai cueillies la veille au moment des vendanges pour remerciement mais à ma grande surprise c'était une autre employée qui était là et elle m'apprenait que celle qu'elle remplaçait est partie, je me suis mis à me culpabiliser croyant qu'elle a été réprimandée à cause de l'aide qu'elle m'a apportée comme j'étais un homme de race noire. Voyant que j'avais les larmes aux yeux, elle me rassura que son prédécesseur a trouvé un  emploi meilleur. Je lui remets donc en son nom, le sac de cerises avec chagrin et joie en même temps.

     

    J’ai maintenant une nouvelle vie qui commence puis mes papiers sont remis en ordre, un titre de séjour venait de m'être accordé. J’ai entrepris donc des démarches de formation puis à la dernière minute une personne venait de se désister, c'est ainsi que je commençais une formation dans la logistique.

     

    Je n’avais rien à manger pendant cette période.

     

    J’allais téléphoner dans une cabine pour prendre des nouvelles de ma sœur  qui résidait en 2005 au Liban au moment de la guerre. Je découvre devant la cabine un sac qui était posé là. Comme il y avait un magasin d'alimentation en face j'ai pensé que c'était quelqu'un qui l'avait oublié. Je  suis resté à l'écart après avoir eu ma sœur au téléphone pour l'encourager car elle aussi était désemparée sur son sort dans un pays hostile. Je suis resté jusqu'a 20 heures pour voir si quelqu'un ne viendrait pas récupérer le sac. Des gens entraient et sortaient de la cabine et ne s'intéressaient guère au colis. Le parking du super marché s'est vidé progressivement je me rapproche pour ouvrir le sac et à ma grande surprise, je découvre un sac rempli de vivre; il y a avait des sardines, de la farine, du riz des conserves et beaucoup d'autres choses, je l'ai pris tellement il était lourd, j'ai pu vivre pendant plusieurs mois ce qui m'a permis de suivre ma formation en toute quiétude.

     

    J’ai béni l'ETERNEL Pour son aide inconditionnel, je réalise dès à présent que l'Eternel m'a entendu et secouru. Moi réalisant que je pouvais entendre la voix de Dieu qui m'aime tel que je suis. Ma vie a alors pris une autre tournure.

     

    Un matin, une voix me donna l'ordre de me diriger vers une place publique, qui s'appelle le Mont du plan. Je suivis la voix et je monte vers ce mont, je découvre plusieurs cd cassettes qui étaient mis dans un gros carton il y avait pas mal au sol, des cd de tout genres puis 4 étaient mis de côtés, parmi les 4 qui étaient mis à part il y avait : Abraham, Moïse, les dix commandements , puis l'Apocalypse, je les ai récupérés à la hâte puis au moment de les visualiser j'ai eu des émotions comme jamais au paravent, des torrents de larme coulaient , je pleurais inconsolable, mais une voix me  disait ; je t'aime mon Fils" je ne retiens pas tes péchés" fais moi confiance dès à présent mais ne reste pas dans le péché fortifie toi et je serai toujours avec toi"

     

    Moi pauvre pécheur je réalisais ce que Dieu à fait pour moi, je l'aimais encore plus comme jamais j'ai aimé quelqu'un, toute mon âme vibrait de joie et de perceptions indescriptibles avec des mots, j'étais dans un autre monde, j'étais transformé et tous mes péchés semblent être blanchis et Dieu seul sait mes nombreux péchés, mais Il savait ma colère sur les hommes qui m'ont fait tant de mal, mais Dieu me disait : "pardonne":

     

    J'ai commencé dès ce jour à avancer sur la voie de la lumière; ce chemin qui nous ouvre toute les portes de la vie car Dieu veut qu'on l'aime avant toute chose, qu'il soit le centre de nos intérêts, alors toutes les portes s'ouvrent.

     

    Des jours ont passé puis des mois et un jour j'étais dans ma chambre en train de dormir quand soudain j'entends un grand vacarme comme un grondement de tonnerre et des vents violents qui semblaient faire irruption dans ma chambre, puis un feu descend du ciel  qui encercle mon lit, le feu ne me brulait pas mais crépitait avec  force et vigueur, une lumière plus blanche que le jour illuminait soudain ma chambre, une voix me parle et deux fenêtres s'ouvrent sur le ciel qui se déroulent comme un tapis aux firmaments à l'infinie, j'ai pris peur et je me réveillai en sursaut et en sueur, je réalisais que je venais de faire un songe éveillé si vrai que réel. Alors mes sens ont pris une autre forme de perception. Dieu m'avait visité.

     

    Alors ma vie a changé dès cet instant. Je cherche constamment la face de Jésus et pouvais rester en adoration pendant 24 heures sans me lasser.

     

    Frère et sœurs voici une page  de ma vie que je partage avec vous, bien d'autres choses de merveilleux ont suivi depuis car Dieu ne nous abandonne jamais, faisons lui confiance, donnons lui la priorité dans nos vies, aimons Le de toute notre force chercher le à travers des lectures et surtout les évangiles et des grâces abondantes vous accompagneront.

     

    Puisse Dieu et son fils Jésus Christ venir à votre rencontre pour vous transformer à jamais.

     

     

     

    Fait à Marguerittes, (France): le 09/09/2012

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Savoir pardonner

     

    IL FAUT SAVOIR PARDONNER ET POUR LE FAIRE, LISEZ CECI : QUEL QUE SOIT L'OUTRAGE SUBI

     


    Un jour, il y a quelque temps, un homme, qui était très triste, marchait dans les bois. Comme il réfléchissait à sa vie passée, ce jour-là, il savait qu'il avait fait beaucoup de choses qui n'étaient pas justes. Il réfléchissait à ceux qui lui avaient menti quand il travaillait.
    Ses pensées se tournèrent vers ceux qui avaient volé ses objets et l'avaient triché. Il se rappelait les membres de sa famille qui sont maintenant décédés.

    Il réfléchit à sa maladie que personne ne pouvait guérir. Son âme se remplit de colère, de ressentiment et de frustration.

    Debout, ce jour-là, recherchant des réponses qu'il ne trouvait pas, sachant qu'il ne pouvait compter sur personne, il se mit à genoux au pied d'un vieux chêne pour chercher Celui qu'il a connu et qui serait toujours là.

    Et, les larmes aux yeux, il pria : «Seigneur, dans cette vie, vous avez fait des choses merveilleuses pour moi. Vous m'avez dit de faire beaucoup de choses pour vous, et j'ai heureusement obéi.
    Aujourd'hui, vous m'avez dit de pardonner. Je suis triste, Seigneur, parce que je ne peux pas et que je ne sais pas comment. Ce n'est pas juste Seigneur. Je n'ai pas mérité ces malheurs que je subis et que je ne devrais pas devoir pardonner.
    Aussi parfaite que soit votre façon d'agir, Seigneur, c'est une chose que je ne peux pas faire, parce que je ne sais pas comment pardonner. Ma colère est si profonde, je crains que je ne puisse pas vous comprendre, mais je prie pour que vous m'enseigniez à faire cette chose que je ne peux pas faire : m'enseigner à pardonner. »
    Comme il s'agenouillait là, dans l'ombre tranquille de ce vieux chêne, il sentit quelque chose tomber sur son épaule.
    Il ouvrit les yeux. Du coin de l'œil, il vit quelque chose de rouge sur sa chemise. Il ne pouvait se retourner pour voir ce qu'il y avait, car là où était le chêne se trouvait maintenant au sol un gros morceau de bois carré. Il leva la tête et vit deux pieds retenus sur le bois par un gros clou.
    Il souleva la tête davantage, et les larmes vinrent à ses yeux lorsqu'il vit Jésus accroché sur une croix. Il vit des clous dans ses mains, une entaille à son côté, un corps déchiré et battu, des épines profondes enfoncées dans sa tête.
    Enfin il vit la souffrance et la douleur sur son précieux visage. Pendant que leurs regards se rencontraient, l'homme se mit à sangloter et Jésus commença à parler. « As-tu déjà dit un mensonge» demanda-t-il ?
    L'homme répondit : « Oui, Seigneur.»
    « As-tu déjà reçu trop de monnaie et l'as-tu gardée ?»
    L'homme répondit :
    « Oui, Seigneur.» Et l'homme sanglota de plus en plus.
    « As-tu déjà pris quelque chose à ton travail qui n'était pas à toi ? » lui demanda Jésus.
    Et l'homme lui répondit: «Oui, Seigneur.»

    « As-tu déjà sacré, utilisant en vain le nom de mon père ?»
    L'homme, en pleurant, répondit: « Oui, Seigneur.»
    Comme Jésus demanda plusieurs fois «As-tu déjà ?
    Il ne contrôlait ses larmes que pour répondre : «Oui, Seigneur.»
    Alors, Jésus tourna sa tête d'un côté et de l'autre, et l'homme sentit quelque chose tomber sur son autre épaule.
    Il regarda et vit que c'était le sang de Jésus.
    Quand il regarda de nouveau vers le haut, son regard rencontra celui de Jésus, et il y avait un regard d'amour que l'homme n'avait jamais vu ou connu auparavant.

    Jésus dit : « Moi non plus, je n'ai pas mérité ceci, mais je te pardonne.'' Il peut être difficile de voir comment tu vas passer à travers quelque chose, mais quand tu réfléchis à ta vie passée, tu te rends compte comme ce fait est vrai.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    CE QUE LA BIBLE ENSEIGNE SUR LE SAINT-ESPRIT

     

     

     

    CHAPITRE VI

     

     

     

    L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT (1)

     

     

     

    I L’Œuvre du Saint-Esprit dans l’Univers.

     

     

     

    (1)   Psaumes 33:6.- «Les cieux ont été faits par la parole de l'Éternel, et toute leur armée par le souffle de Sa bouche.»

     

     

     

    Job 33:4. - «L’Esprit de Dieu m’a créé, et le souffle du Tout-Puissant m’anime.»

     

     

     

    PREMIERE PROPOSITION: La Création de l’Univers matériel et de l’homme s’est effectuée par l’action du Saint-Esprit.

     

     

     

    Note. - Colossiens 1:16.- «Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Nous voyons ici que toutes choses ont été créées par le Fils. D’après Hébreux 1:2 («Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde.») - c’est Dieu, qui par le Fils, a crée le monde (ou les âges). Dans le premier de ces deux passages, la Parole, aussi bien que l’Esprit, ont mentionnés comme ayant présidé à la création.

     

    {Comparez Genèse 1:2,3} Le Père travaille par le moyen de Sa Parole et de Son Esprit.

     

     

     

    (2)   Psaumes 104:29 30. V D. - «Tu caches ta face ils sont troublés tu retires leur souffle ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton esprit, ils sont créés, et tu renouvelles la face de la terre.»

     

     

     

    DEUXIEME PROPOSITION: Toutes les créatures vivantes sont maintenues et soutenues par l’action du Saint-Esprit.

     

     

     

     

     

    (3) Genèse 1:2,3. - «La terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut!»

     

    Genèse 2:7. V D. - «L'Éternel. Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante.

     

     

     

    TROISIEME PROPOSITION: Le développement de l’ordre actuel des choses, depuis le chaos primitif, (où tout était informe) s’est effectué par l’action du Saint-Esprit.

     

     

     

    Note 1. - Il semble que chaque nouvelle et plus haute communication de l’Esprit de Dieu apporte avec elle un ordre supérieur d’existence dans la matière inerte, dans le mouvement, la lumière, la vie végétale et animale et enfin dans l’homme, (l’homme nouveau), Jésus-Christ. Voilà le développement biblique, qu’il ne faut pas confondre avec la théorie incrédule de l’évolution, si populaire à notre époque. Toutefois, il n’est fait, dans la Bible, que des allusions à ce que nous venons de dire.

     

     

     

    Note 2. - La Parole de Dieu est encore plus distinctement active dans chaque étape progressive de la création. L’expression «Dieu dit» revient dix fois, dans le premier chapitre de la Genèse.

     

     

     

    CE QUE LA BIBLE ENSEIGNE SUR LE SAINT-ESPRIT

     

     

     

    CHAPITRE VI

     

     

     

    L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT (2)

     

     

     

    II L’Œuvre du Saint-Esprit dans l’Homme en général.

     

     

     

    (1) Jean 15:26,27. - «Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi, et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement.»

     

    Actes 5:30,32. - «Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois.

     

    Dieu l’a élevé par-sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.»

     

     

     

    PREMIERE PROPOSITION: Le Saint-Esprit rend témoignage à la vérité qui concerne Jésus-Christ.

     

     

     

    Note 1. - A première vue, ce témoignage semble se borner au croyant. Ainsi, nous lisons dans Jean

     

     

     

    15:26: («Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui vient du Père, il rendra témoignage de moi.») «Que je vous enverrai», (c’est-à-dire aux croyants); mais dans le chapitre suivant, aux versets 7 et 8, il est dit: («Cependant, je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille; car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement.») Là, il est question de l’action du Saint-Esprit, dans le monde.

     

    Et de nouveau, Jésus dit: «Je vous l’enverrai.» Il semble évident, d’après ces passages, que l’Esprit travaille dans le monde, par le moyen des croyants auxquels Il a été envoyé. Si nous, comme croyants, réalisions à quel point le monde dépend absolument de nous pour l’œuvre de grâce du Saint-Esprit, combien nous veillerions davantage sur nous-mêmes, afin que l’Esprit trouve on nous des canaux bien nettoyés!

     

    Et si le monde ne parvient que si lentement à la connaissance de Jésus, c’est à cause de l’infidélité de l'Église.

     

    Note 2. - Jean 14:17. - «L’Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car Il demeure avec vous et Il sera en vous. Toute vérité vient de l’Esprit - Il est «l’Esprit de Vérité» - mais c’est Son œuvre spéciale de rendre témoignage à Celui qui est la vérité, Jésus-Christ. {Jean 14:6}

     

     

     

    Note 3. - C’est seulement par le témoignage du Saint-Esprit que les hommes parviennent à une connaissance véritable de Jésus-Christ.

     

     

     

    {Comparez 1 Corinthiens 12:3} Si vous voulez amener les hommes à considérer Christ sous Son vrai jour, à une vision qui leur permette de croire et d’être sauvés, il faut rechercher pour eux le témoignage du Saint-Esprit. Ni votre témoignage, ni même celui de la Parole seule, ne peuvent faire cette œuvre quoique ce soit votre témoignage ou celui de la Parole que le Saint-Esprit prendra comme instrument.

     

    Mais à moins que ces deux témoignages ne soient appliqués par le Saint-Esprit et par le Sien propre, ils ne croiront point. Ceci explique pourquoi une âme restée longtemps dans les ténèbres concernant Jésus-Christ, en vient rapidement à voir la vérité lorsqu’elle abandonne sa volonté devant Dieu et cherche la lumière en Lui. (Comparez Jean 7:17 et Actes 5:32) Cela explique aussi pourquoi, lorsque vous avez montré à un homme, maintes et maintes fois, la vérité qui est en Christ et qu’il n’a rien vu du tout, la lumière se fait tout d’un coup; il voit et il est sauvé. L’Esprit a rendu témoignage à Christ. Ce n’étaient pas seulement les paroles de Pierre qui convainquirent les Juifs de la vérité chrétienne, le jour de la Pentecôte. Ce fut le témoignage même du Saint-Esprit. Si vous voulez que les hommes voient cette vérité, ne vous fiez pas à vos propres capacités de langage et de persuasion, mais livrez-vous au Saint-Esprit, recherchez Son témoignage et veillez à ce que vos auditeurs se placent dans une attitude où l’Esprit pourra témoigner. C’est là le remède à l’ignorance et au scepticisme à l’égard de Christ. {Comparez Jean 7:17}

     

     

     

    Note 4. - Le témoignage du Saint-Esprit rendu à Christ diffère de celui qu’Il rend à notre qualité d’enfants de Dieu. Nous étudierons ceci plus loin.

     

     

     

    (3)   Jean 16:8-11. - «Et quand Il sera venu, Il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.»

     

     

     

    DEUXIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit convainc le monde de péché de justice et de jugement.

     

     

     

    Il convainc le monde du péché de ne pas croire au Christ. {Comparez Actes 2:36,37. - «Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude, que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié. Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous?»}

     

     

     

    Il convainc, (d’une conviction est la condamnation du pécheur) le monde de la justice de Christ, attestée par Son Ascension vers le Père, la venue qui de l’Esprit étant, en elle-même. Une preuve que Christ était auprès du Père.

     

     

     

    {Comparez Actes 2:33. - «Élève par la droite de Dieu, Il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et Il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez.»}

     

     

     

    Il convainc le monde de jugement, parce que le dominateur de ce monde a été jugé. Et cela, à la croix.

     

     

     

    Comparez Colossiens 2:15. - «Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées

     

    Publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.» Jean 12:31. - «Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors.» Hébreux 2:14. - Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, Il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, Il anéantît celui qui a la puissance, de la mort, c’est-à-dire le diable.»

     

     

     

    Notre devoir, à nous, est de prêcher la Parole puis de Laisser au Saint-Esprit le soin de produire la conviction {Actes 2:4,37} C’est, bien souvent, parce que nous essayons de la produire nous-mêmes que nous n’avons pas de succès. N’oublions pas, d’autre part, que c’est par notre intermédiaire que l’Esprit produit la conviction. {Jean 16:7,8}

     

     

     

    CE QUE LA BIBLE ENSEIGNE SUR LE SAINT-ESPRIT

     

     

     

    CHAPITRE VI

     

     

     

    L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT (3)

     

     

     

    III L’Œuvre du Saint-Esprit dans le Croyant. (1)

     

     

     

    (1) Tite 3:5. - «Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit.»

     

    Jean 3:3-5. - «Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux?

     

    Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.»

     

     

     

    PREMIERE PROPOSITION: Le Saint-Esprit produit la nouvelle naissance chez le croyant et le régénère. {Comparez Romains 12:2 2Co 5:17}

     

     

     

    La régénération est l’œuvre du Saint-Esprit. La régénération est la communication de la vie spirituelle à quelqu’un qui «était mort dans ses fautes et ses péchés.». {Éphésiens 2:1} C’est le Saint-Esprit qui communique cette vie.

     

     

     

    {Jean 6:63. - «C’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien; les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.»}

     

     

     

    Note 1. - Dans 2 Corinthiens 3:6, il nous est dit que «la lettre tue», mais que «l’Esprit vivifie.» Certains croient voir dans cette expression la théorie que l’interprétation littérale de l'Écriture tue, mais que celle qui en extrait l’esprit donne la vie. Le contexte nous montre que cette idée est tout à fait erronée. Les gens qui n’aiment pas prendre la Bible comme elle est, en ont fait leur argument favori. Une autre fausse interprétation est que «la lettre» signifie l’ancienne alliance, la loi, l’esprit, c’est la nouvelle alliance, l'Évangile. Bien au contraire; nous voyons par le verset 3. Que c’est entre la parole simplement écrite avec l’encre et la parole vivante gravée dans le cœur, par l’Esprit du Dieu vivant, que réside toute la différence.

     

     

     

    Tout ce qu’il y a de vrai dans la seconde interprétation, c’est le fait que la loi était un ministère de mort (verset 7), parce qu’elle n’était pas accompagnée de la puissance de l’Esprit et que l’évangile est un ministère de vie parce qu’il vient de l’Esprit. Mais même l'Évangile n’est un ministère de vie que lorsqu’il est prêché, «non avec les discours persuasifs de la sagesse humaine, mais dans une démonstration d’Esprit et de puissance.». {1 Corinthiens 2:4} Ou bien, comme Paul l’exprime ailleurs:

     

    {1 Thessaloniciens 1:5} non pas en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit-Saint. La simple lettre de l'Évangile n’aura d’autre résultat que de condamner et de tuer, si elle n’est pas accompagnée de la puissance de l’Esprit. Le ministère de plus d’un prédicateur ou professeur orthodoxes, est un ministère de mort. Il est vrai de dire que la parole de l'Évangile est l’instrument que Dieu emploie pour la régénération, {Comparez Jacques 1:18 1Pi 1:23 1Co 4:15} mais ce ne sont pas simplement les mots qui accompliront cette œuvre; c’est la parole rendue vivante dans le cœur, par l’action du Saint-Esprit. On peut beaucoup prêcher, et des sermons très orthodoxes; on peut beaucoup étudier la Parole, quoique superficiellement, mais tout cela ne régénérera personne, si le Saint-Esprit est absent.

     

     

     

     

     

    C’est Lui et Lui seul qui fait d’un homme une nouvelle créature. Et Il est toujours prêt à le faire si les conditions sont remplies. Mais nous sommes entièrement dépendants de Lui. Tout comme nous dépendons de l’œuvre de Christ pour notre justification, de même nous dépendons, d’une manière absolue, de l’œuvre du Saint-Esprit pour la régénération. La régénération, c’est la réception d’une nouvelle nature, celle de Dieu. {2 Pierre 1:4} C’est le Saint-Esprit qui nous la communique et nous en rend participants. {Comparez Luc 1:35} Ceci s’accomplit par le moyen de la Parole. (2 Pierre 1:4 et 1 Corinthiens 4:15). En un mot: le cœur humain est le terrain, le prédicateur est le semeur, la Parole de Dieu est la semence, l’Esprit de Dieu fait germer cette semence et la nature divine est le résultat.

     

     

     

    Note 2. - L’Esprit de Dieu demeure en celui qui est né de l’Esprit. {1 Corinthiens 3:16. - «Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous?»} Il y a des gens qui disent que c’est dans l’église qu’habite l’Esprit de Dieu, et non pas dans le croyant individuel. Mais nous voyons par 1 Corinthiens 6:19 («Ne savez-vous pas que votre corps est le temple, du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?») que Paul considère chaque croyant individuellement, comme le temple du Saint-Esprit. Cette présence divine est un degré au-dessus de la régénération. Celle-ci est un acte momentané, l’insufflation de la vie, l’implantation d’une nouvelle nature. Mais il est ici question d’une action et d’une présence permanentes. {Jean 14:17} Le Saint-Esprit demeure en quiconque appartient à Christ. {Romains 8:9}. «Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.» Les croyants de Corinthe étaient bien imparfaits, et pourtant, Paul leur dit qu’ils sont les temples du Saint- Esprit, quoiqu’il leur écrive pour les réprimander au sujet de l’immoralité grossière de certains d’entre eux. {Voyez 1 Corinthiens 6:15-19} Le Saint-Esprit habite en chaque enfant de Dieu. Dans quelques-uns, toutefois, il est relégué tout à l’arrière de l’être intime et il ne lui est pas permis de prendre possession, comme Il le voudrait, de l’individu tout entier: esprit âme et corps. Ceux-là, par conséquent, ne sont pas nettement conscients de Sa présence, mais Il est là tout de même. Pensée solennelle, mais glorieuse! Si nous sommes enfants de Dieu, nous n’avons pas à prier pour que l’Esprit vienne habiter en nous, car Il y est déjà.

     

    Reconnaissons plutôt Sa présence. Sa glorieuse et bienveillante présence et donnons à cet Hôte divin et saint, la direction absolue de la demeure qu’Il habite déjà et efforçons-nous de vivre de manière à ne pas Le contrister. Nous verrons plus loin, qu’il est à propos de demander la «plénitude» ou le «baptême», du Saint-Esprit. Quelle idée plus exacte nous aurions d’une vie sanctifiée et du caractère sacré du corps, si nous réalisions la présence du Saint-Esprit en nous! Combien nous nous observerions en tout, pour ne pas L’attrister! Et quels égards nous devrions avoir pour nos corps, repoussant avec soin tout ce qui pourrait les souiller!

     

     

     

    Note 3. - Celle présence de l’Esprit est une source de joie et de vie perpétuelles. Jean 4:14. - «Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.» (En comparant ce passage avec Jean 7:37-39, il est clair que l’eau dont il est parlé ici représente le Saint-Esprit.) Celui qui boira de cette eau n’aura jamais soif, ou, littéralement, n’aura plus soif, jusqu’en éternité. Il a en lui une source jaillissante. Il est indépendant des circonstances extérieures, pour la possession de la joie et de la vie. Pourquoi donc tant de soi-disant chrétiens se voient-ils obligés de courir au monde pour être satisfaits?

     

     

     

    (2) Romains 8:2. - «En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.»

     

     

     

    DEUXIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit affranchit chaque croyant en Jésus-Christ, de la loi du péché et de la mort.

     

     

     

    Nous voyons ce qu’est la loi du péché et de la mort, dans le chapitre précédent. {Romains 7:9-24} Paul avait été réveillé par la loi de Dieu, en sa conscience, pour discerner ce qui était saint, juste et bon. Il fait ses délices de cette loi, selon l’homme intérieur {Romains 7:22} et s’efforce de l’observer. Mais il a découvert que cette loi «sainte, juste et bonne», n’est pas seule à habiter en lui, et qu’une autre loi combat celle de son entendement. Et cette loi de péché et de mort se manifeste en ce que «voulant faire le bien, il fait le mal.» {Romains 7:21} - «J’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.» (Verset 18). Il est dans la situation misérable d’un homme qui approuve moralement la loi, mais que la loi du péché et de la mort retient en servitude. Et cela, jusqu’à ce qu’il découvre dans le Christ-Jésus une troisième loi, «celle de l’Esprit de vie.» Cette loi l’affranchit de celle du péché et de la mort, en sorte que non seulement il peut «vouloir», mais encore «faire», et la justice de la loi est accomplie en lui qui, désormais, ne marche plus selon la chair, mais selon l’Esprit. {Romains 8:3}

     

     

     

    C’est par l’œuvre du Saint-Esprit en nous que nous renonçons à bien faire, par notre propre force, c’est-à-dire, par l’énergie de la chair - et que nous nous soumettons au Saint-Esprit, pour vivre selon Lui et marcher dans Sa Puissance bénie, affranchis de la loi inexorable du péché et de la mort.

     

     

     

    Il y a beaucoup de Chrétiens professant aujourd’hui, qui vivent dans l’état décrit par Romains 7:9-24.

     

    Quelques-uns même vont jusqu’à prétendre que c’est la vie chrétienne normale. Mais Paul nous dit nettement, au verset 9, que cet état existait «quand le commandement vint.» Et de nouveau, au verset 14. Que c’était là son expérience d’être «charnel, vendu au péché»; dans Romains 8:9, il nous indique le moyen de ne plus être dans la chair, mais dans l’Esprit. Dans le huitième chapitre aux Romains, nous avons la charte de la vraie vie chrétienne, une vie réalisable et que Dieu attend de chacun de Ses enfants; la vie dans laquelle intervient, non seulement le commandement, mais encore l’Esprit qui produit l’obéissance et la victoire. Une vie, non pas dans la chair mais dans l’Esprit, où nous ne voyons pas seulement la beauté de la loi, mais où l’Esprit nous communique la puissance de l’observer.

     

    {Romains 8:4} Nous avons encore la «chair». Mais nous ne vivons plus selon elle; nous faisons «mourir» par l’Esprit, les actions du corps. {Romains 8:13} Nous marchons selon l’Esprit, et n’accomplissons plus les désirs de la chair. {Galates 5:16} Nous avons «crucifié la chair avec ses passions et. Ses convoitises.». {Galates 5:24} C’est ainsi que nous avons le privilège, dans la puissance de l’Esprit, de remporter, chaque jour, à chaque heure, une continuelle victoire sur la chair et le péché.

     

    Mais cette victoire n’est pas en nous-mêmes, ni en notre propre force. Livrés à nous-mêmes, sans l’Esprit de Dieu. Nous serions plus impuissants que jamais. Il est toujours vrai qu’en nous, c’est-à-dire en notre chair, rien de bon ne peut habiter. {Romains 7:18} Rien n’existe. Sauf dans la puissance de l’Esprit. Celle-ci peut se manifester dans une telle plénitude chez un croyant, qu’il ne sera plus même conscient de la présence de la chair - qui paraît morte ou bannie - mais elle n’est maintenue morte que par la puissance du Saint-Esprit. Si nous essayons de faire un seul pas par nous-mêmes. Nous tombons.

     

    Nous devons vivre et marcher selon l’Esprit, si nous voulons avoir la victoire. {Galates 5 16,25}

     

     

     

    Note. - Dans Jean 8:32, c’est la vérité qui nous affranchit et nous donne la victoire sur le péché; dans le Psaumes 119:11, c’est la parole demeurant en nous. Ici, comme partout ce qui est attribué dans un passage, à l’Esprit, l’est ailleurs à la parole.

     

     

     

    Éphésiens 3:16, V D. - «Afin que, selon les richesses de sa gloire, II vous donne d’être fortifiés en puissance par son Esprit, quant à l’homme intérieur.»

     

     

     

    TROISIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit fortifie le croyant par Sa puissance, quant à l’homme intérieur.

     

    Le résultat de cet affermissement est indiqué dans les versets 17-19. «En sorte que Christ habite dans vos cœurs, par la foi, afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre, avec tous les saints, quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur et connaître l’amour de Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.» L’œuvre du Saint- Esprit est étroitement liée à celle qui est mentionnée dans la section précédente. Elle la complète. Ici, la puissance du Saint-Esprit se manifeste, non pas simplement en nous donnant la victoire sur le péché, mais: (a) en ce que Christ demeure en nos cœurs (forte expression qui implique une habitation permanente) et (b) dans le fait que nous sommes fondés et enracinés dans l’amour; (c) puis, nous sommes fortifiés, afin de pouvoir connaître, avec tous les saints, la largeur, la profondeur et la hauteur de l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance. Et tout cela aboutit à un état où nous serons: (d) remplis «jusqu’à toute la plénitude de Dieu.»

     

     

     

    (4) Romains 8:14. - «Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.» (Version Synodale).

     

     

     

    QUATRIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit nous conduit dans une vie sainte, une vie de fils de Dieu, une vie à la ressemblance de Dieu.

     

    Le Saint-Esprit ne nous donne pas seulement la capacité de vivre une vie sainte et agréable à Dieu, quand nous avons découvert ce qu’est cette vie-là. Il nous prend, pour ainsi dire, par la main et nous guide dans ce chemin. Notre unique affaire à nous est de nous livrer à Lui pour qu’Il nous conduise et nous façonne. Ceux qui en sent arrivés là ne sont pas seulement «de la race de Dieu» {Actes 17:28} (ce qui est, en somme, vrai de tous les hommes); nous ne sommes pas non plus simplement les enfants de Dieu. «Nous sommes fils de Dieu.»

     

     

     

    (5) Romains 8:16. V D. - «L’Esprit lui-même rend témoignage avec notre esprit, que nous sommes enfants de Dieu.»

     

    CINQUIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit rend témoignage, avec l’esprit du croyant, que celui-ci est enfant de Dieu.

     

     

     

    Remarquez que Paul ne dit pas que l’Esprit rend témoignage à notre esprit, mais avec lui; «ensemble avec notre esprit» est le sens exact de ces paroles. En un mot: il y en a deux qui rendent témoignage à notre qualité de fils; d’abord notre esprit, puis le Saint-Esprit avec le nôtre.

     

     

     

    Comment cela s’opère-t-il? Galates 4:6. - «Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs, l’Esprit de Son Fils, lequel crie Abba! Père!»

     

     

     

    Lorsque «la loi de l’Esprit de vie qui est en Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort (verset 2) et que «la justice de la loi est accomplie» en moi; lorsque je ne marche plus selon la chair, mais selon l’Esprit (verset 4) et que je fais mourir, par l’Esprit, les actions du corps» (verset 13); lorsque je me laisse conduire par l’Esprit, (verset 14), c’est alors et alors seulement, que je peux m’attendre (verset 16) à réaliser pratiquement ma position de fils de Dieu et à en avoir l’indéniable assurance. Et cela, par l’Esprit qui rend témoignage avec mon esprit que je suis enfant de Dieu. Beaucoup de gens cherchent le témoignage du Saint-Esprit où Il n’est pas, - c’est-à-dire qu’ils en font une condition de leur complet abandon à Dieu et de leur confession de Jésus-Christ, crucifié et ressuscité, comme leur Sauveur et Seigneur.

     

     

     

    CE QUE LA BIBLE ENSEIGNE SUR LE SAINT-ESPRIT

     

     

     

     

     

    CHAPITRE VI

     

     

     

    L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT (4)

     

     

     

    III L’Œuvre du Saint-Esprit dans le Croyant. (2)

     

     

     

    (6) Galates 5:22-23. - «Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses.»

     

     

     

    SIXIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit produit, chez le croyant, des fruits et des qualités à la ressemblance de Christ.

     

     

     

    (Comparez Romains 14:17. - «Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit.» Romains 15:13. - «Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit.» Romains 5:5. - «Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.»)

     

     

     

    Toute vraie beauté de caractère, toute ressemblance réelle de Christ en nous, est l’œuvre du Saint-Esprit. C’est Lui qui porte ces fruits, non pas nous.

     

     

     

    Remarquez que ces grâces ne sont pas appelées les fruits de l’Esprit, mais le fruit. Il y a une unité d’origine qui distingue toutes les multiplicités de manifestation. Quelle belle vie que celle qui nous est tracée dans ces versets! Chaque mot mérite une étude attentive et une profonde méditation. «Amour», «joie», «paix», «patience», «douceur». «Bonté», «foi», «bénignité». «Tempérance» (maîtrise de soi-même). N’est-ce pas après cette vie-là, que nous soupirons: la vie de Christ? Elle ne nous est pas naturelle et nous ne pouvons l’atteindre par aucun effort de notre nature charnelle. La vie qui nous est naturelle est dépeinte dans les versets 19 à 21. Mais lorsque le Saint-Esprit a la direction absolue et sans réserve de celui dans lequel Il habite; lorsque nous sommes animés à reconnaître la complète

     

    Corruption de la chair et que nous abandonnons tout espoir de jamais arriver à quoi que ce soit par elle; lorsque, en d’autres termes, nous sommes à bout de nous-mêmes et avons enfin remis au Saint-Esprit l’œuvre à faire en nous; alors et alors seulement, Il produira, son fruit, ses traits de caractère et de vie sanctifiés. Désirez-vous qu’Il les produise en vous? Renoncez à tout effort personnel pour atteindre à la sainteté; laissez au Saint-Esprit, qui habite en vous, la direction absolue de votre être et Il produira Son fruit glorieux. {Dans Galates 2:20, nous avons la même vérité essentielle, considérée sous un autre aspect.}

     

     

     

    Décidez-vous à reconnaître, une fois pour toutes et bien nettement, que la chair ne peut jamais porter ce fruit; que vous ne pourrez jamais atteindre ce but, car ce sont «les fruits de l’Esprit». De nos jours, nous entendons beaucoup parler de la «culture morale», ce qui, au fond, signifie la culture de la chair, jusqu’à ce qu’elle produise les fruits de l’Esprit. Mais cela ne produira quelque chose que lorsque les épines produiront des figues. {Luc 6:44 Mt 12:33}

     

     

     

    On parle aussi beaucoup de la «formation du caractère». C’est très bien, si vous laissez le Saint-Esprit s’occuper de la formation et alors, Il visera encore plus au fruit qu’à la formation. (Voyez toutefois. 2 Pierre 1:5-7).

     

     

     

    On nous parle encore d’efforts à faire, dans le but de cultiver les qualités du caractère. Mais il faut toujours nous rappeler que la seule manière de cultiver les vraies qualités morales est de se soumettre complètement à l’action du Saint-Esprit.

     

     

     

    «C’est la sanctification de l’Esprit.». {1 Pierre 1:2 2Th 2:13}

     

     

     

    Il y a cependant un sens dans lequel il est juste de parler de l’éducation du caractère. Regardons à Jésus pour voir ce que nous devrions être, puis au Saint-Esprit pour qu’Il réalise en nous cet idéal.

     

     

     

    (7) Jean 16:13, - «Quand le consolateur sera venu l’Esprit de vérité, Il vous conduira dans toute la vérité, car Il ne parlera pas de lui-même, mais Il dira tout ce qu’il aura entendu, et Il vous annoncera les choses à venir.»

     

     

     

    SEPTIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit conduit le croyant dans toute la vérité.

     

     

     

     

     

    Cette promesse fut faite tout d’abord aux Apôtres, mais les Apôtres eux-mêmes l’ont appliquée à tous les croyants. {1 Jean 2:20,27} Être «enseigné de Dieu», est le privilège de chacun de nous. Chaque chrétien est indépendant des maîtres humains - «vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne.» Ceci, bien entendu, ne signifie pas que nous ne puissions rien apprendre d’autres chrétiens enseignés du Saint-Esprit. Si Jean avait professé cette théorie, il n’aurait jamais écrit ses épîtres pastorales. L’homme le plus profondément enseigné de Dieu est justement celui qui sera le mieux disposé à écouter ce que Dieu a enseigné à d’autres. Ce passage signifie encore moins que lorsque nous sommes enseignés de l’Esprit, nous sommes indépendants de la Parole de Dieu. Au contraire, la Parole est le terrain sur lequel l’Esprit conduit ses élèves et l’instrument par lequel Il les instruit. (Éphésiens 6:17 Jean 6:63Éphésiens 5:18,19; Comparez Colossiens 3:16). Mais si nous pouvons beaucoup apprendre des hommes, nous ne sommes pas dépendants d’eux. Nous avons un divin Professeur: le Saint-Esprit.

     

     

     

    Nous ne connaîtrons jamais la vérité par un autre procédé. Aucun enseignement humain, si excellents que soient nos maîtres, ne nous donnera une compréhension exacte de la vérité; pas même une étude diligente de la Parole, soit dans notre langue, soit dans l’original, ne nous la fera mieux saisir. Il faut que le Saint-Esprit nous enseigne. Et Il peut le faire pour chacun de nous. Et, même ceux qui ne savent pas un mot de grec ou d’hébreu, mais qui sont instruits par le Saint-Esprit, comprendront mieux la pensée de Dieu que l’helléniste ou l’hébraïsant, qui n’a pas le Saint- Esprit.

     

     

     

    L’Esprit guide celui qu’Il instruit, dans toute la vérité. Non pas en, un jour, une semaine ou une année, mais pas à pas. Deux lignes spéciales de l’enseignement de l’Esprit nous sont indiquées: (a) «Il vous annoncera les choses à venir.» Bien des gens prétendent que nous ne pouvons rien savoir de l’avenir, et que toutes nos pensées à cet égard, ne sont que des hypothèses. Mais quiconque est enseigné du Saint-Esprit en sait plus long que cela. (b) «Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi et vous l’annoncera.» (Il est question de Christ). Voilà le procédé du Saint- Esprit vis-à-vis dit croyant, comme vis-à-vis de l’incrédule: leur révéler les choses de Christ et Le glorifiera.

     

     

     

    Bien des chrétiens craignent de trop insister sur les vérités qui concernent le Saint-Esprit, de peur que Christ ne soit mis à l’arrière-plan; mais qui exalte Christ comme le fait le Saint-Esprit? Nous ne comprendrons jamais Christ, ni ne verrons Sa gloire si le Saint-Esprit ne nous les explique. Il ne suffit pas d’écouter des sermons et des exhortations, ou même d’étudier la Parole. Pour voir «les choses de Christ». Il faut le secours de l’Esprit, Il est prêt à nous l’accorder et désire ardemment révéler Jésus-Christ aux hommes. Laissez-le agir. Christ est si différent, lorsque l’Esprit Le glorifie en prenant les choses qui Lui appartiennent et qu’Il nous les montre!

     

     

     

    (8) Jean 14:26. - «Mais le Consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous

     

    Enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.»

     

    Ici, de nouveau, nous avons l’enseignement du Saint-Esprit mais avec quelque chose de plus.

     

     

     

    HUITIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit nous rappelle les paroles de Christ.

     

     

     

    Cette promesse, faite d’abord aux Apôtres, est la garantie de l’exactitude des paroles de Jésus qu’ils ont rapportées. Mais le Saint-Esprit fait la même chose pour chaque croyant qui s’attend à Lui pour cela. Il nous remet en mémoire les enseignements et la parole de Christ, juste au moment où nous en avons besoin, pour les nécessités de notre vie ou de notre service. Combien d’entre nous pourraient raconter telle expérience de grande angoisse d’âme, telle heure de profonde perplexité en face d’un devoir peu clair, ou vis-à-vis de quelqu’un que nous voudrions amener à Christ ou aider! Et soudain, exactement le passage de l'Écriture dont nous avions besoin, nous a été remis en mémoire, passage auquel nous n’avions pas pensé depuis longtemps et peut-être jamais en rapport avec cette situation! C’était l’œuvre du Saint-Esprit, et Il agirait de la même manière bien plus souvent, si nous nous attendions à Lui davantage. Est-ce sans intention que dans le verset qui suit cette promesse bénie, Jésus dit: «Je vous laisse ma paix. Je vous donne ma paix»? Si nous voulions seulement regarder au Saint-Esprit pour qu’Il nous remette en mémoire ce qui est écrit, juste au moment où nous en avons besoin, et exactement le verset approprié, nous aurions véritablement la paix de Christ.

     

     

     

    (9) 1 Corinthiens 2:9-14. - «Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or, nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.»

     

     

     

    NEUVIEME PROPOSITION: Dans ces versets, nous avons l’œuvre de l’Esprit considérée sous deux aspects: (a) Le Saint-Esprit nous révèle les choses profondes de Dieu, cachées aux hommes pour lesquels elles sont une folie. C’est tout d’abord aux Apôtres qu’Il les avait révélées mais Son action ne s’est pas bornée à eux. (b) Le Saint-Esprit communique la capacité de discerner, de connaître et d’apprécier ce qu’Il a enseigné.

     

     

     

    Le Saint-Esprit est non seulement l’Auteur de la Révélation - ou la Parole de Dieu écrite - mais Il est encore l’interprète de ce qu’Il a révélé. Combien n’importe quel livre profond devient pour nous plus intéressant et plus profitable, lorsque nous avons près de nous l’auteur pour nous l’expliquer!

     

     

     

    Cela peut être toujours le cas, lorsque nous étudions la Bible. L’auteur est là, tout prêt à l’interpréter, de sorte qu’en regardant au Saint-Esprit, les passages de l'Écriture les plus obscurs deviennent clairs. Nous avons besoin de demander souvent, comme le Psalmiste: «Ouvre mes yeux pour que je contemple les merveilles de ta loi!». {Psaumes 11 9:18} La révélation objective de la parole écrite ne suffit pas. Il nous faut encore la révélation subjective, la lumière intérieure du Saint-Esprit, pour que nous comprenions. C’est une grande erreur que de vouloir saisir une révélation spirituelle par l’intelligence naturelle. C’est cette prétention insensée qui a fait échouer tant de gens dans les sables mouvants de la «haute-critique.» Un homme privé de sens esthétique pourrait aussi bien se croire capable d’apprécier, comme elle le mérite, la Madone Sixtine, parce qu’il sait distinguer les couleurs, qu’un homme privé du sens spirituel, pourrait comprendre la Bible parce qu’il connaît les règles grammaticales et le vocabulaire de l’hébreu et du grec. Je demanderais plutôt à un homme d’enseigner la peinture, parce qu’il connaît les couleurs, que d’enseigner la Bible parce qu’il connaît les langues dans lesquelles elle a été écrite. Nous devons tous reconnaître que notre propre justice n’a, devant Dieu, absolument aucun mérite et aucune capacité. Telle est la leçon à retirer des premiers chapitres de l'Épître aux Romains; mais il faut encore reconnaître l’absolue insuffisance et l’indignité de notre propre sagesse, en ce qui concerne les choses de Dieu. C’est la leçon de la première Épître aux Corinthiens, spécialement des

     

    Trois premiers chapitres. (Voyez, par ex. 1 Corinthiens 1:19-21,26-27)

     

     

     

    Les Juifs avaient une révélation de l’Esprit, mais n’ayant pas voulu accepter son intervention pour la leur expliquer, ils s’égarèrent. L’église évangélique tout entière reconnaît l’entière insuffisance de la justice de l’homme, du moins en théorie. Maintenant, elle a besoin qu’on lui fasse comprendre et toucher du doigt, la complète insuffisance de la sagesse humaine. C’est là, peut-être, la leçon dont notre vingtième siècle d’un intellectualisme si intensif et si prétentieux, a le plus besoin.

     

     

     

    Pour comprendre la parole de Dieu, nous devons nous vider complètement de notre propre sagesse, et devenir absolument dépendants de l’Esprit de Dieu pour son interprétation. {Mathieu 11:25. - «En ce temps-là. Jésus prit la parole et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.»}

     

     

     

    Lorsque nous avons renoncé à notre propre justice, et seulement alors, nous devenons participants de celle de Dieu. (Philippiens 3:4-7,9. - «Moi aussi, cependant, j’aurais sujet de mettre ma confiance en la chair. Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux; quant à la loi, pharisien; quant au zèle, persécuteur de l'Église; irréprochable à l’égard de la justice de la loi. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ...afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi.» Romains 10:3. - «Ne connaissant pas la justice de Dieu. Et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu.»)

     

     

     

    Lorsque nous renonçons à notre propre sagesse - alors, et seulement alors, nous obtenons celle de Dieu. (1 Corinthiens 3:18. «Que nul ne s’abuse lui-même, si quelqu’un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou afin de devenir sage.» Mathieu 11:25. - «En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.» Voyez aussi 1 Corinthiens 1:25-28)

     

     

     

    Lorsque nous renonçons à notre propre force, - alors, et alors seulement, nous recevons celle de Dieu. (Ésaïe 40:29. «Il donne de la force à celui qui est fatigué et Il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance.» 2 Corinthiens 12:9. -«Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.» 1 Corinthiens 1:27-28. - «Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde. Et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire au néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.»)

     

     

     

    Pour être rempli, il faut d’abord avoir été vidé. Vidé de nous-mêmes, afin que Dieu puisse prendre toute la place. Nous devons être journellement enseignés par l’Esprit pour comprendre la Parole. Ce que l’Esprit m’a enseigné hier, ne me suffira pas pour aujourd’hui. Chaque contact nouveau avec la Parole doit être produit par l’action de l’Esprit. Ce n’est pas assez que le Saint-Esprit nous ait éclairés pour comprendre un certain passage. Il doit le faire chaque fois que nous nous trouvons en face de ce même passage.

     

     

     

    Andrew Murray a bien défini cette vérité, en écrivant «Chaque fois que vous venez à la Parole pour l’étudier, que vous écoutez un sermon ou lisez un livre religieux, il devrait se produire en vous, un acte défini d’abnégation, aussi distinct que votre contact avec ces moyens extérieurs, qui vous amène au renoncement à votre propre sagesse et à un abandon entier, par la foi au divin Professeur.» (The Spirit of Christ, page 2(10) 1 Corinthiens 2:1-5. - «Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Moi-même, j’étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte et de grand tremblement; et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.»

     

    1 Thessaloniciens 1:5. - «Notre Évangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit-Saint et avec une pleine persuasion; car vous n’ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous.»

     

     

     

    Actes 1:8. - «Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins, à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.»

     

     

     

    DIXIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit rend le croyant capable de communiquer aux autres, avec puissance, la vérité qui lui a été enseignée à lui-même.

     

     

     

    Nous avons besoin que le Saint-Esprit nous révèle non seulement, en premier lieu, la vérité; qu’en second lieu, Il l’interprète pour chacun de nous individuellement, mais en troisième lieu, qu’Il nous rende capables d’en faire part aux autres d’une manière effective. Nous avons besoin de Lui en tout et partout. Une des grandes causes d’insuccès dans le ministère et dans toutes les formes du service chrétien, même s’il y a des résultats apparents, c’est que les ouvriers, hommes ou femmes, essaient encore d’enseigner «avec les discours persuasifs de la sagesse humaine» - c’est-à-dire, par l’art de la logique naturelle, de la rhétorique, et de l’éloquence. - Ce qu’il faut, c’est ce que le Saint-Esprit nous a enseigné. C’est sa puissance.

     

     

     

    Il y a trois causes d’échec dans la prédication:

     

     

     

    Premièrement. Un autre message que celui que le Saint-Esprit a révélé dans la parole, est délivré. On prêche la science, l’art, la philosophie, la sociologie. L’histoire, des expériences personnelles, etc...Et non pas la simple parole de Dieu, telle qu’elle est contenue dans le Livre du Saint- Esprit, la Bible.

     

     

     

    Deuxièmement. Le message enseigné par l’Esprit est étudié mais on cherche à le comprendre par l’intelligence naturelle, c’est-à-dire sans la lumière de l’Esprit. Ceci, hélas, n’est que trop fréquent, même dans des Institutions où l’on prépare de futurs ministres de l'Évangile.

     

     

     

    Troisièmement. Le message de l’Esprit, dans la Parole, est étudié et compris par la lumière du Saint-Esprit, mais délivré avec «des discours persuasifs de la sagesse humaine» et non pas «par une démonstration d’Esprit et de puissance».

     

     

     

    Disons-nous bien que notre dépendance du Saint-Esprit doit être absolue, sur toute la ligne. Il doit nous enseigner ce que nous devons dire et comment le dire. Il doit être le message en même temps que la puissance.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CE QUE LA BIBLE ENSEIGNE SUR LE SAINT-ESPRIT

     

     

     

    CHAPITRE VI

     

     

     

    L’OEUVRE DU SAINT-ESPRIT (5)

     

     

     

    III L’Œuvre du Saint-Esprit dans le Croyant. (3)

     

     

     

    (11) #Jude 20. - «Pour vous, bien-aimés. Vous édifiant vous-mêmes sur votre très-sainte foi, et priant par le Saint-Esprit.»

     

    Éphésiens 6:18. - «Faites en tout temps, par l’Esprit, toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance et priez pour tous les saints.» (Voir aussi Romains 8:26,27)

     

     

     

    ONZIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit aide et guide le croyant et lui donne la puissance dans la prière.

     

     

     

    Les disciples ne sachant pas prier comme il fallait, vinrent à Jésus et dirent: «Seigneur enseigne-nous à prier.». {Luc 11:1} «Nous ne savons pas prier comme il faut,» mais nous avons à côté de nous un «autre Consolateur» qui peut nous aider. {Jean 14:16-17} - «L’Esprit nous aide dans notre faiblesse.».

     

    {Romains 8:26} Il nous enseigne à prier. Et la vraie prière, c’est celle que l’Esprit inspire et dirige. En la présence de Dieu, nous reconnaissons notre infirmité, notre ignorance de ce que nous avons à demander et comment le demander; et, conscients de notre absolue incapacité de prier comme il faut. Regardons au Saint-Esprit, livrons-nous complètement à Lui pour qu’Il dirige nos prières, inspire nos désirs et en contrôle l’expression.

     

     

     

    Se présenter devant Dieu sans réflexion et lui demander la première chose venue, ou bien présenter une requête étourdie que quelqu’un nous a prié de faire, ce n’est pas prier «par le Saint-Esprit». Ce n’est pas la vraie prière. Nous devons attendre le Saint-Esprit et nous abandonner à Lui. La prière que Dieu le Saint-Esprit inspire est celle que Dieu le Père exauce.

     

     

     

    Note 1. - Romains 8:26-27. - «De même aussi, l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne

     

    Savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’Il intercède en faveur des saints.»

     

     

     

    Les aspirations intenses que le Saint-Esprit met dans nos cœurs sont souvent trop profondes pour s’exprimer en paroles, trop profondes même pour que le croyant en ait une compréhension bien nette et définie. Malgré l’action de l’Esprit en lui. Dieu Lui-même doit «sonder les cœurs» pour connaître la pensée de l’Esprit, dans ces soupirs exprimés ou non. Mais Dieu connaît la pensée de l’Esprit. Il sait ce que signifient ces soupirs inexprimables, même si nous l’ignorons et ils sont selon Sa volonté, puisqu’Il nous les accorde. De sorte qu’il Lui est possible de faire «par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de ce que nous demandons et pensons.» {Éphésiens 3:20}

     

     

     

    Note #2- 1Corinthiens 14:15. - «Que faire donc? Je prierai par l’Esprit mais je prierai aussi avec l’intelligence, je chanterai par l’Esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence.» Il y a d’autres circonstances où la direction de l’Esprit est si claire que nous prions par l’Esprit...mais aussi avec intelligence.

     

     

     

    (12) Éphésiens 5:18-20. - «Ne vous enivrez pas de vin: c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit; entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur, les louanges du Seigneur; rendez continuellement grâces pour toutes choses, à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ.»

     

     

     

    DOUZIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit inspire et conduit le croyant dans la louange et l’action de grâces.

     

     

     

    Non seulement Il nous enseigne à prier. Mais aussi à rendre grâces. Un des traits les plus caractéristiques d’une «vie remplie de l’Esprit», c’est la louange. {Comparez Actes 2:4,11} La véritable action de grâces est rendue «à Dieu le Père», par ou dans le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Dans le Saint-Esprit. Il en est de même pour la prière. {Comparez Éphésiens 2:18}

     

     

     

    (13) Philippiens 3:3. - «Car les circoncis, c’est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l’Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair.

     

     

     

    TREIZIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit inspire l’adoration de la part du croyant.

     

     

     

    La prière n’est pas l’adoration; l’action de grâces n’est pas l’adoration. Le culte est un acte. Défini de la créature en relation avec Dieu. Adorer, c’est se prosterner devant Dieu, en un hommage reconnaissant et en contemplation de Sa face. Quelqu’un a dit: «Dans nos prières, nous sommes absorbés par nos besoins; dans nos actions de grâces, nous sommes absorbés par les bénédictions reçues; dans notre adoration, nous sommes absorbés par Sa Personne elle-même.»

     

     

     

    Il n’y a pas d’adoration véritable et agréable à Dieu, sinon celle que le Saint-Esprit inspire et dirige. «Le Père demande de tels adorateurs.». {Jean 4:23} La chair veut pénétrer dans tous les domaines de notre vie. Elle a son adoration comme elle a ses convoitises. L’adoration charnelle est une abomination devant Dieu. (Nous voyons, par là, la folie de toute tentative d’un Parlement des Religions, où les représentants de différents crédos, essaieraient d’adorer ensemble.)

     

     

     

    Et pourtant, toute adoration sincère et droite, ne vient pas forcément de l’Esprit. Un homme peut être très sincère et droit dans son culte et ne pas s’être soumis à la direction du Saint-Esprit à cet égard, de sorte que son adoration est charnelle. Même lorsqu’il y a une fidélité très réelle à la lettre de la Parole, l’adoration peut ne pas être «selon l’Esprit», c’est-à-dire directement inspirée par Lui. Pour adorer comme il le faut, nous devons avoir perdu toute confiance en la chair, avoir reconnu son incapacité absolue à adorer comme Dieu le demande; la chair, ici, c’est notre «moi», en opposition à l’Esprit de Dieu qui habite en nous et doit tout diriger. Veillons aussi à ce que la chair elle-même ne vienne pas s’introduire dans notre adoration. Dans le renoncement à nous-mêmes, dans la plus profonde méfiance de notre vieille nature, nous nous livrerons au Saint-Esprit, afin qu’Il nous conduise dans l’adoration que Dieu acceptera.

     

     

     

    Tout comme nous avons dû renoncer à nos propres mérites et compter uniquement sur Christ et Son œuvre pour notre justification, de même nous devons renoncer à trouver en nous quelque aptitude à bien faire. N’ayons donc recours qu’au Saint-Esprit et à Son œuvre en nous, pour mener une vie sainte, pour connaître, prier, rendre grâces, adorer, et pour tout ce que nous devons faire.

     

     

     

    (14) Actes 13:2,4. - «Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s’embarquèrent pour l’île de Chypre.

     

     

     

    QUATORZIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit appelle certains hommes et les envoie dans une sphère de service nettement tracée.

     

     

     

    Non seulement le Saint-Esprit appelle les hommes au service chrétien. Mais encore Il choisit leur travail spécial et le leur indique.

     

     

     

    «Irai-je en Chine, en Afrique ou aux Indes?», demandent quelques-uns, et combien d’autres devraient se le demander aussi! Vous ne pouvez régler cette question vous-même et aucun autre être humain ne peut la régler pour vous, comme elle doit l’être. Ce n’est pas chaque Chrétien qui est appelé en Chine,

     

    En Afrique ou dans n’importe quel champ de mission, au près ou au loin. Dieu seul sait s’Il vous veut dans Sa vigne et Il est prêt à vous le montrer.

     

     

     

    Comment le Saint-Esprit appelle-t-Il? Le passage cité plus haut ne nous le dît pas. C’est à dessein, sans doute, qu’Il garde le silence à cet égard. Autrement, nous aurions pu penser qu’il employait toujours le même procédé. Rien ne nous indique qu’Il ait parlé à haute voix, encore moins qu’Il ait fait connaître Sa volonté par un de ces moyens bizarres par lesquels certaines personnes croient distinguer Ses directions: contorsions de tout le corps, ou bien un verset trouvé en ouvrant la Bible au hasard et mettant le doigt sur le premier verset venu. Celui-ci peut, bien entendu, être interprété d’une toute autre manière que celle que l’auteur inspiré avait en vue.

     

     

     

    Mais l’essentiel, c’est que l’Esprit ait fait clairement connaître Sa volonté et Il est prêt à faire de même pour nous, aujourd’hui.

     

     

     

    Ce dont l’œuvre de Dieu a le plus besoin, à notre époque, c’est d’hommes et de femmes que le Saint-Esprit appelle et envoie. Nous en avons trop que les hommes ont appelés et envoyés, ou qui se sont appelés eux-mêmes. (Il y en a un grand nombre qui refusent catégoriquement d’être envoyés par des hommes ou une organisation quelconque, mais se sont envoyés eux-mêmes, ce qui est infiniment pire.)

     

     

     

    Comment recevons-nous l’appel du Saint-Esprit? En le désirant, en le recherchant, en regardant au Seigneur pour le recevoir et en l’attendant. «Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient...» nous dit le récit biblique. Bien des croyants, pour se justifier de ne pas travailler pour Dieu en mission, disent: «Je n’ai pas reçu d’appel.» - Comment le savez-vous? Avez-vous prêté l’oreille pour saisir l’appel? Dieu parle souvent d’une voix «au son léger et subtil.» Seule, une oreille aux aguets l’entendra. Vous êtes-vous offert, une fois pour toutes, à Dieu pour qu’Il vous envoie où Il voudra? Aucun chrétien ne doit aller en Chine ou en Afrique, à moins qu’il n’ait reçu un appel bien clair et bien net; mais, d’autre part, il doit s’offrir à Dieu virilement et se tenir prêt, l’oreille toujours tendue, pour répondre à l’appel, s’il se fait entendre. Aucun chrétien, aucune chrétienne, ayant l’instruction nécessaire pour cela, n’a le droit de rester loin du champ du Maître, s’il n’a pas reçu des ordres contraires, venant de Dieu Lui-même. D’ailleurs, l’appel est tout aussi nécessaire pour travailler dans son propre pays ou sa propre ville que pour changer de continent.

     

     

     

    (15) Actes 8:27-29. - «Il se leva et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d'Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, venu à Jérusalem pour adorer, s’en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Ésaïe. L’Esprit dit à Philippe: Avance, et approche-toi de ce char.»

     

    Actes 16:6-7. - «Ayant été empêchés par le Saint-Esprit d’annoncer la parole dans l’Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie. Arrivés près de la Mysie, ils se disposaient à entrer en Bithynie, mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas.»

     

     

     

    QUINZIEME PROPOSITION: Le Saint -Esprit conduit le croyant dans les détails de la vie et du service quotidien; Il lui indique où il doit aller ou ne pas aller; ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

     

    Il est possible à chacun de nous d’avoir la direction infaillible du Saint-Esprit, à chaque tournant de sa vie. Par exemple, dans le travail personnel, il est clair que ce n’est pas l’intention de Dieu que nous parlions à tous ceux que nous rencontrons. Il y a des gens auxquels nous ne devons pas parler. Le temps que nous passerions avec eux serait mieux employé ailleurs à la gloire de Dieu. Il est probable que Philippe rencontra beaucoup d’autres personnes sur la route de Gaza, avant de trouver celui que l’Esprit lui désigna en disant: «Approche-toi, de ce chariot.» De même, Il est prêt à nous conduire, nous aussi.

     

    Et nous pouvons recevoir la sagesse de Dieu pour les détails de la vie: affaires, études, en tout et pour tout. Il n’y a pas de promesse plus positive et plus claire que celle de Jacques 1:5. - «Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.» Comment obtenir cette sagesse?

     

     

     

    Jacques 1:5-7. - «Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il la demande avec foi, sans douter: car celui qui douté est semblable aux flots de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre.

     

    Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: c’est un homme irrésolu, inconstant.»

     

     

     

    Il y a, en réalité, cinq échelons.

     

     

     

    1° Il est tout d’abord établi que nous «manquons de sagesse.» Nous sommes conscients de notre incapacité à agir sagement et nous l’admettons sans réserve. Il nous faut renoncer, non seulement à la corruption de la chair, mais encore à sa sagesse.

     

     

     

    2° Nous devons désirer connaître le chemin de Dieu et y marcher. Ceci est impliqué dans nôtre demande, si elle est sincère et c’est là un point d’importance fondamentale. Et nous touchons ici à la raison pour laquelle tant de chrétiens ne connaissent pas la volonté de Dieu et ne sont pas conduits par l’Esprit. Ils ne sont pas réellement désireux de Lui obéir. C’est aux «humbles» qu’Il enseignera Sa voie

     

    {Psaumes 25:9} «Si quelqu’un veut faire Sa volonté, il connaîtra...» {Jean 7:17}

     

     

     

    3° Nous devons «demander», d’une façon définie; le Saint-Esprit et Sa direction.

     

     

     

    4° Nous devons compter sur cette direction, avec confiance, «Qu’il demande avec foi, sans douter.» {Jacques 1:6,7}

     

    5° Enfin, suivre, pas à pas, la direction à mesure qu’elle nous est donnée. Personne ne sait quand elle viendra, mais elle viendra sûrement. Peut-être un seul pas sera éclairé à la fois. Mais c’est tout ce dont nous avons besoin: le pas qui suit. Bien des âmes sont dans les ténèbres, à l’égard de cette direction, parce qu’elles ne savent pas ce que Dieu fera dans une semaine, dans un mois ou dans une année.

     

    Savez-vous quel pas vous devez faire aujourd’hui? Si oui, cela suffit. Faites-le et Il vous montrera. Le suivant. {Nombres 9:17-23} - «Quand la nuée s’élevait de dessus la tente, les enfants d’Israël partaient; et les enfants d’Israël campaient dans le lieu où s’arrêtait la nuée. Les enfants d’Israël partaient sur l’ordre de l’Éternel, et ils campaient sur l’ordre de l'Éternel; ils campaient aussi longtemps que la nuée restait sur le tabernacle. Quand la muée restait longtemps sur le tabernacle, les enfants d’Israël obéissaient au commandement de l’Éternel et ne partaient point. Quand la nuée restait peu de jours sur le tabernacle, ils campaient sur l’ordre de l’Éternel, et ils partaient sur l’ordre de l’Éternel. Si la nuée

     

    S’arrêtait du soir au matin, et s’élevait le matin, ils partaient. Si la nuée s’élevait après un jour et une nuit. Ils partaient. Si la nuée s’arrêtait sur le tabernacle deux jours, ou un mois, ou une année, les enfants d’Israël restaient campés et ne partaient point, et quand elle s’élevait, ils partaient. Ils campaient sur l’ordre de l’Éternel et ils partaient sur l’ordre de l’Éternel; ils obéissaient au commandement de l’Éternel, sur l’ordre de l’Éternel par Moïse.»

     

     

     

    La direction de Dieu est claire. {1 Jean 1:5. - «Dieu est lumière et il n’y a point en Lui de ténèbres.»}

     

     

     

    Beaucoup de chrétiens sont torturés par l’incertitude quant à des directions qu’ils croient venir de Dieu, mais ils n’en sont pas sûrs. Vous avez le droit, puisque vous êtes les enfants de Dieu, d’en être sûrs.

     

    Mettez-vous devant Dieu. Dites-Lui «Me voici, Père céleste. Je veux faire Ta volonté, mais rends-la claire. Si tu veux ceci ou cela de moi, j’y suis décidé, mais que j’en sois sûr.» Il vous exaucera, si c’est Sa volonté et que vous soyez décidé à la faire. Mais vous ne devez rien décider avant que tout soit clair.

     

    Nous n’avons pas le droit de dicter à Dieu la manière dont Il doit nous révéler Sa direction, pas plus en fermant toute autre porte, qu’en mettant le doigt sur un texte quelconque ou par un signe. C’est notre affaire de rechercher et d’attendre la sagesse, mais non de dicter à Dieu la manière de nous la communiquer. {1 Corinthiens 12:11. - «Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme Il veut.»}

     

     

     

    Deux conclusions ressortent clairement de ce qui vient d’être dit sur l’œuvre du Saint-Esprit dans le croyant:

     

     

     

    1° Nous sommes absolument dépendants du Saint-Esprit pour chaque initiative de notre vie et de notre service chrétiens.

     

     

     

    2° Dieu a parfaitement pourvu à cette vie et à ce service et la plénitude du Saint-Esprit est le privilège du plus humble croyant. Ce n’est pas tant ce que nous sommes par nature, au point de vue intellectuel, moral, spirituel ou même physique, qui a de l’importance, mais ce que le Saint-Esprit peut faire pour nous et ce que nous Lui laisserons faire. Souvent, Il prend celui qui a les dons naturels les plus modestes et l’emploie, de préférence à celui qui, selon la nature, serait le plus richement doué. La vie chrétienne ne doit pas être vécue d’après les principes du tempérament naturel et le travail pour Dieu ne

     

    Se. Ne fait pas par ces moyens-là. La vie chrétienne appartient au domaine de l’Esprit et le travail de Dieu s’accomplit par la puissance de l’Esprit. Le Saint-Esprit désire ardemment faire en chacun de nous Son œuvre complète. Il fera tout ce que nous lui permettrons de faire.

     

     

     

    (16) Romains 8:11. - «Et si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.»

     

     

     

    SEIZIEME PROPOSITION: Le Saint-Esprit vivifie le corps mortel du croyant.

     

     

     

    Ceci, comme le montre le contexte, se rapporte à la future Résurrection du corps. C’est l’œuvre de l’Esprit. Le corps glorifié vient de Lui. C’est un corps spirituel. Nous avons maintenant les prémices de l’Esprit, mais nous attendons la moisson suprême, la rédemption du corps. {Romains 8:23. «Et ce n’est pas elle seulement, mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit; nous aussi, nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.»}

     

     

     

    Note. - Il y a un sens dans lequel le Saint-Esprit vivifie nos corps, même maintenant. Mathieu 12:28. «Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous.» Actes 10:38. - «Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui.» Jacques 5:14. - «Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l'Église, et que les anciens prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur.» Dieu communique à nos corps, par Son Saint-Esprit, une nouvelle vigueur et une nouvelle santé dans cette vie présente.

     

    {Comparez Psaumes 104:29,30, V D. «Tu caches ta face, ils sont troublés, tu retires leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton Esprit, ils sont créés et tu renouvelles la face de la terre.»}

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires